Article mis en avant

Appel à communications AFEC 2016

Canada Map Network Mesh. Global Colors used, so you can easily change the base colors with just a few clicks. The colors in the .eps-file are in RGB. Transparencies used. Included files are EPS (v10) and Hi-Res JPG (3472 x 3472 px).

Crédits photo: iStock

Le Centre d’Études Canadiennes de Grenoble, avec les laboratoires ILCEA4 et LIDILEM, organisera le prochain congrès de l’AFEC en 2016 sur le thème “Identité(s) canadienne(s) et changement global”.

Un titre provisoire de communication doit être fourni avant le 24 août 2015, et les propositions doivent être envoyées avant le 30 octobre 2015.

Retrouvez toutes les informations relatives à ce colloque sur afec2016.sciencesconf.org

Pour toute question: afec2016@gmail.com

Article mis en avant

LE CANADA, LA MONDIALISATION ET VOTRE THÈSE

IMAGE JD1

APPEL À COMMUNICATIONS

Journées d’études, de formation et de création
Grenoble, 5 et 6 novembre 2015

Le Centre d’études canadiennes de Grenoble, en collaboration avec le LIDILEM, l’ILCEA4
(CEMRA) et PACTE, lance un appel à communication en vue de journées d’études, de formation et
de création, visant à réunir les doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur le Canada. L’ambition de
cette rencontre est de dépasser les contingences disciplinaires et de mettre en relation les jeunes chercheurs pour permettre un libre échange d’idées. Pour faire écho à cette ambition, le thème général privilégié par la première édition de ces journées sera celui de la mondialisation. Il sera envisagé à partir d’une variété de thématiques afin de privilégier les ponts entre les disciplines.

Un premier temps sera consacré à des communications orales de format classique (20min de présentation+10min de questions), qui donneront lieu à une publication.

Un deuxième temps sera dédié à des ateliers de formation à la communication orale, organisés en petits
groupes et animés par des intervenants qualifiés. La présentation du travail de thèse servira d’objet à
des pratiques originales de communication (cartes mentales, duo théâtral) que les participants apprendront à maîtriser (aucune préparation préalable n’est demandée).

Un troisième temps viendra consacrer l’importance du physique et du mental dans la réalisation
d’une thèse, avec des ateliers visant à travailler le corps, la voix et l’esprit

Pour télécharger l’appel à communications, cliquez sur le lien suivant: Appel JCG2015

Article mis en avant

8 décembre 2014: “La Langue à Terre” (projection-débat)

Langue à terre

Projection-débat du documentaire politique “La Langue à Terre” de Jean-Pierre Roy et Michel Breton.

Organisée par le Centre d’Études Canadiennes de Grenoble, en partenariat avec l’Université Stendhal et l’Association France-Québec, et en présence du réalisateur Jean-Pierre Roy.

Date et lieu: Lundi 8 décembre 2014 de 18h à 20h30, Amphi 3, Université Stendhal (Grenoble) (Tram B ou C, arrêt “Bibliothèques Universitaires”). Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Le réalisateur québécois de ce documentaire politique défend la thèse d’une anglicisation galopante de Montréal, du Québec et, dans une certaine mesure, de la France. Le visionnage du documentaire permettra d’ouvrir un débat sur cette question et de confronter cette thèse à d’autres lectures du fait linguistique au Québec et en France qui seront présentées par les contradicteurs de ce débat.

Venez nombreux !

Pour en savoir plus

Article mis en avant

Le fonds documentaire du CECG: un trésor à partager

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le 7 novembre 2014, une petite équipe du Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble s’est retrouvée pour analyser le “Fonds canadien” constitué d’ouvrages et de documents institutionnels archivés au fil des ans et stockés jusqu’à présent dans notre Salle Canada.

Ce fonds s’est avéré un véritable trésor dans de nombreux domaines des études canadiennes: des études autochtones aux débats linguistiques ou constitutionnels, en passant par le grand nord ou la photographie… toutes les disciplines et toutes les époques, jusqu’aux problématiques les plus récentes, s’y trouvaient représentées.

C’est en partenariat avec la bibliothèque de l’IEP que le Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble a décidé de partager ce trésor grâce à la création d’un “fonds canadien” au sein même de la bibliothèque qui devrait bientôt faire en sorte que ces documents soient directement accessibles aux étudiants, aux chercheurs et au grand public de notre région et – grâce au prêt inter-bibliothèques – d’ailleurs.

Merci à ceux qui nous ont aidés dans cette entreprise !

Article mis en avant

11-13 JUIN: RESSOURCES MINIÈRES DANS LES AMÉRIQUES: après-midi grand public et colloque international

trou

  • Conférence grand public et projection-débat
Mercredi 11 juin 2014, 14h30-17h30 – Maison des Associations, 6 rue Berthe de Boissieux, Grenoble

L’industrie extractive sur le continent américain : limites et travers d’un modèle de développement
, conférence d’Alain Deneault (Université de Montréal, Canada), auteur de Paradis sous terre : Comment le Canada est devenu une plaque tournante de l’industrie minière mondiale (2012), et de Maristella Svampa (CONICET, Université nationale de la Plata, Argentine), chercheure engagée dans la lutte contre le modèle de développement extractiviste qui domine en Amérique du sud.Projection du documentaire Terres de Schiste (Grégory Lassalle, 2014), sur la nouvelle ruée vers les gaz et huiles de schiste de l’Argentine à la France. Avec Juliette Renaud, chargée de campagne sur les industries extractives aux Amis de la Terre et directrice de production du film.

  • Colloque Ressources minières dans les Amériques : Mutations d’un continent

Jeudi 12 et vendredi 13 juin 2014, Maison des langues et des cultures, Université Stendhal

Ce colloque vise à explorer la manière dont le développement des ressources minières dans les Amériques est emblématique des transformations qui s’opèrent au niveau des relations entre les acteurs impliqués dans ce développement, et par là même des nouvelles représentations de ce continent en pleine mutation.

Pour en savoir plus: mutamine.sciencesconf.org

Contact: sandrine.tolazzi@u-grenoble3.fr

Découvrez aussi l’exposition “Nouveaux mondes, nouvelles mines: L’empreinte des méga-projets miniers sur le continent américain” par Sandrine Tolazzi et Susanne Berthier-Foglar à La Mine Image (La Motte d’Aveillans), jusqu’au 15 juin 2014. (www.mine-image.com)

 

Article mis en avant

CFP Conférence Alice Munro: Dance of the Happy Shades

_wsb_keyvisual

École Normale Supérieure de Lyon, France  –  6 and 7 novembre 2014
Date limite des propositions:
30 juillet 2014

Ce colloque international se penchera sur le premier recueil de nouvelles d’Alice Munro, Dance of the Happy Shades (La danse des ombres), publié en 1968, et tentera de proposer de nouvelles perspectives, quelque quarante-cinq années après sa parution.

Pour en savoir plus

Article mis en avant

LES CONFERENCES DU CECG: LES SABLES BITUMINEUX DU CANADA (7 AVRIL 2014)

Sables SUNCOR

LES SABLES BITUMINEUX, OU « L’OR NOIR DU CANADA » :

ENTRE MANNE ÉCONOMIQUE ET CATASTROPHE ÉCOLOGIQUE

CONFERENCE DU CENTRE D’ETUDES CANADIENNES DE GRENOBLE,

LE LUNDI 7 AVRIL 2014 A 18h

MAISON DES ASSOCIATIONS DE GRENOBLE

(6 rue Berthe de Boissieux, 38000 GRENOBLE)

Les sables bitumineux sont un mélange de sable, d’argile, d’eau et de bitume qui, après extraction, donnent un pétrole qualifié de « non conventionnel » car plus coûteux et plus difficile à exploiter que le pétrole provenant de puits traditionnels.

L’évolution des technologies mais surtout l’envolée des prix du pétrole et la raréfaction des sources d’énergie fossiles rendent aujourd’hui possible l’exploitation de ces sables bitumineux que l’on trouve en abondance au Canada, en particulier dans la province de l’Alberta, qui produit aujourd’hui environ 2,5 millions de barils de pétrole brut par jour.

Si cette exploitation représente une formidable opportunité pour le Canada qui échappe ainsi à la crise économique mondiale, les conséquences sur l’environnement au sens large – y compris les peuples autochtones de la région – sont inégalées.

Sandrine Tolazzi, enseignant-chercheur en civilisation canadienne et directrice du Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble, propose un regard sur les enjeux de ce développement des sables bitumineux canadiens qui pourrait bien transformer de manière radicale l’image traditionnelle d’un Canada soucieux de l’environnement.

ENTREE AVEC PARTICIPATION LIBRE AU PROFIT DU CENTRE D’ETUDES CANADIENNES DE GRENOBLE.

Contact: sandrine.tolazzi@u-grenoble3.fr

 

Article mis en avant

Christophe Lebold: Leonard Cohen, l’Homme qui voyait tomber les anges

cb242maxi

Maître de conférence spécialiste de littérature rock à l’université de Strasbourg, auteur il y a dix ans d’une thèse consacrée à Leonard Cohen, Christophe Lebold est heureux de vous annoncer aujourd’hui la publication aux éditions du Camion Blanc de son ouvrage:

Leonard Cohen : l’Homme qui voyait tomber les anges.

Sans doute un des livres les plus complets à ce jour sur le poète, c’est à la fois une biographie (un rien conceptuelle), une ode (un rien irrévérencieuse), une analyse (de l’oeuvre complète: poèmes, romans et chansons) et une enquête métaphysique sur ces choses dont Cohen nous parle : la chute de l’homme, la présence effective des anges dans nos vies, les incessantes transformations du noir en lumière et du crooner en maître spirituel.

Pour en savoir plus

Article mis en avant

Contrôle et sécurisation des zones frontalières : Pratiques et discours en France et au Canada

APPEL À COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS

Journée d’étude du Centre d’études linguistiques de l’Université Jean Moulin – Lyon III – France
Mercredi 5 février 2014
6, Cours Albert Thomas, 69008 Lyon
En partenariat avec Le Centre de recherche de l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale

Contrôle et sécurisation des zones frontalières :

Pratiques et discours en France et au Canada

(English version follows)
Que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, la notion de frontière fixe impliquant un contrôle systématique à l’entrée ou à la sortie d’un territoire cède progressivement la place à un concept plus souple favorisant d’abord une meilleure circulation des biens, et ensuite une meilleure mobilité des personnes. La plus grande intégration économique des continents européen et nord-américain réalisée ces vingt dernières années a poussé les nations signataires des traités qui les ont rapprochées (Maastricht / ALENA) à revoir les modalités de passage de leurs frontières communes afin de les simplifier. La convention de Schengen en Europe et les programmes FAST ou NEXUS en Amérique du Nord sont nés de ce désir de garantir la fluidité des échanges entre pays partenaires. Mais les Etats impliqués ont dû concomitamment repenser les moyens de contrôler l’accès à leur espace national pour continuer à en assurer la sécurité optimale. L’avènement de la globalisation a généré une nouvelle criminalité très mobile qu’il a fallu entraver et l’accroissement des actes terroristes dans le monde a suscité une tentation de repli sécuritaire en contradiction avec la diffusion du libre-échange. Que ce soit en France ou au Canada, les forces de sécurité intérieure ont été amenées à faire évoluer leurs missions afin de pouvoir continuer à assurer efficacement la surveillance des zones frontalières dont elles avaient la responsabilité, sans toutefois en restreindre excessivement la perméabilité. La création des Centres de coopération policière et douanière en France ou des Equipes intégrées de la Police des frontières au Canada en est une évidente illustration. L’objet de la présente journée d’étude sera donc de proposer un état des lieux des missions qui incombent aujourd’hui aux forces de sécurité françaises et canadiennes en matière de contrôle et de sécurisation des zones frontalières, de s’interroger sur l’évolution permanente des missions qui leur sont assignées, d’analyser les stratégies de communication qu’elles ont mis en place pour faire connaître leurs activités et finalement d’envisager dans quels domaines il serait utile que les deux nations puissent coopérer. A titre d’exemple, on pourra étudier les mutations auxquelles la Gendarmerie nationale et la Gendarmerie royale du Canada ont dû faire face : capables d’allier flexibilité et efficacité, ces forces de police à statut militaire ont montré, dans ce nouveau contexte, qu’elles étaient particulièrement adaptées aux interventions dans des zones frontalières d’une grande variété (frontières maritimes ou montagneuses, conditions climatiques extrêmes). Quels sont les prochains enjeux auxquels elles devront faire face ?

Les communications pourront être en français ou en anglais et ne devront pas dépasser 20 minutes. L’utilisation d’un support PowerPoint est vivement conseillée, notamment pour les communications en langue anglaise. Une publication des actes est prévue. Les propositions de communication (300 mots maximum) ainsi qu’une brève biographie sont à envoyer conjointement à Jean-Valéry Lettermann et Eric Tabuteau avant le 24 novembre 2013.

Appel à Communications / Call for Papers
Controlling and Securing Border Areas:
Practices and Discourses in France and Canada
Whether in Europe or North America, the notion of fixed borders entailing systematic controls when entering or leaving a territory has gradually given way to a more flexible concept promoting, firstly a smoother flow of goods, and, secondly, the improved mobility of people. The greater economic integration of the European and North American continents achieved over the last twenty years has led the signatory nations of the NAFTA and Maastricht treaties to further simplify the crossing procedures of their shared borders. As a result, the Schengen Convention in Europe and the FAST or NEXUS programs in North America came into being to ensure a smooth flow of exchange between partner countries. Nevertheless, at the same time, the states involved were also called upon to redefine the means of controlling access to national territory so as to continue to ensure their optimal safety. The rise of globalization generated a new and increasingly mobile form of criminality that had to be checked and the growing acts of terrorism in the world fostered a temptation to bunkerize, thus hindering the spread of free trade. Whether in France or in Canada, internal security forces were required to continue effective monitoring of the border zones they were responsiresponsible for, without, however, excessively limiting their penetrability. The creation of the Police and Customs Cooperation Centers in France or the Integrated Border Enforcement Teams in Canada is a good illustration of this phenomenon. The object of the present conference is to review the missions currently involving French and Canadian security forces with regard to controlling and securing border areas. In this framework, it seeks to address the constant evolution of the tasks assigned to them, analyze the communication strategies implemented to generate public awareness of their activities, and finally, examine potential fields of mutually beneficial cooperation. As a starting point, one focus of study may be the changes that the Gendarmerie nationale and the Royal Canadian Mounted Police (RCMP) have had to undergo. In a new context, these law enforcement bodies have been able to combine efficiency and flexibility, operating in highly diverse border regions which share maritime or mountainous borderlines and suffer from extreme weather conditions. What are the new issues they will be called on to face in the future?
Papers may be given in French or in English and should be no longer than 20 minutes. The use of visuals such as PowerPoint is highly recommended, notably for the papers given in English. A publication of the proceedings is planned. Paper proposals should provide an abstract of 300 words, a short biography, and must be sent to both Jean-Valéry Lettermann and Eric Tabuteau before 24 November 2013.

Contacts et organisation:

Colonel Jean-Valéry Lettermann (jean.lettermann@gendarmerie.interieur.gouv.fr): Ancien élève du Prytanée Militaire de la Flèche, de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr et de l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale de Melun, ancien stagiaire du Collège interarmées de défense, licencié en histoire et titulaire de deux DESS de sécurité intérieure ; successivement commandant de peloton à l’escadron de gendarmerie mobile de Strasbourg, commandant de compagnie d’élèves à l’Ecole polytechnique de Palaiseau, commandant de compagnie de gendarmerie départementale à Rambouillet, chef de section au service des ressources humaines de la Direction générale de la Gendarmerie nationale, Membre du cabinet du Directeur général de la Gendarmerie nationale, Commandant militaire de l’Hôtel de Matignon, Commandant du groupement de gendarmerie départementale de l’Isère.

Eric Tabuteau (eric.tabuteau@univ-lyon3.fr): Diplômé des universités de Lille, La Réunion et Dijon, titulaire d’un DEA de lettres et sciences sociales et docteur en études anglophones ; successivement assistant de français à Dumbarton (Ecosse), volontaire du service national au titre de l’aide technique à l’Ile de la Réunion, lecteur de français à l’Université d’Aberdeen (Ecosse), professeur certifié d’anglais à l’Université de la Réunion, maître de conférences d’anglais appliqué à l’Université de Franche-Comté (Besançon), à l’Université Stendhal (Grenoble) puis à l’Université Jean Moulin (Lyon), ancien directeur de département et d’UFR, membre du jury du CAPES externe puis de l’agrégation interne d’anglais, co-éditeur de A Safe and Secure Canada : Politique et enjeux sécuritaires au Canada depuis le 11 septembre 2001 (Peter Lang Publishing, 2011). Egalement chef d’escadron dans la réserve citoyenne de la Gendarmerie nationale

Article mis en avant

18 octobre 2013: Séminaire situation politique et électorale

Elections Canada

Séminaire organisé par le Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble, avec la participation du groupe “Elections et partis” de PACTE.

Vendredi 18 octobre 2013, 14h30, salle de réunion PACTE (IEP Grenoble).

Intervenants:

Louis Massicotte (politologue, département de sciences politiques, Université Laval): La situation politique et électorale fédérale – l’effet Trudeau.

Pierre Martin (politologue, PACTE, IEP Grenoble): La situation politique et électorale provinciale – les élections en Colombie-Britannique, au Québec et en Nouvelle-Ecosse.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Pour plus d’informations, contacter cec38@upmf-grenoble.fr

(crédits photo: Lester Chung, LC Photography)

Article mis en avant

Ressources minières dans les Amériques: Mutations d’un continent

(photo: Suncor Energy Inc.)

APPEL A COMMUNICATIONS

Colloque organisé par le CEMRA (EA3016, Université Grenoble Alpes), l’ILCEA (EA613, Université Grenoble Alpes) et PACTE (UMR5194, CNRS-Université Grenoble Alpes), avec la collaboration du Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble.

 

 Date et lieu :  mercredi 11, jeudi 12 et vendredi 13 juin 2014, à Grenoble.

 

 Dans un contexte de changement global lié à l’accroissement des activités humaines (Giddens), la course à la consommation et à l’énergie conduit au développement de projets d’envergure censés répondre aux besoins croissants de la population mondiale en matières premières et laissant simultanément entrevoir une intensification de ce changement global.

De tels projets, dont la mise en œuvre est conditionnée par l’ouverture des pays aux capitaux étrangers, ont un impact évident dans les domaines économique, géopolitique, ou environnemental. Mais ils font également entrer en jeu un certain nombre d’acteurs, dont les entreprises minières transnationales à l’origine de ces projets, qui affectent profondément les processus démocratiques de prise de décision. Dès lors, la critique arendtienne de la modernité par la mainmise de l’économique sur le politique, ou encore l’érosion de l’ « Etat social » décrite par Habermas semblent illustrés par le développement des méga-projets miniers à l’échelle mondiale.

Dans le cadre de ce colloque, nous nous proposons d’étudier ces phénomènes au sein du continent américain, où l’on ne cesse de découvrir de nouveaux gisements d’hydrocarbures, véritable manne à l’heure des nouvelles batailles pour l’énergie qui se livrent à l’échelle de la planète. Cet ensemble territorial, constitué de pays qui se sont développés selon des modes très différents, est aujourd’hui encore fortement contrasté : certains pays sont très industrialisés tandis que d’autres sont encore en voie de développement ; partant de là il est intéressant de voir les similitudes éventuelles en ce qui concerne l’impact du développement des ressources minières. A noter également que de nombreux projets miniers qui voient le jour en Amérique latine sont « pilotés » par de grands groupes provenant d’Amérique du nord, ce qui pose la question des rapports nord-sud.

Nous souhaitons ainsi explorer la manière dont le développement des ressources minières dans les Amériques est emblématique des transformations qui s’opèrent au niveau des acteurs impliqués dans ce développement, et par là même des nouvelles représentations de ce continent en pleine mutation.

Plusieurs axes pourront ainsi être traités :

 

       Les enjeux du développement minier : comment ce développement contribue-t-il à une redéfinition des acteurs de la vie politique, économique ou sociale dans les Amériques ? Y a-t-il une réinterprétation des espaces du pouvoir à l’intérieur des pays concernés ou entre les pays concernés ? Les projets de développement des ressources minières en Amérique du Sud actuellement menés par des entreprises nord-américaines soulèvent par exemple des questions de souveraineté.

 

       La législation concernant le développement des ressources minières ou le droit du sol dans les pays d’Amérique du Nord : en quoi peut-elle être considérée comme un vecteur des représentations sociales et culturelles des pays concernés ? On peut évoquer, par exemple, le cas du Canada où les textes de loi concernant les droits des peuples autochtones reflètent une opposition entre tradition et modernité qui influe de manière importante sur l’aboutissement des négociations concernant le développement des ressources en territoire autochtone.

 

       Les conséquences culturelles, sociales et environnementales des projets miniers et leurs représentations : au-delà de l’impact environnemental des mégaprojets miniers, on peut s’interroger sur les conséquences à plus ou moins long terme (y compris dans des phases de réhabilitation) au niveau des populations locales, mais aussi sur l’intervention des entreprises minières dans les dispositifs de réglementation environnementale.

 

       Le discours d’opposition, les mouvements sociaux émergents et leurs moyens d’action : quelle est l’ampleur du mouvement de défense de l’environnement et quel est son impact sur les transformations qui ont eu lieu au niveau de la législation sur les activités minières ? Quels sont les mouvements sociaux qui émergent dans le contexte des nouveaux projets miniers ? Quel est le rôle de l’opposition locale, en particulier l’opposition des populations autochtones, bien souvent premières victimes des conséquences négatives de ces nouveaux projets ? Quelles sont les stratégies de lutte qui, dans certains cas, ont permis une révision de projets de grande envergure ?

 

       Les outils et tactiques de communication des entreprises : face à l’opposition, de nombreuses entreprises réalisent désormais qu’elles doivent impliquer davantage les populations affectées par leurs grands projets dans les processus décisionnels et anticiper les conséquences à plus ou moins long terme de leurs réalisations. Les études d’impact environnemental représentent à ce titre un outil de connaissance, de médiation et de gestion des risques important, mais peinent encore à intégrer l’ensemble des acteurs concernés. Néanmoins, la responsabilité sociale des entreprises est un élément qui se doit désormais d’être partie prenante de tout nouveau projet minier.

 

A travers ces différents axes, ce sont plusieurs champs disciplinaires (études de l’Amérique latine, études nord-américaines, étude du discours, sciences politiques, sciences sociales, géographie, histoire, droit, économie, philosophie) ainsi que différentes approches méthodologiques qui viendront se rencontrer pour éclairer l’ensemble des changements qui se produisent actuellement sur le continent américain, et dont l’impact va bien au-delà de ce que les seuls indicateurs économiques pourraient laisser paraître.

 

 Un résumé de votre proposition (en français) de 300 à 500 mots ainsi qu’une courte biographie et bibliographie (5 articles ou ouvrages maximum) sont à envoyer avant le 9 septembre 2013 à sandrine.tolazzi@u-grenoble3.fr Les propositions seront étudiées de manière anonyme par le comité scientifique du colloque, et une réponse envoyée avant le 30 septembre 2013.

 

 

Article mis en avant

“Mémoire(s) canadienne(s)”

41ème colloque annuel international de l’AFEC

Rennes, 12 Juin 2013 – 15 Juin 2013

Le Centre d’études canadiennes de Rennes 2 organise, en partenariat avec le Centre d’études canadiennes de l’université d’Angers, le Centre de recherches historiques de l’Ouest et l’Institut d’études canadiennes de l’université d’Ottawa, le 41e colloque annuel international de l’AFEC du 12 au 15 juin 2013 à Rennes.

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant:

http://www.univ-rennes2.fr/centre-etudes-canadiennes/actualites/41e-colloque-annuel-international-afec-memoires-canadiennes

Article mis en avant

26 mars 3013: l’écrivain Nicolas CHALIFOUR à Grenoble

Regard d’un auteur sur le Québec contemporain : Nicolas Chalifour face au « spectacle du monde »

Le Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble est heureux d’accueillir l’auteur québécois Nicolas Chalifour pour une présentation entrecoupée de lectures et débats le mardi 26 mars 2013, de 10h à 12h,  à l‘Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, salle Domenach.

Né en 1970 à Québec, Nicolas Chalifour est professeur de littérature au Collège Edouard-Montpetit à Longueil. Il fut finaliste du Prix des Libraires du Québec avec son premier roman paru en 2009 aux Editions Héliotrope, Vu d’ici, tout est petit. Il viendra nous présenter son nouveau roman, Variété Delphi, ainsi que sa contribution dans le recueil Printemps spécial paru peu après les évènements du « Printemps érable ». Sa venue sera l’occasion d’interroger son rapport au monde, à la lecture et à l’écriture. Moins d’un an après une révolte, massive et inédite, au pays du pacifisme, quel regard porte-t-il donc sur la politique ? N’y-a-t-il d’échappatoire que la poésie?

Morceaux choisis :

« Vu d’ici, tout est petit. Tout est petit comme moi. C’est comme ça depuis toujours et on peut penser que ce sera comme ça encore longtemps. C’est comme ça et on n’y peut rien.

Lorsqu’on les regarde d’ici, toutes les choses d’en bas sont petites. Elles sont petites, comme moi. Quand on regarde le monde d’ici, d’en haut de la montagne, il est possible de se mettre tout le paysage dans une main et on pourrait même écraser n’importe quoi entre deux de mes doigts. Vu d’ici, il y a seulement les nuages qui sont gros. Les nuages qui sont gros et tout blancs sont comme les choses qu’on oublie ou qu’on ne sait pas ou qu’on ne sait plus, comme l’anneau qu’on a sur l’orteil et qu’on va oublier, peut-être, sûrement, un jour, mais ce sera encore long et que ce ne sera pas facile » (extrait de Vu d’ici tout est petit, p.7). 

« Ça bascule dans la tête, se renverse derrière le regard brouillé et c’est pendant de longues minutes -parmi les coups d’oeil de plus en plus intéressés du concierge et des préposés de l’accueil- que, bousculé du dedans et en proie aux surimpressions floues de mes passés, on sillonne le hall du Château. (…). A ces premiers reflux d’une enfance tissée entre les fabulations du père et la hantise maladive du pinot noir et des procès qui lézarde la tête fragile de la mère , succèdent tous les mondes, les personnages et les épisodes qui tissent une vie, qui brodent leurs motifs dans l’étoffe d’un homme mal taillé, d’un homme qui s’effiloche » (extrait de Variétés Delphi, p.159).

« Entre le front policier et la marée folle des manifestants, il y a la jeune fille aux yeux verts. Le nez dans son écharpe, elle se tient bien droite, immobile dans les nuées de gaz qui s’effilochent autour d’elle, immuable sous sa pancarte rouge et les grenades assourdissantes qui éclatent très bas au-dessus de sa tête » (texte pour le recueil Printemps spécial, p.13).

On vous attend nombreux pour cette rencontre introduite et animée par Yolaine Vuillon, chercheure associée au laboratoire Pacte de l’IEP de Grenoble et membre du Centre d’Etudes Canadiennes.

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Canada after 9/11 – Vient de paraître…

Numéro qui fait suite au colloque organisé par notre Centre le 11 septembre 2011 sous la direction de Sandrine Tolazzi

This issue of International Journal looks into the way the changes brought on by 9/11 can be interpreted as a result of the emergence of new representations of the world order. Contributors from different backgrounds demonstrate that such representations do not necessarily correspond to any tangible reality, although they tend to provide a hegemonic framework of interpretation for many political, economic, and social events.

CONTENTS :

Canada after 9/11 (guest editor : Sandrine Tolazzi)

Living together: Canada, 10 years after 9/11 by Sandrine Tolazzi

The Canada-US relationship one decade after 9/11 by Earl Fry

The cost of bandwagoning: Canada-US defence and security relations after 9/11 by Jean-Christophe Boucher

The Clash of perceptions‚ in Canada since 9/11: A study of the Canadian Arab community’s communications by Lynne Franjié

The difficult integration of Muslims into Québec since 9/11: International or local dynamics? Marie McAndrew and Mahsa Bakhshaei

The geopolitical meaning of a contemporary visual arts upsurge at the Canada-US border by Anne-Laure Amilhat-Szary

A new border? A Canadian perspective on the Canada-US border post-9/11 by Emmanuel Brunet-Jailly

Over the transom

An unexpected war, a not-unexpected mission: The origins of Kandahar 2005 by Matthew Willis

Is Ottawa following Washington ‘s lead in foreign policy? Evidence from the Arab Spring by Jonathan Paquin

Historical influences on India’s foreign policy by Taru Dalmia and David M. Malone

The lessons of history

Diplomacy and cultural understanding: Learning from US policy toward Indonesia under Sukarno by Baskara T. Wardaya

Blasts from the past

“A great small country on the international scene”: Looking back at Canada and the United Nations by Adam Chapnick

Coming attractions

America’s Pacific pivot by David A. Beitelman

Reviews

Theodore McLaughlin on Bruce Bueno de Mesquita’s and Alistair Smith’s The Dictator’s Handbook

Frédéric Mérand on Sylvain Brouard, Olivier Costa, and Thomas K√∂nig, eds., The Europeanization of Domestic Legislatures

David Webster on Greg Donaghy and Michael K. Carroll, eds., In the National Interest

Jessica N. Trisko on Stephen Brown, ed., Struggling for Effectiveness

Ingrid Knutson on Rajiv Chandrasekaran ‘s Little America

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

4 contrats doctoraux 2013-2016…

Afin de soutenir des actions de coopération internationale dans le domaine universitaire et scientifique, des contrats doctoraux sont attribués chaque année par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche au titre du partenariat avec l’Institut des Amériques.

Ces contrats doctoraux fléchés « Institut des Amériques » sont destinés à développer et dynamiser, au sein des pôles internationaux de l’Institut des Amériques, la coopération scientifique entre les universités françaises et américaines ainsi qu’à valoriser la recherche américaniste française dans les Amériques.

Dans ce cadre, l’Institut des Amériques lance un appel à candidature pour les quatre contrats doctoraux fléchés “Institut des Amériques” qui seront attribués pour la période universitaire 2013-2016 : http://www.institutdesameriques.fr/page.jsp?id=87&mois=1&annee=2013&id_actu=318

Critères d’éligibilité :

* Cet appel à candidature concerne uniquement les étudiants qui ne sont pas encore inscrits en doctorat et qui s’inscriront en thèse dans une des institutions membres de l’Institut des Amériques (voir liste jointe).

* Les projets de recherche s’inscrivant dans une des deux thématiques phares de l’Institut des Amériques seront favorisés : « Les intégrations dans les Amériques » et « Les Amériques dans la diversité : migrations, frontières, populations autochtones et minoritaires ».

* Pour les contrats 2013-2016, les candidats devront postuler en adéquation avec leur terrain de recherche pour une des six zones géographiques suivantes :

1)      Pôle Californie : Los Angeles

2)      Pôle Caraïbe : Saint Domingue

3)      Pôle Sud-Atlantique : Atlanta

4)      Pôle Canada : Montréal ou Toronto

5)      Pôle Mercosur : Montevideo

6)      Pôle Brésil : São Paulo

Profil recherché :

L’excellence du dossier scientifique sera un critère déterminant de la sélection. Des capacités d’adaptation, le sens de l’organisation, un bon relationnel, la capacité à travailler de manière autonome, ainsi que la maîtrise de la langue du pays de destination sont indispensables. La connaissance d’une seconde langue des Amériques constituera un atout.

Conditions :

* Ces contrats étant réservés à des actions de coopération internationale, le doctorant devra résider annuellement 10 mois sur le site d’implantation du pôle international de l’IdA dont il sera le coordinateur. En cette qualité, il dédieraun tiers de son temps au développement des activités scientifiques et partenariales du pôle, en collaboration avec l’équipe en charge des Relations Internationales de l’IdA, et se faisant valorisera aussi les activités internationales de son université membre du GIS.

* Rémunération : 1684,93 euros bruts minimum et 2024,70 euros bruts maximum si l’université du doctorant accepte de verser un complément pour la mission de valorisation et diffusion de l’information scientifique et technique.

Plus d’information sur le site internet du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Procédure :

Chaque dossier de candidature devra impérativement comporter les pièces suivantes réunies en un seul document au format PDF :

* la fiche de renseignements dûment complétée (jointe à cet appel)

* un CV

* une copie du dernier diplôme obtenu

* une lettre de motivation

* une lettre de recommandation obligatoire du directeur de thèse potentiel

* une lettre de recommandation d’un chercheur ou d’une institution à l’étranger est recommandée

Les dossiers de candidatures devront être envoyés par courrier électronique jusqu’au 8 février 2013 à l’adresse suivante : gt-recherche@institutdesameriques.fr.

Les dossiers seront évalués dans un premier temps par des évaluateurs externes, puis par le Comité de sélection de l’IdA.

Calendrier :

– Résultats de la présélection : 15 mars 2013

– Auditions des candidats retenus à Paris le 22 mars 2013

– Résultats de la sélection finale du MESR : début juillet 2013

Pour plus d’information sur la politique scientifique et internationale de l’IdA, consultez sur notre site internet :

Les contrats doctoraux

Les pôles internationaux

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Arctic Panel at the 1st International Conference on Public Policy

26-28 June 2013, Grenoble, France

Although the Arctic is not a homogenous region, physically, economically and politically, the Arctic states face comparable challenges of adapting to a warmer climate and development of remote areas. Many parts of the Arctic are characterized by a harsh environment with little infrastructure, long distances, and ethnically diverse populations. While some regions are affected by out-migration, others by in-migration, more transient workers are needed for mining and the hydrocarbon industries.

The purpose of this panel is to analyze and discuss :
1. To what extent the climate change and economic prospects in the Arctic have changed public policies
2. To what extent public policies are limiting or motivating economic development, through legislation, infrastructure development, direct or indirect subsidization, particularly in the mining and hydrocarbon sector and in transport (shipping)
3. The capacity to act by the elected representatives at the local level, and to analyze to what extent citizens and communities are engaged in the development of public policies
4. How conflicting interests between economic sectors are considered (e.g. tourism versus mining, petroleum activities versus fisheries and traditional subsistence)
5. How social cohesion between various categories of the population (indigenous/non indigenous, permanent/transient) appears as an issue in current public policies
6. If public policies are shaped by regional frameworks of cooperation and international agreements and norms
7. How Arctic policy making can be seen as an imaginary and symbolic construction.
More info : http://icpublicpolicy.org/spip.php?article31#POLITICS

 

 

Article mis en avant

Call for papers for the First International Conference on Public Policy

Over the past thirty years, public policy research has grown as an academic field of study in many countries. Coming from a range of disciplines in the social sciences and humanities, including political science, public administration, geography, sociology, economics and law among others, this research has helped develop our understanding of the many phenomena related to public policy-making by governments. In order to join together all of the researchers who work on public policy and their different approaches and topics, we invite you to attend the first International Conference on Public Policy (ICPP) which will take place at Science Po Grenoble, 26-28 June 2013. 

The conference is sponsored by six Research Committees of the International Political Science Association which work on different aspect of public policy, and by the Public Policy sections of the European Consortium for Political Research and the American Political Science Association. During this conference, opportunities will be provided for both junior and senior researchers from a variety of disciplines to present and discuss new research, theoretical, conceptual and methodological insights and empirical findings through a system of panels and workshops. The programme will also involve conference speakers and plenary discussions. 

With this note we issue the conference general call for papers with a deadline of 1st Febuary 2013

We would like invite you to propose a paper for this conference to one of our 80 panels (titles, abstracts and contacts of the call for papers for each panel can be found  on our website at http://icpp2013.sciencesconf.org/ 

In order to propose a paper, please send an abstract of your proposal (300 words max.) directly to the chair of the panels – Paper proposers will be notified of the acceptance of their proposal by the panel chair before March 1st.

Please note that the conference is panel-based and all paper proposers are encouraged to locate the most appropriate panel for their work and submit their abstract there. However in cases where a paper may not fit into any panel the proposal should be submitted to the “Open Panel” by sending it directly to the conference organizers at icpublicpolicy@gmail.com.

For the scientific and staff committee, 
Philippe Zittoun

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Le paradis des compagnies minières…

Mercredi 24 octobre à 20h à la librairie-bibliothèque Antigone (22 rue des Violettes – Grenoble – tram C arrêt “Vallier-Catane” – www.bibliothequeantigone.org )

Conférence à Grenoble avec Alain Deneault sur le rôle de “paradis réglementaire” que joue le Canada pour l’industrie minière

Aujourd’hui, les trois quarts des sociétés minières mondiales ont leur siège social au Canada, un pays qui leur procure une législation fiscale et judiciaire extrêmement favorable, selon Alain Deneault et William Sacher, deux universitaires qui travaillent depuis des années sur cette question. Après « Noir Canada », ils racontent dans « Paradis sous terre » comment le pays est devenu un eldorado pour l’industrie minière au détriment de l’environnement et des populations du Nord comme du Sud.”

http://www.novethic.fr/novethic/ecologie,energies,energies_fossiles,canada_paradis_compagnies_minieres,138494.jsp

 

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

NEW PARUTION: What holds the Arctic together?

L'Arctic together

PRESENTATION – Web site Harmattan

The Arctic region is undergoing dramatic transformation. Rapid change due to climate warming is currently affecting the Arctic more than any other region in the world: the permafrost is melting, glaciers are receding, the sea ice is shrinking. With the melting of ice, the circumpolar region is subject to increasing forces of globalization, and navigation through the Northwest and the Northeast passages is rapidly emerging as a practical and commercial proposition. Moreover, the Arctic may be home to 30 per cent of the planet’s undiscovered natural gas reserves and 13 per cent of its undiscovered oil.

“What Holds the Arctic Together?” The emphasis here is on convergence, rather than divergence, the Arctic’s centrality not its eccentricity. The contributions gathered together in this book all address essential questions posed by geophysicists, political scientists, jurists, geographers and historians. How can science calculate and assess the scale of change in this geographic space, in particular concerning the  melting of ice? To what extent are the Native populations listened to and act as active participants in decision-making concerning the Arctic? In the context of post-Cold War international and regional cooperation, what is the present state of Arctic governance? How are the Arctic States themselves cooperating in facing the challenges that lie ahead? Are existing juridical arrangements adequate? What role in the Arctic can be played by actors such as the European Union? To what extent are other powerful countries, such as the Asian giants, taking a direct interest in the development of the Arctic?

Contributing to this volume: Clive Archer, Anne Choquet, Alain Faure, Robert Griffiths, Paule Halley, Lassi  Heininen, William Iggiagruk Hensley, Frédéric Lasserre, Marie-Eve Mercier, Heather Nicol, Natalie Novik, Cécile Pelaudeix, Alexander Vylegzhanin, Jérôme Weiss.

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Mémoire(s) canadienne(s): appel à communications

dans le cadre du prochain congrès de l’AFEC qui se tiendra du 12 au 15 juin 2013 à l’Université de Rennes – Deadline pour les propositions: 15 septembre 2012

L’appel en français – L’appel en anglais

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Le 24 mai 2012 à 10h: David LEADBEATER & Sophie DANAUX…

Le Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble a le plaisir de clore ses conférences de l’année universitaire 2011-2012 avec 2 interventions suivies d’un débat à chaque fois:
  • David Leadbeater : La reconversion des villes minières du nord de l’Ontario – Discutant: Jean-François Ponsot
  • Stéphanie Danaux : Autour d’Edwin Holgate dans le Montréal de l’entre-deux-guerres : le livre illustré comme lieu d’échanges entre un graveur anglophone et des auteurs francophones – Discutante: Yolaine Vuillon

Salle de réunion de PACTE à l’IEP Grenoble  – mardi 24 mai 2012 – 10h-12h30 – Rencontre suivie d’un pot et d’un buffet de fin d’année

  • David Leadbeater  est Professeur invité en avril 2012 par la Faculté d’Economie de Grenoble. Associate Professor en sciences économiques à Laurentian University, Ontario, Canada, il a obtenu son PhD à l’Université de Toronto (CV). Ses domaines de spécialisation sont l’économie régionale, l’économie minière et l’économie du travail. Il a publié dans de nombreuses revues académiques et ouvrages collectifs sur ces thématiques avec un focus sur la reconversion des villes minières dans le nord canadien et en Australie. Il a dirigé plusieurs contrats de recherche financés par le Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC).
  • Stéphanie Danaux est Ph. D., ATER en histoire de l’art contemporain à l’Université Pierre-Mendès-France Grenoble 2 (www.stephaniedanaux.com). Historienne de l’art spécialiste de l’illustration et des transferts France-Québec, elle est titulaire d’un doctorat de l’Université de Poitiers et de l’Université de Montréal (2007) pour lequel elle a obtenu une bourse de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Une version remaniée de sa thèse est à paraître aux Presses de l’Université Laval sous le titre L’iconographie d’une littérature. Evolution et singularités du livre illustré francophone au Québec, 1840-1940. Après avoir été chercheure postdoctorale au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises de l’Université de Montréal, elle est actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche en histoire de l’art contemporain à l’Université Pierre-Mendès-France Grenoble 2. Ses travaux en cours portent sur les dessinateurs de presse, notamment les bédéistes et les caricaturistes. Son intervention portera sur l’anglophone Edwin Holgate qui incarne l’exemple de l’artiste parfaitement intégré aux deux principales communautés linguistiques et culturelles de Montréal, au sein desquelles il semble cependant se faire remarquer pour des raisons différentes : si sa production picturale révèle des liens intenses avec la communauté anglophone (Groupe de Beaver Hall, des Sept), sa production gravée le rattache plutôt à la communauté francophone de Montréal (expositions collectives, livres illustrés). L’objectif de cette conférence sera d’examiner les modalités de sociabilité intellectuelle qui ont permis à Holgate de s’intégrer à la communauté intellectuelle francophone de son temps (via le Casoar-Club, l’École des beaux-arts de Montréal) et de poser grâce à ces amitiés des jalons majeurs dans l’histoire de l’estampe et du livre illustré au Québec.

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Conférence internationale de l’Année Polaire Internationale

L’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), propose aux étudiants chercheurs et scientifiques français de participer à la Conférence internationale de l’Année polaire 2012 sur le thème « De la connaissance à l’action » prévue à Montréal du 22 au 27 avril (date limite 25 mars).
API 2012 est la rencontre scientifique internationale la plus importante sur la recherche polaire. Des présentations, des panels de discussions ainsi que des ateliers permettront aux scientifiques de transmettre aux politiques et au milieu des affaires les nouvelles connaissances en matière de recherche polaire dans le but de permettre à notre monde en mutation de discuter des applications concrètes de ces conclusions scientifiques.

Au programme: des conférences, des discussions plénières, des ateliers. Les plénières aborderont des thèmes très variés: changements climatiques dans les milieux polaires, répercussions sur l’ensemble de la planète, santé des populations et sécurité alimentaire, services écosystémiques, infrastructures et transports, exploitation des ressources et sécurité des territoires.

http://www.ofqj.org/appels/participation-la-conf-rence-de-lann-e-polaire-internationale-api-2012

Article mis en avant

Quatre poètes québécois et français le 13 mars à l’IEP Grenoble…

Notre Centre est heureux de collaborer au 14ème printemps de la poésie à Grenoble. A 14h, La grande nuit de la poésie à Montréal sera projeté à l’IEP de Grenoble. La conférence “Poésie d’hier et d’aujourd’hui au Canada et en France : quel rôle, quelle résonance avec la société, quel statut du poète?” se fera à la lumière de ce film. Elle sera animée par Alain Faure, directeur du Centre d’Etude Canadienne de Grenoble et du laboratoire Pacte (IEP de Grenoble), Yolaine Vuillon et les auteurs québécois et français Jonathan Lamy, Alain Fisette, Jean-Pierre Bobillot et Emmanuel Merle.

Cette conférence est organisée en partenariat avec l’IEP et le Centre d’études canadiennes de Grenoble.

 

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

EU and Canada can grow Arctic relations…

EU and Canada can grow Arctic relations

By Cecile Pelaudeix

First published by Embassy, 28 Sept 2011, Canada’s foreign policy newsweekly – http://embassymag.ca/

When it comes to the Arctic, co-operation between the European Union and Canada dates back to the 1990s, when the two entities developed Northern policies. Over the years, these relations evolved in parallel, and at times interconnected ways—and it was only in the late 2000s that they became hindered by the seal hunt.

In the 1990s, a shift from confrontation to co-operation took place in circumpolar geopolitics. In 1993, the Barents Euro-Arctic Council was created in which the European Commission still stands as a member. Two years later, Sweden and Finland joined the EU.

In the late 1980s, Canada was not yet considering itself as an Arctic country. On the initiative of Canada, the Arctic council was founded in 1996, and in 1997 a report of the standing committee on foreign affairs and international trade—emphasizing the lack of a Northern identity—developed the basis for a Canadian foreign policy for the circumpolar North.

In particular, the report underlines the growing importance of the EU in Arctic-region political cooperation. “Not only do EU regional and foreign policies now include an Arctic component, but the Nordic states are in some sense becoming a crossroads for that pan-Arctic cooperation,” it read.

In 1999, the Northern Dimension Policy associating the EU, Iceland, Norway, and Russia is launched, with Canada and the US performing the role of observers. The following 1999 EU-Canada summit resulted in the release of the Statement on Northern Cooperation “with a view to promoting sustainable development as well as environmental and human security.”

On the occasion of the 2002 Canada-EU summit, a Progress Report asserted that “the European Commission actively participates in the work of the three most important regional bodies of the Northern Dimension region; the Council of the Baltic Sea States, the Arctic Council and the Barents Euro-Arctic Council.

The involvement of the EU in Arctic governance at that time was taken for granted: the EU, as an Arctic entity, has de facto territories, concerns, responsibilities, interests and commitments in the Arctic. Three EU member states are Arctic countries (Sweden, Finland, and Denmark). Two Arctic states are members of the European Economic Area (Norway and Iceland).

As for concerns, climate change has been stated in the Lisbon Treaty as the main global environmental problem and a directorate in the European Commission is specifically dedicated to this issue. The EU has responsibilities when it comes to the environment: the EU has commissioned a report on its Arctic footprint, which is so far the sole initiative of this kind in the Arctic arena.

The interests of the EU lie in Arctic resources, since the EU is the main consumer (oil, fish, and minerals). As for commitments, since 2008, 19 key EU research projects with an Arctic dimension have been implemented, each funded from two million euros to more than 16 million euros.

Seal hunt hinders relations

This first stage of cooperation between the EU and Canada on the Arctic, which reached its peak at the end of the 1990s, contrasts dramatically with the end of the 2000s. The first steps toward defining an EU Arctic policy caused some irritation.

The adoption by the European Parliament of a regulation banning the trade in seal products in the EU in 2009, and the suggestion of the adoption of an international treaty for the protection of the Arctic in a 2008 resolution, has hindered EU-Canada co-operation on the Arctic.

The ban has generated a feeling of interference in Canadian affairs. It has been considered as a hasty decision, and Canada has requested a consultation procedure under the auspices of the World Trade Organization.

The ban still, somehow, sometimes, thwarts EU-Canada relations. The extent to which it has weighed in the refusal of the Arctic Council to the European Commission’s application to become a permanent observer is nevertheless to be put in perspective with other factors, like the position of Russia, which has not been particularly in favour of extending the number of permanent observers in the Arctic Council.

A cautious approach is also required when it comes to the Northwest Passage. The Council’s conclusions on Arctic issues of 2009 are clear: “The Council reiterates the rights and obligations for flag, port and coastal states provided for in international law, including the [United Nations Convention on the Law of the Sea], in relation to freedom of navigation, the right of innocent passage and transit passage, and will monitor their observance.”

This does not necessarily mean that the EU sides the United States, which has not ratified UNCLOS, on this sensitive matter. Since 2008, a better understanding of Arctic realities has allowed the EU Arctic policy to move towards a more integrated and balanced approach. The 2011 resolution of the European Parliament considers “that the Arctic region is not to be regarded as a legal vacuum, but as an area with well developed tools for governance.

The European Commission programme of research dedicated to the Arctic includes a scientific and ethical evaluation of the impact of indigenous seal hunting, and the European Commission has established a dialogue with Arctic communities.

EU-Canada relations, dating back to the 1950s, go on developing. An important agreement is being negotiated: the Canada-European Union Comprehensive Economic and Trade Agreement. Some successes need to be highlighted such as the collaboration between Canada and the European Space Agency that has been lasting three decades.

When it comes to the Arctic, communication, information, sharing of expertise are certainly very important. The European Commission has launched several programs to improve the understanding of European perspectives on the Arctic. The EU Arctic Forum, a platform playing an increasing role in providing expertise in the Arctic, organized last year with the Mission of Canada to the EU a roundtable discussion of challenges faced in the Arctic.

Considering the recent evolutions on Arctic issues, there are reasons to believe that EU-Canada relations can go on developing to improve collaboration on common interests such as the key issue of the promotion of sustainable development in the Arctic.

Cecile Pelaudeix is a research associate at PACTE Institute of Political Studies, member of the Centre for Canadian Studies in Grenoble, France and research fellow at EU Arctic forum.

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Bourses du Gouvernement Canadien (date limite: 01/12/2011)

 
APPEL A CANDIDATURES : BOURSES DU GOUVERNEMENT DU CANADA -,PROGRAMME D’ETUDES CANADIENNES
L’Ambassade du Canada en France vous informe de six appels à candidatures pour des bourses offertes par le Gouvernement du Canada  http://www.canadainternational.gc.ca/france/bilateral_relations_bilaterales/bourses_gouvernement_canada_government_awards.aspx?lang=fra

Ce programme s’adresse aux nouveaux titulaires  de doctorat (citoyens français) qui désirent mener des recherches au Canada. Les candidats devront avoir complété un doctorat au cours des trois dernières années (entre le 12 novembre 2008 et le 12 novembre 2011). 5 à 6 bourses peuvent être octroyées à la France. Valeur : 36 500 $CAN pour une durée d’un an. La bourse est imposable au Canada. Champs de recherche : sciences naturelles et génie, sciences sociales et sciences humaines. – Date limite de candidature : 12 novembre 2011 

  • 2. Bourses et subventions en études canadiennes à l’intention des professeurs, maîtres de conférences et chercheurs en sciences humaines et sociales

1/ Réseaux internationaux de recherche (RIR) http://www.iccs-ciec.ca/reseaux-internationaux-recherche.php#present    – Valeur : La bourse peut atteindre la somme de 10 000 $CAN. – Date limite : 24 novembre 2011 

2/ Bourses Canada-Europe http://www.iccs-ciec.ca/bourses-canada-europe.php  – Valeur : La bourse peut atteindre la somme de 10 000 $CAN.  Date limite : 24 novembre 2011

3/ Bourse de complément de spécialisation (BCS) – Valeur : La bourse comporte une allocation forfaitaire pour le transport international (en classe économique) et, à titre de contribution aux frais de subsistance et aux coûts de déplacement, 900$ CAN par semaine complète de séjour au Canada (maximum quatre semaines). Date limite : 1er décembre 2011 – 5 à 6 bourses peuvent être octroyées à la France. 

4/ Bourse de recherche en études canadiennes (BREC) – Valeur : La bourse comporte une allocation forfaitaire pour le transport international (classe économique) et, à titre de contribution aux frais de subsistance et aux coûts de déplacement, 900$ CAN par semaine complète de séjour au Canada (maximum quatre semaines). Date limite : 1er décembre 2011 – 5 à 6 bourses peuvent être octroyées à la France 

  • 3 . Bourses pour doctorants

Bourses de recherche pour doctorants (BRD) – Ce programme de bourse est destiné aux étudiants français inscrits à temps plein en doctorat dans un établissement d’enseignement supérieur en France, dont le projet de thèse comporte un contenu canadien. Ces bourses  comprennent une allocation pour le transport international aller-retour au Canada ainsi qu’une allocation forfaitaire mensuelle pour un maximum de 6 mois de recherche au Canada.

Valeur : La bourse comporte une allocation forfaitaire pour le transport international (classe économique) et, à titre de contribution aux frais de subsistance et aux coûts de déplacement au Canada, un montant de 1,200$ CDN par mois complet de séjour au Canada (maximum six mois), ainsi qu’une allocation de 300$ CDN sur présentation d’un rapport final à la mission canadienne appropriée. Date limite : 1er décembre 2011 – 5 à 6 bourses peuvent être octroyées à la France.

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Louis Bélanger Professeur invité à l’IEP Grenoble…

Nous avons le plaisir d’accueillir en année sabbatique le Professeur Louis BÉLANGER (Département de science politique et Institut québécois des hautes études internationales – Université Laval). Il présentera ses travaux lors d’une réunion de rentrée du Groupe de recherche sur les organisations internationales animé par Yves Schemeil le mercredi 21 septembre 2011 de 14h à 16h (salle de réunions Pacte-PO à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble)

Sa page personnelle: http://www.pol.ulaval.ca/?pid=210

 

 

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Conférence le 29 juin 2011…

Intervention de Emmanuel Brunet-Jailly (University of Victoria / Pacte)

sur le thème « Participation des citoyens et relations inter-gouvernementales en Australie et au Canada »

le mercredi 29 juin 2011 à 14 h salle de réunion à PACTE – IEP Grenoble

Intervention dans le cadre du séminaire de recherche Devenir des Régimes Politiques – PACTE

 

 


 

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Emmanuel BRUNET JAILLY à Grenoble

Emmanuel Brunet-Jailly, Professeur invité à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble et au Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble en juin 2011

Interventions déjà programmées:

  • 6/6/2011 – 8h30-12h30: Master Développement et Expertise de l’Economie Sociale – IEP Grenoble
  • 6/6/2011 – 14h-16h30 : Master Villes Territoires Solidarités – IEP Grenoble
  • 7/6/2011 – 9h30-12h30: Rencontres printanières de PACTE – IGA Grenoble – « World Cities : Issues and Prospects »
  • 29/6/2011 – 14h-17h: Conférence « Participation des citoyens et relation inter – gouvernementales en Australie et au Canada » – IEP Grenoble – Groupe “Devenir des régimes politiques”

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Conférence sur les élections au Canada…

Texte intégral (avec tableaux) du commentaire des résultats du 2 mai 2011

avec le politologue Pierre MARTIN (PACTE Grenoble)

Vous pouvez aussi visionner la conférence PODCASTEE sur le site des Podcasts de l’Université de Grenoble

 

La vidéo ne peut pas être lue, veuillez télécharger la vidéo à cette adresse : http://cyan1.grenet.fr/podcastmedia/conf-centre-etudes-canadiennes/CECG_Pierre_Martin_Election.m4v

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

NACS/L’Association Nordique d’Etudes Canadiennes: call for papers

NACS  X  TRIENNIAL CONFERENCE AARHUS  2011

The Northern Atlantic Connection:
Canada and the Nordic Countries

An interdisciplinary conference of the humanities and social sciences,  Wednesday 10  –  Saturday 13  August  2011


Second Call for papers

In line with our tradition of an open conference, we invite proposals for presentations on any relevant topic pertaining to Canada and the Nordic countries or to Canadian studies.

The following themes have been identified for special attention:

  • Cultural diversity in urban environments
  • New perceptions, new writing
  • Northern perspectives on war, peace, & peacekeeping
  • Religion and the State
  • Teaching Canadian studies
  • The Scramble for the Arctic
  • Trans-northern-Atlantic relations

Proposals are also welcome for other special thematic sessions

Proposals, in English or French, should be sent by email to nacs@utu.fi by 15 April 2011, including a 200-word abstract and a brief statement of the author’s academic affiliation.

Abstracts should be labeled to identify the author’s name: “NACS-X SURNAME Forename” and should preferably be in Microsoft Word.

ANEC X Conférence triennale Aarhus, 2011

Les relations sur l’Atlantique nord :
Le Canada et les Pays Nordiques

Une rencontre interdisciplinaire entre Humanités et Sciences sociales
Du mercredi 10 au samedi 13 Août 2011

Deuxième appel à communications

Selon la tradition de nos rencontres ouvertes, nous vous invitons à soumettre des propositions de communication sur tout sujet lié aux relations entre le Canada et les Pays nordiques ou aux études canadiennes.

En particulier on cherche des propositions sur les thèmes suivants :

  • Diversité culturelle en environnement urbain
  • Nouvelles perceptions, nouvelles écritures
  • Perspectives septentrionales sur la guerre, la paix
    et le maintien de la paix
  • Religion et Etat
  • Enseigner les Etudes canadiennes
  • La lutte pour l’Arctique
  • Relations Transatlantiques Nord

Toute autre proposition pour les autres sessions thématiques est aussi bienvenue.

Vos propositions, en anglais ou en français, composées d’un résumé de 200 mots et de l’affiliation universitaire de l’auteur, doivent être envoyées par courriel : nacs@utu.fi d’ici le 15 avril 2011.

Pour identifier les auteurs, les propositions doivent porter le titre : « NACS-X NOM-de-famille Prénom », et sont par préférence documents écrits en Microsoft Word.

Article mis en avant

Journée de la poésie québécoise…

Le 17 mars 2011: délégation avec Thierry Renard et Jamel Morghadi (président et administrateur de l’Espace Pandora), Isabelle Courteau (directrice de la Maison de la poésie de Montréal), Carole David (poétesse et romancière), Joséphine Bacon (poétesse, parolière et cinéaste), Ian Ferrier (poète-performeur), Kris Mah (guitariste) – Organisation: Master Diffusion de la culture – Université Stendhal

En savoir plus

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Appel à communication du CEC 38

Canada, Ten Years after 9/11… Les attentats du 11 septembre n’ont pas seulement annoncé une nouvelle ère caractérisée par une redéfinition des axes géostratégiques à l’échelle mondiale. Ils ont également fait surgir un nouveau questionnement identitaire au sein de communautés infra-nationales, nationales ou même supra-nationales. Le Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble va organiser un colloque sur cette thématique les 10 et 11 septembre 2011

Appel à communication en français – English version: Canada, Ten Years after 9/11

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

Arctic 21 Une exposition sur l’Arctique du 21e siècle

Albertville (73), Maison des Jeux Olympiques

EXPOSITION PROLONGÉE JUSQU’EN NOVEMBRE 2011 – http://www.maisonjeuxolympiques-albertville.org/Arctic-21.html – Commissariat scientifique : Cécile Pelaudeix, chercheur, expert auprès du Cercle Polaire – Commissariat général : Claire Grangé, directrice de la Maison des jeux Olympiques

Cinéma – Création cinématographique inuit avec Zacharias Kunuk ou création sami avec Liselotte Wajstedt. Photographies grand format de Sibérie, de l’Ile de Baffin et du Groenland.

Frise arctique des 20e et 21e siècles

Portraits d’explorateurs, ethnologues, scientifiques, écrivains, peintres, acteurs, cinéastes qui, pris par la passion de l’Arctique, ont contribué à faire connaître cette région : Knud Rasmussen, Fridtjof Nansen, Jean-Baptiste Charcot, Paul-Emile Victor, Allakariallak acteur du film Nanook, Peter Pitseolak, John Amagoalik, Alitet Nemtushkin, Terry Ryan, Jørn Riel…

Territoires

Un peuplement ancien effectué il y a 8000 ans. Aujourd’hui 400 000, les autochtones voient leur relation au territoire profondément modifiée par le passage de la vie semi-nomade à la vie sédentaire. Pendeloques de chamanes et figurines chamaniques (Musée des Confluences), tupilek du Groenland, lithographies de Paul-Émile Victor, photographies des masques alutiit provenant de la collection du Château-musée de Boulogne-sur-Mer.

L’art inuit contemporain et la collection Claude Baud

Au 20e siècle, la production de sculptures est encouragée par le Canada et les premières estampes sont imprimées à Kinngait (Cape Dorset). La collection de l’Iglou art esquimau (www.artinuit.com) privilégie les œuvres traitant de la cosmologie inuit, des relations de l’homme à son environnement, des liens familiaux. Quelques uns des artistes exposés : Kenojuak Ashevak, Pudlo Pudlat, Barnabus Arnasungaaq, Luke Anowtalik, Toonoo Sharky…

Changement climatique

Les enjeux. La fonte de la banquise, le réchauffement climatique vu par les habitants de l’Arctique, l’ours polaire menacé, les questions de géopolitique expliquées grâce aux recherches des experts du Cercle Polaire (www.lecerclepolaire.com). Des dispositifs interactifs, prêtés par le Palais de la Découverte, pour montrer aux enfants l’effet albédo, la vie sous la banquise…

Innovations autochtones et questions contemporaines

Une société en mouvement. Les peuples autochtones constituent des associa tions pour faire entendre leurs différences et leurs droits. Les artistes, comme la photographe Julie Edel Hardenberg, interrogent le regard occidental sur les notions de pureté culturelle ou d’exotisme… Une école pour les nomades est créée chez les Évenks. Interview d’Aqqaluk Lynge, president de la Conférence Circumpolaire Inuit au Groenland.

Quel futur pour l’Arctique ?

À qui appartient l’Arctique ? Peut-on envisager une gouvernance internationale ? Face aux convoitises commerciales sur les routes et les ressources de l’océan arctique, quelles sont les positions des différents États  arctiques et non arctiques ?Affiche Arctic 21

Article mis en avant

Allocution de Marc Lortie, Ambassadeur du Canada en France

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L’ARCTIQUE, LYON

Centre d’Études Canadiennes de Grenoble

23e Entretiens Jacques Cartier

Lundi 22 novembre 2010

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Je voudrais vous dire mon plaisir de revenir cette année aux Entretiens Jacques Cartier. Permettez-moi, avant d’ouvrir mon propos ce matin, de remercier Alain Faure et Cécile Pélaudeix de la qualité du colloque qui nous réunit à Lyon et de votre invitation à faire porter, dans les échanges qui nous occuperont aujourd’hui, la voix du Canada.

Le Grand Nord, nous en entendons beaucoup parler. Au Canada, bien sûr, où nous mesurons l’impact dans nos communautés arctiques du réchauffement climatique. Mais aussi ici, en Europe, où la fascination pour l’immensité arctique et une prise de conscience écologique nourrissent un intérêt marqué pour nos horizons boréaux. Le mandat original que vous a confié le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, rappelle avec éloquence l’attention qu’y porte la France qui, d’ailleurs, est déjà observatrice du Conseil de l’Arctique.

Au Canada, les défis de l’Arctique figurent au cœur des préoccupations de notre gouvernement. Vous tous qui êtes experts du Grand Nord, ces défis, vous les connaissez bien. Ils sont environnementaux, sociaux, économiques. Ils sont scientifiques, politiques, géostratégiques. Puisque vous m’invitez ce matin à ouvrir cet ambitieux colloque, j’aimerais partager avec vous notre vision, celle du Canada, pour ces enjeux.

Le Canada, c’est le Nord. Le Grand Nord. Nous sommes le toit des Amériques, un pays vaste, immense, dont les territoires au-delà du 60e parallèle couvrent 40% de notre superficie. Ces territoires dits « arctique » équivalent, à peu de choses près, à la superficie de l’Union européenne.

Notre Grand Nord, c’est la terre des tout premiers Canadiens. La terre de 120,000 de nos compatriotes qui y habitent depuis des temps immémoriaux. La spécificité de l’Arctique, c’est cette présence humaine, la plus septentrionale de notre planète. Cette présence nous rappelle que le Grand Nord est un espace de vie, de bien-être. Un espace de développement, d’échanges, de commerce. Elle nous rappelle, sans aucune équivoque possible, que l’Arctique, ce n’est pas l’Antarctique.

L’Arctique est un océan, bordé de trois continents. L’Antarctique un continent bordé de trois océans. Le premier est un espace habité. Le deuxième ne l’est pas. Nos deux pôles présentent des réalités géographiques et humaines exactement contraires. Mais tous deux nous inspirent, éveillent les inquiétudes comme les espoirs. Inquiétudes pour les transformations qu’ils subissent sous l’effet du réchauffement climatique. Espoirs scientifiques, économiques et commerciaux que ces transformations pourraient pourtant permettre.

L’Arctique est un espace unique, déterminant pour notre pays. Il fait partie de notre histoire. Il fait partie de notre identité. Pour toutes ces raisons, il fait partie de nous. « Aujourd’hui plus que jamais. Et pour toujours. »

Le Canada a une vision claire des défis, mais aussi des possibilités de son Grand Nord. Le premier défi – et de loin – c’est le bien-être de nos populations arctiques. Puis viennent la coopération internationale entre les états du pourtour arctique ; la sécurité ; l’ouverture de nouvelles routes maritimes et l’accès à de nouvelles ressources naturelles et énergétiques.

Chers amis,

Le gouvernement du Canada est plus que jamais engagé à relever ces défis. Née en 2006, mais lancée officiellement en 2009, notre Stratégie pour le Nord permet de réaliser notre vision pour l’Arctique canadien, en prenant toutes les mesures pour renforcer et défendre notre souveraineté dans l’Arctique, protéger notre patrimoine environnemental unique et fragile, y promouvoir le développement économique, et encourager les habitants du Grand Nord à davantage contrôler leur destinée sur les plans économique et politique. Très concrètement, la Stratégie pour le Nord du Canada permet de dégager les ressources les plus importantes jamais investies dans l’Arctique canadien.

Cette vision nourrit notre politique étrangère. Et l’Arctique en est la priorité absolue. Cette vision, c’est celle d’une région stable, fondée sur des règles où les frontières sont clairement définies, la croissance économique et le commerce dynamiques, les écosystèmes sains et les collectivités nordiques productives. Dévoilé à la fin de l’été par notre Ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, l’Enoncé de politique étrangère du Canada pour l’Arctique établit les grands axes de notre message au reste du monde, nourri par notre engagement et des pratiques exemplaires.

Le premier message de notre gouvernement au reste du monde est que la souveraineté canadienne dans l’Arctique et nos frontières ne sont pas négociables. Notre souveraineté y est historiquement établie, fondée sur la présence immémoriale des autochtones canadiens. Nous sommes présents dans l’Arctique et nous efforçons d’y assurer une bonne gouvernance et une gestion responsable. Le devoir de notre gouvernement est de garantir que ces fondements de notre souveraineté sont bien compris dans le monde et de les défendre si nécessaire.

Dans ce cadre, notre première priorité est de résoudre les enjeux frontaliers. C’est avec encouragement que nous avons accueilli cette année le règlement d’un différend frontalier vieux de 40 ans entre la Russie et la Norvège. Dans le même esprit, le Canada s’efforce, en privilégiant le cadre bilatéral, de régler les siens avec le Danemark sur l’île de Hans et avec les Etats-Unis sur la frontière maritime en mer de Beaufort.

Les limites extérieures de notre plateau continental élargi figurent aussi parmi nos priorités. Le Canada accorde toute son attention aux travaux scientifiques qui permettront leur reconnaissance. Il sera en mesure de respecter l’échéance de 2013 pour présenter les données recueillies à l’ONU.

Le Canada voit en effet l’Arctique comme une région d’Etats stables et compétents. Une région d’Etats qui prennent au sérieux leurs responsabilités dans l’Arctique. Pour cette raison, nous considérons que le Conseil de l’Arctique doit rester le principal lieu de coopération sur les enjeux spécifiques de cette région et nous nous employons à le renforcer. Si la légitimité de cette tribune est indiscutable, sa gouvernance a pu être remise en question. Nous convenons qu’elle est imparfaite. Mais le consensus qui préside à ses décisions permet aussi que s’exprime la voix des peuples qui l’habitent. Or, cette approche nous semble essentielle.

Nous avons néanmoins conscience qu’il sera indispensable d’apporter certains changements au Conseil, d’envisager, par exemple, l’idée d’un secrétariat et d’un financement permanents. Mais il faudra aussi, comme le demande le Canada depuis longtemps, élaborer des critères et des principes objectifs pour l’appréciation des candidatures avant d’intégrer de nouveaux observateurs.

Le rôle stratégique du Conseil de l’Arctique devra être renforcé. La négociation actuelle d’un instrument juridiquement exécutoire portant sur la recherche et le sauvetage dans l’Arctique est à ce titre exemplaire. Cette négociation sert, en quelque sorte, de banc d’essai pour l’adoption d’autres instruments importants. Dans ce même esprit de coopération, le Canada assure un leadership important dans le travail prospectif des états côtiers de l’Arctique sur les enjeux de l’accès à des milliers de kilomètres de côtes, notamment celui de la sécurité publique.

Mesdames et Messieurs,

Le Canada travaille avec détermination et conviction pour créer l’environnement international approprié et favoriser le développement durable de l’Arctique. Il est nécessaire, pour cela, de comprendre les défis de la mise en valeur des ressources de l’Arctique, d’établir des lignes directrices, des normes adaptées. Dans ce domaine, il nous semble urgent de concevoir un code obligatoire pour la navigation polaire. C’est l’objectif de notre action au sein de l’Organisation maritime internationale. Mais il faudra aussi veiller à mettre en œuvre une règlementation rigoureuse pour le forage pétrolier et gazier. Bref, les chantiers sont nombreux…

Et la France dans tout cela, me direz-vous ? Quid de sa tradition polaire ? Quid de son expertise scientifique ? Quelle place le Canada voit-il pour elle, pour l’Union européenne, pour les autres pays amis, tournés vers le Nord, observateurs ou non du Conseil de l’Arctique ?

Le Canada reconnaît que le Grand Nord subit des changements importants et qu’une pensée prospective est nécessaire pour relever les nouveaux défis. La coopération avec nos voisins de l’Arctique, mais aussi avec toutes les puissances qui en mesurent l’importance et les enjeux, est essentielle. Au plan scientifique, elle a connu un temps d’échanges et de recherches scientifiques exceptionnel à l’occasion de l’Année Polaire Internationale dans laquelle le Canada, comme la France, s’est pleinement engagé. En investissant 150 millions de dollars, notre pays a donné une impulsion à la recherche scientifique afin d’améliorer notre connaissance du Nord.

Le partage de nos connaissances scientifiques et la mise en œuvre d’approches communes et de partenariats contribueront à la préservation de nos écosystèmes. Le Canada participera aux efforts déployés à l’échelle internationale pour faire face aux changements climatiques dans l’Arctique et les appuiera, notamment les stratégies d’atténuation et d’adaptation pour la région. Notre pays a, par exemple, créé cet été la première zone de protection marine de l’Arctique canadien, dans le delta et l’estuaire du fleuve Mackenzie, dans la mer de Beaufort.

Vous l’aurez compris, le Canada poursuivra son engagement sur le plan scientifique. Le legs de notre pays pour l’Année polaire internationale sera, comme le Premier Ministre l’a annoncé lors de sa tournée arctique l’été dernier, l’établissement d’une station de recherche internationale à Cambridge Bay, au Nunavut. Cette station de recherche multidisciplinaire aura vocation à être ouverte toute l’année.

Le Canada prend son destin en main et se prépare à un avenir commercial dans l’Arctique. Les experts – peut-être en débattrez-vous à l’occasion de ce colloque ? – prédisent qu’il pourrait être libre de glaces à l’horizon 2013, d’autres pas avant 2050. Quelle qu’en soit l’échéance réelle, l’idée d’un Passage du Nord-ouest ouvert se précise peu à peu. Et nous nous préparons aujourd’hui aux situations d’urgence qui pourront naître demain, qu’il s’agisse de marées noires, de sécurité de la navigation ou du sauvetage en Arctique. Nous avons commencé à multiplier les simulations de catastrophes naturelles afin de tester les dispositifs de réponse et d’intervention.

Chers amis,

Que faut-il retenir de la vision du Canada pour l’Arctique ?

  1. Que le Canada est résolument engagé – il ne l’a d’ailleurs jamais autant été – à promouvoir et à défendre cette composante de l’identité et du territoire canadiens ;
  2. Que la souveraineté et les frontières canadiennes de l’Arctique ne sont pas négociables.
  3. Qu’il considère l’Arctique comme une région d’Etats stables, résolus à y assumer toutes leurs responsabilités.
  4. Que le Conseil de l’Arctique doit rester le cadre principal de la coopération sur les enjeux spécifiques de cette région.
  5. Mais qu’il faudra en améliorer la gouvernance.
  6. Que le Canada compte sur ses amis pour nouer des partenariats scientifiques en Arctique
  7. Qu’il se prépare activement à l’ouverture de nouvelles voies maritimes.

Nous sommes convaincus que le dossier de l’Arctique occupera nos responsables tout au long du 21e siècle. Il ne fait, en tout cas, aucun doute que sa nature fantastique et les bouleversements qu’il traverse continueront de nous fasciner. Mais aujourd’hui, nous savons d’ores et déjà que l’Arctique est la nouvelle frontière géopolitique sur laquelle nous nous devons sans relâche travailler.

Je vous remercie.

Article mis en avant

Mondialisation et universités : quels enjeux ? Une perspective canadienne

M. Christian Montès, Vice-président chargé des relations internationales de l’Université Lumière Lyon 2
M. Gilles Breton, Vice-recteur aux études internationales de l’Université d’Ottawa et Professeur en Sc. Politiques
MARDI 25 JANVIER de 18h30 à 20h30

Université Lyon 2, Campus Berges du Rhône
Grand Amphithéâtre
17, quai Claude Bernard 69007 Lyon

Après avoir proposé une définition de la mondialisation de l’enseignement supérieur et des dynamiques qui lui donnent forme (commercialisation, « coopétition », internationalisation et coopération), M. Breton vous invitera à discuter des principaux enjeux auxquels les universités sont confrontées, tel que la compétition par la recherche, les classements, la nouvelle géo-politique de l’enseignement supérieur, les nouvelles mobilités et partenariats internationaux, le rôle de l’État…

Merci de confirmer votre présence auprès de internationaluottawa@gmail.com


A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant

L’énergie en débats (dans la suite du colloque Arctic 2010)

Les enjeux de l’énergie : de la géopolitique au citoyen


Conférenec de Estelle Iacona, Professeur à l’Ecole Centrale de Paris,
Directrice du Laboratoire “Énergétique Moléculaire et Macroscopique, Combustion” (EM2C), UPR CNRS, ECP
http://www.em2c.ecp.fr/Members/estelle

Cette conférence aborde quelques-unes des grandes interrogations de  tout citoyen responsable face à la compétition mondiale énergétique. Quelles seront les ressources d’énergies utilisables dans 30 ou 50 ans  ? À ces échéances, quelle pourra être la contribution des énergies  renouvelables ? Quels seront les vecteurs de l?énergie associés à ses principales utilisations, dans l’habitat, les transports, l?industrie  ? La recherche permettra-t-elle de maîtriser les nouvelles  technologies de l’électricité et de l’hydrogène tant attendues et de  satisfaire les besoins mondiaux en énergie produite et utilisée sans  CO2 ? Après un état des lieux mondial et national de la consommation et des  réserves, une étude prospective sur la maîtrise de la consommation  d’énergie et sur les solutions techniques futures de production et  d’utilisation de celle-ci sera présentée.

Jeudi 16 Décembre à 14h00
Grenoble – Campus Universitaire
ENSE3 site Ampère – Bâtiment A – amphi Esclangon (010)
Tram B/C – arrêt Gabriel Fauré
961 rue de la Houille Blanche – 38400 Saint Martin d’Hères

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant
poster Arctic A4

Colloque ARCTIC 2010: J-15

DORENAVANT EN LIGNE: les communications écrites (sur HAL SHS) et la vidéo des interventions (sur InterU Grenoble: voir le podcast de présentation du colloque)

Cette conférence internationale sur les enjeux géopolitiques de l’Arctique (22 & 23 novembre 2010 à Lyon) est organisée à l’initiative du Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble et dans le cadre des 23ème rencontres Jacques Cartier.

En discours d’ouverture: Marc Lortie (Ambassadeur du Canada en France) et Michel Rocard (Ambassadeur de France chargé des négociations internationales pour les régions polaires, l’Arctique et l’Antarctique).

Vous trouverez sur ce carnet de recherche toutes les infos sur son déroulement:

Le programme en français et en anglais – Les attendus de la rencontre – Le bulletin d’inscription

Le lieu : Salle de conférences, Caisse d’Epargne, 42 boulevard Eugène Deruelle, Lyon 3. Métro Part-Dieu Vivier Merle

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Article mis en avant
CPBaffinFemmeInukAmauti

ARCTIC NEWS

Canada’s Statement of Support on the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples

On November 12, Canada joins other countries in supporting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. In doing so, Canada reaffirms its commitment to promoting and protecting the rights of Indigenous peoples at home and abroad.

Le Canada appuie la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

Le 12 novembre 2010, le Canada se joint aux pays qui ont déjà appuyé la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Par ce geste, le Canada réaffirme sa détermination à promouvoir et à protéger les droits des peuples autochtones, aussi bien au pays que dans le monde entier.

Plus d’info / Read more

http://www.ainc-inac.gc.ca/ap/ia/dcl/stmt-fra.asp

La Russie prépare un plan de développement stratégique en Arctique

A proposal for strategic development of the Arctic will be handed over to the Russian Government in two weeks time, says Minister of Regional Development Viktor Basargin. The project will probably be approved by the end of the year.

Plus d’info / Read more

http://www.barentsobserver.com/russias-new-arctic-strategy-ready-in-two-weeks.4827291.html

Nenets. DR

Article mis en avant

Bienvenue sur le carnet de recherche du Centre d’études Canadiennes de Grenoble

Le CEC 38 (38: numéro du département de l’Isère – France) est physiquement localisé dans le laboratoire PACTE à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble.

Il est inscrit dans un réseau national de centres soutenu par l’ambassade du Canada en France et son Centre culturel canadien.

Il anime des rencontres et colloques permettant de mieux connaître l’évolution de la société canadienne, soutient les initiatives d’échanges scientifiques entre les deux pays, et gère un fonds documentaire composé d’ouvrages et de brochures sur les universités canadiennes.

HISTORIQUE: ce centre a été créé au début des années 80 afin de favoriser les échanges universitaires en sciences sociales avec nos collègues canadiens.
OBJECTIFS: la structure fait partie d’un réseau national soutenu par l’ambassade du Canada en France. Elle anime ou participe à l’animation de rencontres et de colloques permettant de mieux connaître l’évolution de la société canadienne. Elle acquiert des ouvrages dans ce domaine et soutient les initiatives d’échanges entre les deux pays (missions, voyages).
PRIORITES: le soutien des échanges universitaires avec le Canada (étudiants, thésards, enseignants et chercheurs), l’animation de conférences, la mise à jour du site Internet, l’animation d’une [SALLE CANADA->article675] à l’IEP Grenoble avec 500 ouvrages et de la documentation sur les universités canadiennes.
Le centre d’études canadiennes de Grenoble est un espace interdisciplinaire de rencontre et d’information cherchant à favoriser les échanges de la communauté universitaire grenobloise avec le Canada.
Son conseil d’administration est composé d’enseignants et de chercheurs représentant deux universités qui sont à l’origine de centre – Stendhal Grenoble 3 et Mendès-France -Grenoble 2 – ainsi que de deux universités en cours d’intégration dans l’association (Joseph Fourier -Grenoble 1 et l’université de Savoie).
Directeur actuel du Centre: Alain Faure.

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

5-6 octobre 2013: L’Enfant lunaire

Enfant-lunaire

Création théâtrale : L’enfant lunaire  

 

 

Samedi 5 octobre à 19h30

 

Dimanche 6 octobre à 18h

 

 

Dans le cadre des Rencontres BIENNALE ARTS SCIENCES et en co-accueil avec l’HEXAGONE de Meylan, L’AMPHITHEÂTRE DE PONT-DE-CLAIX est fier d’accueillir le célèbre auteur et metteur en scène québécois Daniel Danis pour ouvrir sa saison artistique.

 

L’ENFANT LUNAIRE est une fable tissée comme un rêve où Monoc se fie au chant des grenouilles et à la fertilité de son imagination. Mais il n’est pas facile pour un enfant de rêver au beau milieu d’une dictature militaire cherchant à contrôler la pensée, l’onirisme, les mots.

 

En vous recommandant de l’Association Alpes Québec ou du Centre d’Etudes Canadiennes, vous bénéficierez du tarif exceptionnel de 6€.

 

L’Amphithéâtre

 

Pont-de-Claix

 

04 76 98 83 77

 

reservation@amphitheatre-pontdeclaix.com

 

 

Pour en savoir plus : http://amphitheatre-pontdeclaix.com/lenfant-lunaire/