Entrevue avec Pierre Larouche

Début mars, lors de sa tournée à Grenoble, le conteur ilnu Pierre Larouche nous a généreusement accordé de son temps pour une entrevue dans laquelle il a pu nous dépeindre sa vision de l’art du conte autochtone et de son rôle dans la société canadienne. Les propos tenus lors de cette rencontre sont transcrits ci-dessous.

Il serait intéressant que vous nous offriez une perspective de vos motivations en tant que conteur, quelles sont les raisons qui vous ont encouragées à suivre cette voie ?

Ayant perdu mon père à quinze ans, mon grand-père à dix-sept, ma grand-mère à douze, la rupture au niveau de la culture autochtone s’est faite là. J’ai donc voulu chercher mon identité et c’est par les contes que j’ai pris un moyen de connaître ma culture, mais aussi de la partager. Je suis allé chercher au niveau des aînés qui m’avaient légué des contes et légendes et j’y ai mis mon grain de sel.

Compte tenu de votre passion pour la musique, comment qualifieriez-vous les liens qui l’unissent à l’art de conter ?

C’est mon côté créatif, parce que c’est aussi par rapport à mes enfants qui à l’école ont appris des langues et des petites chansonnettes que j’ai pu ensuite transposer dans mes contes et légendes. Puis c’est une manière de réapprendre ma culture, de réapprendre ma langue et ça fait rire les touristes que je touche le plus1 : une clientèle familiale.

Votre faculté d’écoute s’est avérée primordiale dans votre parcours, de quelle manière la maîtrise de « l’art d’écouter » représente-t-elle un atout pour un conteur ?

C’est par la transmission, par les lectures, par l’obtention de livres de contes, mais aussi par des formations, car lors du festival Atalukan2, l’organisatrice convoquait chaque année un conteur qui nous faisait pratiquer et nous formait à l’art du conte. Ce sont donc ces formations, auxquelles de grands conteurs ont participé, qui m’ont donné l’envie.

Si nous nous concentrons sur l’importance des mythes et légendes au sein de la communauté ilnu3, en quoi l’art du conte s’inscrit-il aujourd’hui dans une logique de préservation du patrimoine autochtone ?

C’est surtout de la conservation du savoir-faire et du savoir-être. Les contes sont millénaires et peuvent être pris à la manière de tous et chacun. Ce sont donc des récits qui nous permettent de nous connaître en termes d’identité culturelle, mais aussi de travailler ensemble, c’est ça qui est intéressant. Le festival Atalukan est une manière de présenter ces contes, d’avoir une diffusion chaque année. Puis, en y mettant une petite touche personnelle, les contes nous apprennent des choses sur ce que nous sommes.

Votre choix de récits se faisant sans sélection préalable, de quelle manière les lieux où vous vous produisez ainsi que les gens que vous y rencontrez sont-ils des facteurs déterminants ?

Chaque conteur va improviser en fonction de la présence des gens et de la salle. À Grenoble, La Caverne et le Chimère café offraient de l’intimité et quand ça devient intime et familial, c’est plaisant, on s’amuse beaucoup ensemble. Sur mes cinq représentations ici, chacune avait un cachet unique. J’ai adoré la Bibliothèque Mi-Plaine, où les enfants et les familles étaient présents. Les enfants sont un public intéressant, parce qu’ils sont créatifs et on peut les faire participer. Par exemple, le conte du bouleau permet aux jeunes d’apprendre une légende dans laquelle ils sont les personnages principaux et ils construisent alors leur relation avec le conte par leur attachement à l’imaginaire. J’ai aussi adoré la Maison de l’International, parce que je sentais la vibration de la Révolution autour de moi et j’imaginais que le public était tout droit sorti du dix-huitième siècle. Chaque emplacement est donc unique, que ça soit chez nous ou ailleurs, c’est pareil, ça reste de l’improvisation.

Au cœur de vos représentations, la dimension interactive de vos histoires vous invite ainsi à faire du public un acteur clé, comment ces interactions enrichissent l’expérience du conte par rapport à la lecture ; une forme narrative plus « statique » ?

J’aime mieux les contes, parce qu’avec les contes, tu fais rêver, tu essayes de créer l’histoire avec la parole et les gens essayent d’imaginer. La lecture, c’est bien beau, mais le livre d’histoires, tous et chacun peut le lire, alors que la manière de conter est unique. La tradition orale est primordiale, car les contes et légendes sont millénaires et avant moi, il y en a eu d’autres qui les ont racontés à leur manière, mais la base ethnique est restée la même. Quand on parle du conte du castor géant ou bien de Tshakapesh, tout le monde les connaît, tout le monde les raconte et chaque communauté de la nation innue les ancre dans son monde, mais les différentes versions coïncident. Les histoires sont donc modulables et changeantes, mais elles se rapportent toujours à la même histoire et à la même base.

Vous appréciez jouer avec les langues en incorporant des mots d’innu dans vos récits en français, quel est selon vous l’effet de ce mélange sur un public principalement étranger aux sensibilités linguistiques des langues autochtones ?

Il faut faire attention, car il faut dire les bons mots et expliquer le contexte dans lequel ils sont employés, par exemple, « Nutaui » veut dire mon père. On traduit donc les mots et ça donne un petit coup charmant, c’est ce qui attire principalement la clientèle européenne qui apprécie entendre ces mots que jadis, nous employions. C’est une manière d’apprendre une langue, mais dire les mots à sa manière, c’est ça qui est primordial.

En nous fondant sur la relation historiquement compliquée entre les communautés autochtones et européennes du Canada, en quoi l’art du conte peut-il opérer comme un pont culturel, unissant des cultures à première vue différentes ?

Je pense que la réconciliation passe par la transmission orale. Avec les histoires morbides qu’on a eues au niveau des pensionnats autochtones, on sent que les Québécois ou les Canadiens veulent se relier autour de cette histoire de perte d’identité. Aujourd’hui, certaines stations radiophoniques passent plus de musique autochtone et c’est enrichissant parce que ça permet aux gens de fredonner et de chanter. Au Québec, on peut voir que notre histoire est attachée à celle des Français dans les contes. Certaines histoires écrites par les premiers missionnaires ont notamment été reprises par certaines nations et les contes représentent donc le mariage entre deux cultures qui se sont rencontrées, se sont aimées, se sont déchirées, et veulent aujourd’hui renouer.

Lors de l’événement du mardi cinq mars, vous nous avez fait part de votre volonté d’écrire un livre, dans quel genre littéraire souhaiteriez-vous inscrire cet ouvrage ?

Il me reste encore quelques années de travail, mais je voudrais réaliser un recueil composé de contes qui se feraient échos. Par exemple, dans le deuxième conte, le personnage principal du premier devient acteur secondaire et ainsi de suite, comme une mise en abyme. Ce sera un beau projet !

Pierre Larouche, Laurence Delpérié & Noé Schwoehrer

Bibliographie : 

« Festival de contes et légendes Atalukan » (2024), en ligne sur Indigenous Tourism Quebec : <indigenousquebec.com/things-to-do/festival-de-contes-et-legendes-atalukan> (consulté le 23 mars 2024).

« 9ᵉ édition : 6 au 11 août 2019 » (2019), en ligne sur Atalukan : <www.atalukan.com/> (consulté le 23 mars 2024).

  1. En parallèle de ses activités de conteur, Pierre Larouche est superviseur de l’accueil et de l’animation du bureau d’information touristique de Mashteuiatsh au Québec. []
  2. Créé en 2011, le festival de contes et légendes Atalukan a lieu annuellement dans la région du lac Saint-Jean. Il constitue l’occasion pour les conteurs issus des différentes communautés autochtones du Canada de partager la tradition orale de leurs peuples à travers des récits racontés en public (« Festival de contes et légendes Atalukan », 2024 ; « 9ᵉ édition : 6 au 11 août 2019 », 2019). []
  3. Il est intéressant de souligner que le terme « ilnu » ne s’accorde point dans ce contexte, puisqu’en tant qu’adjectif il est invariable. []