Archives de l’auteur : Liliane Bois-Simon

Entrevue écrite avec Pierre Larouche

Début mars, lors de sa tournée à Grenoble, le conteur ilnu Pierre Larouche nous a généreusement accordé de son temps pour une entrevue dans laquelle il a pu nous dépeindre sa vision de l’art du conte autochtone et de son rôle dans la société canadienne. Les propos tenus lors de cette rencontre sont transcrits ci-dessous.

Il serait intéressant que vous nous offriez une perspective de vos motivations en tant que conteur, quelles sont les raisons qui vous ont encouragées à suivre cette voie ?

Ayant perdu mon père à quinze ans, mon grand-père à dix-sept, ma grand-mère à douze, la rupture au niveau de la culture autochtone s’est faite là. J’ai donc voulu chercher mon identité et c’est par les contes que j’ai pris un moyen de connaître ma culture, mais aussi de la partager. Je suis allé chercher au niveau des aînés qui m’avaient légué des contes et légendes et j’y ai mis mon grain de sel.

Compte tenu de votre passion pour la musique, comment qualifieriez-vous les liens qui l’unissent à l’art de conter ?

C’est mon côté créatif, parce que c’est aussi par rapport à mes enfants qui à l’école ont appris des langues et des petites chansonnettes que j’ai pu ensuite transposer dans mes contes et légendes. Puis c’est une manière de réapprendre ma culture, de réapprendre ma langue et ça fait rire les touristes que je touche le plus1 : une clientèle familiale.

Votre faculté d’écoute s’est avérée primordiale dans votre parcours, de quelle manière la maîtrise de « l’art d’écouter » représente-t-elle un atout pour un conteur ?

C’est par la transmission, par les lectures, par l’obtention de livres de contes, mais aussi par des formations, car lors du festival Atalukan2, l’organisatrice convoquait chaque année un conteur qui nous faisait pratiquer et nous formait à l’art du conte. Ce sont donc ces formations, auxquelles de grands conteurs ont participé, qui m’ont donné l’envie.

Si nous nous concentrons sur l’importance des mythes et légendes au sein de la communauté ilnu3, en quoi l’art du conte s’inscrit-il aujourd’hui dans une logique de préservation du patrimoine autochtone ?

C’est surtout de la conservation du savoir-faire et du savoir-être. Les contes sont millénaires et peuvent être pris à la manière de tous et chacun. Ce sont donc des récits qui nous permettent de nous connaître en termes d’identité culturelle, mais aussi de travailler ensemble, c’est ça qui est intéressant. Le festival Atalukan est une manière de présenter ces contes, d’avoir une diffusion chaque année. Puis, en y mettant une petite touche personnelle, les contes nous apprennent des choses sur ce que nous sommes.

Votre choix de récits se faisant sans sélection préalable, de quelle manière les lieux où vous vous produisez ainsi que les gens que vous y rencontrez sont-ils des facteurs déterminants ?

Chaque conteur va improviser en fonction de la présence des gens et de la salle. À Grenoble, La Caverne et le Chimère café offraient de l’intimité et quand ça devient intime et familial, c’est plaisant, on s’amuse beaucoup ensemble. Sur mes cinq représentations ici, chacune avait un cachet unique. J’ai adoré la Bibliothèque Mi-Plaine, où les enfants et les familles étaient présents. Les enfants sont un public intéressant, parce qu’ils sont créatifs et on peut les faire participer. Par exemple, le conte du bouleau permet aux jeunes d’apprendre une légende dans laquelle ils sont les personnages principaux et ils construisent alors leur relation avec le conte par leur attachement à l’imaginaire. J’ai aussi adoré la Maison de l’International, parce que je sentais la vibration de la Révolution autour de moi et j’imaginais que le public était tout droit sorti du dix-huitième siècle. Chaque emplacement est donc unique, que ça soit chez nous ou ailleurs, c’est pareil, ça reste de l’improvisation.

Au cœur de vos représentations, la dimension interactive de vos histoires vous invite ainsi à faire du public un acteur clé, comment ces interactions enrichissent l’expérience du conte par rapport à la lecture ; une forme narrative plus « statique » ?

J’aime mieux les contes, parce qu’avec les contes, tu fais rêver, tu essayes de créer l’histoire avec la parole et les gens essayent d’imaginer. La lecture, c’est bien beau, mais le livre d’histoires, tous et chacun peut le lire, alors que la manière de conter est unique. La tradition orale est primordiale, car les contes et légendes sont millénaires et avant moi, il y en a eu d’autres qui les ont racontés à leur manière, mais la base ethnique est restée la même. Quand on parle du conte du castor géant ou bien de Tshakapesh, tout le monde les connaît, tout le monde les raconte et chaque communauté de la nation innue les ancre dans son monde, mais les différentes versions coïncident. Les histoires sont donc modulables et changeantes, mais elles se rapportent toujours à la même histoire et à la même base.

Vous appréciez jouer avec les langues en incorporant des mots d’innu dans vos récits en français, quel est selon vous l’effet de ce mélange sur un public principalement étranger aux sensibilités linguistiques des langues autochtones ?

Il faut faire attention, car il faut dire les bons mots et expliquer le contexte dans lequel ils sont employés, par exemple, « Nutaui » veut dire mon père. On traduit donc les mots et ça donne un petit coup charmant, c’est ce qui attire principalement la clientèle européenne qui apprécie entendre ces mots que jadis, nous employions. C’est une manière d’apprendre une langue, mais dire les mots à sa manière, c’est ça qui est primordial.

En nous fondant sur la relation historiquement compliquée entre les communautés autochtones et européennes du Canada, en quoi l’art du conte peut-il opérer comme un pont culturel, unissant des cultures à première vue différentes ?

Je pense que la réconciliation passe par la transmission orale. Avec les histoires morbides qu’on a eues au niveau des pensionnats autochtones, on sent que les Québécois ou les Canadiens veulent se relier autour de cette histoire de perte d’identité. Aujourd’hui, certaines stations radiophoniques passent plus de musique autochtone et c’est enrichissant parce que ça permet aux gens de fredonner et de chanter. Au Québec, on peut voir que notre histoire est attachée à celle des Français dans les contes. Certaines histoires écrites par les premiers missionnaires ont notamment été reprises par certaines nations et les contes représentent donc le mariage entre deux cultures qui se sont rencontrées, se sont aimées, se sont déchirées, et veulent aujourd’hui renouer.

Lors de l’événement du mardi cinq mars, vous nous avez fait part de votre volonté d’écrire un livre, dans quel genre littéraire souhaiteriez-vous inscrire cet ouvrage ?

Il me reste encore quelques années de travail, mais je voudrais réaliser un recueil composé de contes qui se feraient échos. Par exemple, dans le deuxième conte, le personnage principal du premier devient acteur secondaire et ainsi de suite, comme une mise en abyme. Ce sera un beau projet !

Pierre Larouche, Laurence Delpérié & Noé Schwoehrer

Bibliographie : 

« Festival de contes et légendes Atalukan » (2024), en ligne sur Indigenous Tourism Quebec : <indigenousquebec.com/things-to-do/festival-de-contes-et-legendes-atalukan> (consulté le 23 mars 2024).

« 9ᵉ édition : 6 au 11 août 2019 » (2019), en ligne sur Atalukan : <www.atalukan.com/> (consulté le 23 mars 2024).

  1. En parallèle de ses activités de conteur, Pierre Larouche est superviseur de l’accueil et de l’animation du bureau d’information touristique de Mashteuiatsh au Québec. []
  2. Créé en 2011, le festival de contes et légendes Atalukan a lieu annuellement dans la région du lac Saint-Jean. Il constitue l’occasion pour les conteurs issus des différentes communautés autochtones du Canada de partager la tradition orale de leurs peuples à travers des récits racontés en public (« Festival de contes et légendes Atalukan », 2024 ; « 9ᵉ édition : 6 au 11 août 2019 », 2019). []
  3. Il est intéressant de souligner que le terme « ilnu » ne s’accorde point dans ce contexte, puisqu’en tant qu’adjectif il est invariable. []

Tournée du conteur ilnu Pierre Larouche

Dans la soirée du mardi cinq mars, le Centre d’Études Canadiennes de Grenoble vous donnait rendez-vous au Chimère Café, en plein cœur du centre-ville, pour une représentation du conteur ilnu Pierre Larouche. Réunissant une dizaine de personnes, le spectacle nous a transportés sur les rives du Lac Saint-Jean, où nous avons pu rencontrer les créatures légendaires qui peuplent l’univers du conteur tout en cheminant entre les lieux qui ont marqué sa vie. Seule protection contre l’hiver québécois, l’humour nous a permis d’apprécier le voyage dans une atmosphère chaleureuse.

 

Sa passion pour l’art de conter, Pierre Larouche la tient de la tradition orale de son peuple. Les contes sont, en effet, un moyen pour lui de renouer avec la culture de ses aînés partis trop tôt. Dès les premiers instants, cette volonté s’est illustrée à travers les mots d’ilnu qu’il a utilisés pour introduire l’histoire de sa famille dont la destinée est intimement liée au Lac Saint-Jean où elle réside depuis des générations. C’est en 1647 qu’un des ancêtres du conteur a guidé le missionnaire jésuite, Jean Dequen, au lac Piékouagami, que les colons ont par la suite renommé, Lac Saint-Jean (ST-HILAIRE, 2015). Bien plus personnel, le surnom « mon lac » que Pierre Larouche attribue à ce lieu reflète la place importante qu’il occupe dans sa vie. Du Carrefour d’accueil Ilnu de Mashteuiatsh où il travaille, Pierre peut contempler l’évolution du lac au gré des saisons. Disposant d’un sens de l’humour aiguisé, il nous a décrit comment il fait découvrir au quotidien le patrimoine de son peuple, se jouant souvent de la conception stéréotypée de certains touristes. Ce caractère farceur se manifeste dans ses contes par la description des particularités du lexique québécois. En piochant dans ses souvenirs d’enfance, Pierre nous a fait le récit de sa quête acharnée du personnage mythologique d’ilnukun (« l’homme-hiver » en ilnu) qu’il a poursuivi dans le froid polaire des nuits d’hiver québécoises. Un climat glacial qu’il a qualifié en s’appuyant sur un gradient des expressions de la sensation de froid. Selon Pierre Larouche, le québécois offre quatre tournures, pouvant être listées dans un ordre croissant en fonction de l’intensité du froid : « il fait frais », « il fait frette », « il fait tristement froid », et « tabarnak, il fait froid ! »

Véritable amoureux du langage, le conteur nous a éclairés sur les origines des « sacres » dans le dialecte des habitants de la Belle Province. C’est notamment dans les 1960, un contexte marqué par les politiques de laïcisation du gouvernement local, qu’est née l’expression : « osti de criss de tabarnak ! » (WARREN, 2023). Par sa capacité à jongler avec les mots issus du québécois, du français, de l’anglais et de l’ilnu, Pierre met l’accent sur la dimension universelle de ses contes. Il révèle les liens qui rapprochent des cultures que tout semble au premier abord opposées. L’omniprésence du mammouth dans les récits traditionnels ilnus justifie l’impression de banalité ressentie par ses aînés à la vue des représentations d’éléphants d’Afrique apportés par les colons européens. Cette créature géante ne sortait point de l’ordinaire à leurs yeux ; rien de plus qu’un « mammouth ayant perdu ses poils ! ». D’autre part, les allusions aux interactions entre les colons et les populations autochtones ont donné un caractère historique aux contes. Pierre Larouche s’est attaché à dépeindre les effets adverses des premières vagues d’évangélisation sur la transmission du patrimoine ilnu, un héritage culturel qu’il aspire à garder en vie par l’initiation d’un public étranger aux traditions de son peuple. Loin d’éveiller un attrait exotique pour une culture lointaine, la présence de chamans et d’animaux extraordinaires dans ses récits a contribué au rôle didactique de sa représentation qui, comme l’a très justement fait remarquer une spectatrice, avait pris la forme d’un authentique « cours d’ethnologie ».

Mémento de l’ilnu

Le temps de questions qui a suivi le spectacle nous a permis de compléter nos connaissances du folklore ilnu. Nous avons notamment pu apprendre que le concept de paternité littéraire était absent de la tradition orale de la communauté, au sein de laquelle les contes se partagent librement au fil des générations. Néanmoins, l’importance de la langue orale en tant que lien immuable entre les époques n’avait point échappé au public, comme l’a démontré l’observation finale d’une spectatrice, qui a décrit la représentation de Pierre comme le symbole de la faculté « d’habiter une langue ». Cette fascination pour le langage a pu s’ancrer davantage dans nos esprits grâce au mémento de l’ilnu que le conteur nous a remis à la fin, donnant à chacun la possibilité de ramener une part de son héritage chez soi.

Noé Schwoehrer

Bibliographie :

ST-HILAIRE, Marc, (2015), « Saint-Jean, lac », en ligne sur L’Encyclopédie Canadienne : <www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/saint-jean-lac> (consulté le 9 mars 2024).

WARREN, Jean-Philippe, (2023), « Laïcité au Québec », en ligne sur L’Encyclopédie Canadienne : <www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/laicite-au-quebec> (consulté le 9 mars 2024).

Projections cinématographiques : La face cachée des transactions & Inuk en colère

 

Le jeudi 16 novembre 2023, dans le cadre des « Saisons du Canada », le Centre d’Études Canadiennes de Grenoble a donné rendez-vous au public grenoblois à la Maison des Associations pour la projection de deux documentaires : La face cachée des transactions et Inuk en colère. Retraçant les mouvements de résistance culturelle qui animent les communautés autochtones, les deux films dévoilent les obstacles à l’émancipation découlant de l’ignorance, bien souvent délibérée, des élites politiques.

 

 

 

© BIBLIOTHEQUE ET ARCHIVES CANADA

La face cachée des transactions est un documentaire d’une quarantaine de minutes sorti en 1972 et réalisé par Martin Defalco et Willie Dunn, tous deux membres de l’équipe de production autochtone, l’Indian Film Crew (OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA, 2023a). Avec le 300e anniversaire de la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) en 1970 comme fil conducteur, l’événement symbolise le contraste saisissant que reflète la perception de l’héritage colonial canadien à la fin du XXe siècle. En fond, la voix de George Manuel, président de la Fraternité des Indiens du Canada de 1970 à 1976, présente les effets de la colonisation du continent nord-américain par la CBH du point de vue autochtone. Néanmoins, en ce mois de juillet 1970, pour les colons comme pour les autochtones, l’heure semble à la fête. Marquées par la présence de la reine Élisabeth, les célébrations de l’élite politico-économique blanche s’articulent autour des représentations traditionnelles d’artistes autochtones (CBC NEWS, 2020). Entre opulence et caricature, la cérémonie symbolise l’amnésie d’une conception idéalisée de l’impérialisme britannique. Pour ceux qui se refusent à la parodie, les danses et chants traditionnels agissent comme un outil de préservation d’un héritage culturel en danger. À travers le monopole économique exercé par les différentes filiales commerciales de la Baie dans les réserves, le documentaire décrit la détérioration des conditions de vie des natifs américains. Affectés par des changements climatiques importants et une réduction de leur pouvoir d’achat, un grand nombre d’entre eux se retrouve piégé par le système d’emprunt instauré par la CBH. La face cachée des transactions se veut donc une critique viscérale des impacts des pratiques commerciales des fondateurs de la Compagnie et de leurs héritiers pour la communauté autochtone. 

© OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA

Sorti en 2016 et réalisé par la cinéaste Inuk, Alethea Arnaquq-Baril, Inuk en colère est un long-métrage qui dépeint le combat mené par un groupe d’activistes inuit pour défendre la chasse au phoque. Pratique ancestrale des peuples autochtones du grand nord canadien, cette tradition est depuis plusieurs décennies menacée par la montée de l’activisme animalier. Le film se penche notamment sur les conséquences des campagnes anti-chasse au phoque d’organisation comme Greenpeace au début des années 1980. Incarnant le début d’une période que la réalisatrice surnomme « notre Grande Dépression » (ARNAQUQ-BARIL, 2016), la crise du marché de la fourrure de phoque frappa de plein fouet la communauté Inuk. Ainsi, en 2009, le projet d’interdire le commerce de produits dérivés du phoque porté par l’Union Européenne sans consultation du peuple Inuk suscita l’indignation (BURELLE, 2020 : 146-147). Caméra à la main, Alethea Arnaquq-Baril documente la lutte contre cette décision qui l’amènera jusqu’au Parlement européen de Strasbourg. Tourné entre 2008 et 2015, Inuk en colère, évoque l’évolution des moyens d’action de ces militants autochtones qui, loin d’être étranger aux nouvelles technologies, jouent des codes sur les réseaux sociaux avec l’opération « #Sealfies ». Bien que limité, le film fait tout de même état des quelques victoires du peuple, caractérisées par les excuses publiques de Greenpeace en 2014 au sujet des répercussions causés par leurs campagnes passées (KERR, 2014).

À la suite de ces films, les débats animés par Laurence Delpérié, doctorante à l’Université Grenoble-Alpes, et Liliane Bois-Simon, présidente du CECG, furent l’occasion d’approfondir les questions soulevées par ces projections. Insistant sur le traumatisme intergénérationnel qui affecte toujours les populations autochtones canadiennes, Mme Delpérié retraça les effets de la colonisation britannique par sa dimension commerciale. Un processus qui permit à la Compagnie de la Baie d’Hudson de s’emparer de la Terre de Rupert via la signature de traités. Un territoire colossal qui fut cédé au gouvernement canadien en 1870 (MCINTOSH & SMITH, 2022). Les peuples autochtones présents dans la région furent principalement exclus des traités, un moyen pour les autorités de limiter les intérêts versés à des sommes dérisoires (NEU, 2000 : 180-181). Mme Bois-Simon souligna aussi l’importance croissante du sort des communautés autochtones dans la sphère médiatique. En effet, depuis 2021 et le choc provoqué par la découverte de centaines de corps d’enfants sur les sites d’anciens pensionnats autochtones, les interrogations liées au statut des peuples des Premières nations ont connu un fort regain d’intérêt (VOCCE & CECCO et al., 2021). De fait, la notion de « génocide culturel » (HUTCHINGS, 2016 : 306) utilisée pour faire référence à ce système d’éducation et d’adoption forcée peut s’étendre aux résultats actuels des politiques d’assimilation qui menacent l’héritage culturel autochtone. Laurence Delpérié décrivit notamment l’émergence d’une élite économique métisse, ayant émigrée pour les centres urbains, et dont l’activité se concentre dans le secteur des jeux d’argent (BELANGER & WILLIAMS, 2012 : 129-131).

Noé Schwoehrer

Bibliographie :

ARNAQUQ-BARIL, Alethea (Réalisatrice), (2016), Inuk en colère, EyeSteelFilm.

BELANGER, Yale D., WILLIAMS, Robert J., (2012), « Urban Aboriginal and First Nations perspectives on casinos and the First Nations gaming industry in Alberta, Canada », International Gambling Studies [En ligne], vol. 12, n° 1, p. 129-144. DOI : <10.1080/14459795.2011.643908> (consulté le 19 novembre 2023). 

BURELLE, Julie, (2020), « Inuit Visual and Sensate Sovereignty in Alethea Arnaquq-Baril’s Angry Inuk », Revue Canadienne d’Études cinématographiques [En ligne], vol. 29, n° 1, p. 145-162. URL : <www.jstor.org/stable/10.2307/26977665> (consulté le 19 novembre 2023). 

CBC NEWS, (2020), « How Indigenous people welcomed the Queen to Canada in 1970 », en ligne sur : <www.cbc.ca/archives/queen-elizabeth-prince-philip-visit-1970-manitoba-northwest-territories-1.5640334> (consulté le 19 novembre 2023).

DEFALCO, Martin, DUNN, Willie (Réalisateurs), (1972), La face cachée des transactions, Office National du Film du Canada.

HUTCHINGS, Kevin, (2016), « Cultural Genocide and the First Nations of Upper Canada: Some Romantic-era Roots of Canada’s Residential School System », European Romantic Review [En ligne], vol. 27, n° 3, p. 301-308. DOI : <10.1080/10509585.2016.1163787> (consulté le 19 novembre 2023). 

KERR, Joanna, (2014), « Greenpeace Apology to Inuit for Impacts of Seal Campaign », Greenpeace. Disponible en ligne <www.greenpeace.org/canada/en/story/5473/greenpeace-apology-to-inuit-for-impacts-of-seal-campaign/1970-manitoba-northwest-territories-1.5640334> (consulté le 19 novembre 2023).

MCINTOSH, Andrew, SMITH, Shirlee Anne, (2022), « La Terre de Rupert », en ligne sur L’Encyclopédie Canadienne : <www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/la-terre-de-rupert> (consulté le 19 novembre 2023). 

NEU, Dean, (2000), « ‘Presents’ for the ‘Indians’: Land, Colonialism and Accounting in Canada », Accounting, Organizations and Society [En ligne], vol. 25, n° 2, p.163-184. DOI : <10.1016/S0361-3682(99)00030-6> (consulté le 19 novembre 2023). 

OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA, (2023a), « La face cachée des transactions », en ligne sur : <www.onf.ca/film/face_cachee_des_transactions/> (consulté le 19 novembre 2023).

OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA, (2023b), « Angry Inuk », en ligne sur : <www.onf.ca/film/inuk_en_colere/> (consulté le 19 novembre 2023).

RAY, Arthur J., (2023), « Compagnie de la Baie d’Hudson », en ligne sur L’Encyclopédie Canadienne : <www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/compagnie-de-la-baie-dhudson> (consulté le 19 novembre 2023). 

SAKAKIBARA, Chie, (2018), « Challenging Anti‐Sealing Campaigns in the Arctic », Visual Anthropology Review [En ligne], vol. 34, n° 1, p. 105-106. DOI : <10.1111/var.12159> (consulté le 19 novembre 2023). 

VOCE, Antonio, CECCO, Leyland et al., (2021) « ‘Cultural Genocide’: The Shameful History of Canada’s Residential Schools – Mapped », The Guardian. Disponible en ligne <www.theguardian.com/world/ng-interactive/2021/sep/06/canada-residential-schools-indigenous-children-cultural-genocide-map#:~:text=In%20May%2C%20Canadians%20were%20shocked,sponsored%20%E2%80%9Cresidential%20school%E2%80%9D%20system> (consulté le 19 novembre 2023).

“Sailin’ da South” or the Place of Southern Rap in Canadian Rapper Drake’s Musical Identity

“Born in Toronto but sometimes I feel like Atlanta adopted us.”—Migos ft. Drake, “Versace (Remix),” 2013.

In 2013, on the remix of “Versace,” Atlanta-based rap group Migos’s hit single, the Canadian rapper Drake took the opportunity to express his admiration for the ATL and its rap scene (Hiatt, 2019). More than a passing reference, with just one line, the multi-platinum artist has encapsulated the essence of his dual identity. Born in Toronto to a Jewish-Canadian mother and an African-American father from Memphis, Drake’s musical identity has been framed by this hybrid cultural heritage—Canada and the American South turning out to be his main sources of inspiration (Singh & Tracy, 2015: 98). As a long-time admirer of rap produced below the Mason-Dixon line, Drake has benefited from the external perspective—conferred by his Canadian identity—to digest this exotic influence. Coming of age in the mid-aughts, when the South was progressively replacing its coastal counterparts as the stronghold of American rap (Westhoff, 2011: 8), the Canadian rapper would unexpectedly spearhead the evolution of the genre (Serrano, 2015: 196).

If we retrace the history of Canadian rap, Drake is definitely not the first MC to have looked south for inspiration, but before him, most Canadian rappers had not ventured farther than US northern cities (Boutros, 2020: 100–101). Without undermining the impact of New York’s rap juggernauts, Jay-Z and Nas, if we were to map the Toronto rapper’s influences, the names of southern rap epicenters would stand out in bold characters. The languid productions of Houston’s Screwed Up Click, the introspective lyrics of Atlanta’s legend Andre 3000, and the dark melodies of the Memphian group Three 6 Mafia are all part of Drake’s sound. Yet, more than the music, Drake has also adopted the codes associated with the region’s sub-genres, conveying the image of the typical southern rapper through his shiny grills—the name given to the removable gold and diamond teeth popularized by southern rappers in the 2000s—and his double cup full of lean—Texas unofficial beverage, consisting of a mix of codeine cough syrup and soda (Brickner-Wood, 2022). Furthermore, from his discovery by Jas Prince—son of Houston’s rap mogul, J. Prince—to his successful collaborations with Miami’s rap star, Rick Ross, in the early 2010s and his signing to Young Money—the label of New Orleanian Lil Wayne—Drake’s path to stardom could have hardly been more southern. The South has not only shaped the Canadian rapper’s musical identity, but his family ties and the ones that he has built with the region have anchored his persona in a recognized, imagined space. 

From the get-go, rap emerged as the epitome of a place-based type of music. Born in the 1970s among the disenfranchised minority communities of the Big Apple’s inner-city neighborhoods, rappers strove to reflect the grim realities of their surroundings. A premium was soon put on place as a marker of authenticity through the practice of representing one’s neighborhood or hometown (French, 2017: 261–262). By the 1980s, it had led to the standardization of rappers’ triumphant tales along the lines of America’s idealized ticket to success. Rappers were portrayed as resourceful African-American or Latino men who, thanks to rap, were able to escape from a violent and poverty-ridden milieu (French, 2017: 261–262). A conception that remained largely undisputed until the mid-2000s and Kanye West’s sensational debut. The Chicago MC showed the way to success for other artists with a middle-class and noncriminal background (Serrano, 2015: 169–170). Drake, a former child actor raised in a Torontonian upper-middle-class neighborhood, greatly benefited from this paradigm shift (Serrano, 2015: 195–196). In a 2011 interview, he clearly acknowledged his indebtedness to Kanye—whom he mentioned alongside Andre 3000—for his impact on the music industry:

I think Kanye [West] deserves a lot of credit and Andre 3000 deserves a lot of credit for the shift in what you have to be to be a rapper, and what your music has to sound like. […] They made it OK to not necessarily be the most street dude. For me, I started to believe more in myself when I saw those two guys. I thought, “I’m good at rapping, so if they just respect the talent and don’t crucify you for what your past is or who you are, then I should be OK.” (Stern, 2011)

For all that, Drake did not discard his claim to authenticity, and his ambivalent relationship with place testifies to his enduring attachment to rap’s core values.

Early on, Drake played on his hybrid cultural heritage to bolster his credibility as a rapper (Pope, 2016: 17–18). For many Canadian rappers–including Drake–migrating to the US had been seen to be the only way to achieve mainstream recognition (Boutros, 2020: 100–102). In Drake’s case, this migration was as much physical as it was mental. Toronto and Canada offering little value in terms of authenticity, Drake rapidly associated his music with a more attractive imaginary: the American South. The result is a constant feeling of in-betweenness, especially on his earlier works, with, for instance, the opening track on his 2006 debut mixtape, Room for Improvement: “This right here is a Drake and DJ Smallz collaboration, so, I’m from Canada, my man’s from down South, you understand? The number one DJ in the South, to be exact.” Around that time, the South witnessed the resurgence of DJs through the development of mixtapes—promotional compilations available online for free—which usually saw an ambitious rapper and an established DJ join forces—the DJ’s presence asserting the rapper’s credibility (Westhoff, 2011: 188–189). Despite Drake’s apparent pride in his Canadian origins, the codes of southern rap were used to certify his rap persona. This quest for authenticity has not solely been illustrated by scattered references across songs and albums, but Drake’s visual DNA has also been partly constructed around this adopted identity (Pope, 2016: 15–16).

In 2014, Drake released the video for his single “Worst Behavior” off his third studio album, Nothing Was the Same. The video was shot in the streets of Memphis—his father’s hometown—and conveys a stereotypical depiction of the city and the American South as a whole, with allusions to its poverty and rural-ish landscape (Ibid.), which is an image held in the minds of many rap fans all across the world. Drake benefited from the presence of three of the city’s highly-revered MCs, with cameo appearances from Juicy J—a founding member of Three 6 Mafia—his brother Project Pat, and MJG—one-half of the iconic duo 8Ball & MJG (Singh & Tracy, 2015: 104). On the same album, “Started From the Bottom”—Drake’s anthem to upward mobility—is not distinctly southern but stays American in essence, following the pattern of the country’s much-cherished rags-to-riches stories. Yet, a long way from appropriating an ingenuine “urban struggle” (French, 2017: 262), Drake defined his own vision of the “bottom”—one that is both Canadian and middle-class (Boutros, 2020: 100–102). Despite the backlash that the song received from some of his American counterparts (Ibid.: 100), Drake showcased his mastery of adaptation, navigating freely between his cultural influences to bring the American Dream and—on a different scale—southern rap, closer to home (Ibid.). The secret of Drake’s longevity is precisely this ability to digest and adapt eclectic sources of inspiration to wide-ranging audiences. Although he has more than once come under fire for his alleged appropriation of foreign cultures—some considered him as a “culture vulture” (Persadie, 2019)—the Canadian rapper has stayed close to his early influences.

Nowadays, at the heart of Drake’s multi-faceted style, the South has remained an enduring element. Over the years, Drake showed his commitment to his southern roots with the release of songs and albums that inevitably seem to be drawn to Dixie’s bubbling rap scene, as shown by the release of collaborative projects with Atlanta rap stars Future and 21 Savage. Far from being a one-sided relationship, Drake’s music has come to reflect the influence of his sound on southern rap. Drake’s distinct style—between singing and rapping over southern-inspired productions—has laid the blueprint for the identity of the Toronto rap scene. The fusion of slow and low-filtered instrumentals with his phlegmatic voice and introspective lyrics has shaped the Queen City’s “nocturnal” sound (Whitmer, 2017). A style perfected by his fellow Torontonian singer The Weeknd, and that has transformed and broadened the average rapper’s palette—singing is now a requirement for any mainstream MC. This evolution was, again, best illustrated in Atlanta—the new epicenter of rap—with a new wave of singing rappers who took over the industry in the second half of the 2010s, in the light of the success of artists like Young Thug, Lil Baby, and Gunna (Caramanica, 2019). 

Just like DJ Screw and Houston rapper E.S.G., Drake has been Sailin’ da South—the title of a seminal H-Town record released in 1996 that Drake sampled for his album Take Care (Krastz, 2016). In constant dialogue with the region’s rap scene, the Canadian rapper borrows from its various sub-genres and, in return, shapes its creative direction. Drake has brought with him the rap culture of the Great North to the hot climate of the American South, and in recent years, the sounds of both regions have become increasingly intermingled. Canadian rap is now as much a part of Southern rap as the opposite, and Drake is the main architect of this evolution, which has led to the birth of his country’s original rap aesthetics. In spite of his adventures into remote musical territories to fuel his creativity, Drake is not one to forget about southern hospitality, since the South has remained his longest-lasting source of inspiration. Last September, Drake took the opportunity of a concert in the Big Peach to praise, once again, the city’s legacy: “Where would any of us be without Atlanta? All the love that you’ve shown, all the musicians that you’ve birthed, all the contributions that you give. This is hands down the most important place in rap music.” (my emphasis) (Elibert, 2023)

Noé Schwoehrer

Works Cited

Boutros, Alexandra. “The Impossibility of Being Drake: Or, What It Means To Be a Successful (Black) Canadian Rapper.” Global Hip Hop Studies, vol. 1, no. 1, 2020, pp. 95–114. Intellect Discover, doi: 10.1386/ghhs_00006_1. Accessed 20 Dec. 2023.

Brickner-Wood, Brady. “Drake’s Passionate, Calculated Love Affair With Houston.” Texas Monthly, 2022, www.texasmonthly.com/arts-entertainment/drake-relationship-houston-texas/. Accessed 20 Dec. 2023.

Caramanica, Jon. “Rappers Are Singers Now. Thank Drake.” New York Times, 2019, www.nytimes.com/2019/11/24/arts/music/drake-rap-influence.html. Accessed 20 Dec. 2023.

Drake – In My Feelings. Directed by Karena Evans, 2018. YouTube, uploaded by Drake, 2018, www.youtube.com/watch?v=DRS_PpOrUZ4. Accessed 20 Dec. 2023.

DJ Khaled et al. Lyrics to “I’m on One.” Genius, 2011, genius.com/Dj-khaled-im-on-one-lyrics. Accessed 20 Dec. 2023.

Drake. Lyrics to “Intro (Room For Improvement).” Genius, 2006, genius.com/Drake-intro-room-for-improvement-lyrics. Accessed 20 Dec. 2023.

Drake. Lyrics to “Started From the Bottom.” Genius, 2013, genius.com/Drake-started-from-the-bottom-lyrics. Accessed 20 Dec. 2023.

Drake. Lyrics to “Worst Behavior.” Genius, 2013, genius.com/Drake-worst-behavior-lyrics. Accessed 20 Dec. 2023.

Drake – Worst Behavior Official Video HD (Extended Version). Directed by Gab3, 2017. YouTube, uploaded by Jason, 2013, www.youtube.com/watch?v=0qSzwMCU_HI. Accessed 20 Dec. 2023.

Elibert, Mark. “Drake Says Atlanta Is ‘The Most Important Place in Rap Music.’” Complex, 2023, www.complex.com/music/a/markelibert/drake-atlanta-most-important-place-rap-music. Accessed 20 Dec. 2023.

French, Kenneth. “Geography of American Rap: Rap Diffusion and Rap Centers.” GeoJournal, vol. 82, no. 2, Springer, 2017, pp. 259–72. JSTOR, www.jstor.org/stable/44202499. Accessed 20 Dec. 2023.

Hiatt, Brian. “How Drake Jumped on Migos’ ‘Versace’ and Changed the Sound of Rap” Rolling Stone, 2019, www.rollingstone.com/music/music-news/drake-migos-versace-remix-877645/. Accessed 20 Dec. 2023.

Johnson, Zoe. “Drake Reveals His Top Five Rappers of All-Time.” XXL, 2020, www.xxlmag.com/drake-top-five-rappers-all-time/. Accessed 20 Dec. 2023.

Kinos-Goodin, Jesse. “Outside the 6ix: Other Cities That Have Inspired Drake’s Sound.” CBC Radio, 2018, www.cbc.ca/radio/q/blog/outside-the-6ix-other-cities-that-have-inspired-drake-s-sound-1.4737282#:~:text=Drake%20comes%20by%20his%20Memphis,artists%20by%20interpolating%20their%20lyrics. Accessed 20 Dec. 2023.

Krastz, Roger. “14 Hip Hop Samples Used on Drake’s Albums” XXL, 2016, www.xxlmag.com/hip-hop-samples-drake-albums/. Accessed 20 Dec. 2023.

McIntosh, Andrew et al. “Drake.” The Canadian Encyclopedia, 2017, www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/drake. Accessed 20 December 2023.

Migos and Drake. Lyrics to “Versace (Remix).” Genius, 2013, genius.com/Migos-versace-remix-lyrics. Accessed 20 Dec. 2023.

Persadie, Ryan. “Sounding the ‘6ix’: Drake, Cultural Appropriation, and Embodied Caribbeanization.” MUSICultures, vol. 46, no. 1, 2019, pp. 52–80, https://journals.lib.unb.ca/index.php/MC/article/view/29347. Accessed 20 Dec. 2023.

Pope, Amara. “Musical Artists Capitalizing on Hybrid Identities: A Case Study of Drake the ‘Authentic’ ‘Black’ ‘Canadian’ ‘Rapper.’” Stream: Culture/Politics/Technology, vol. 9, no. 1, 2016, pp. 3–22. Western Libraries, ir.lib.uwo.ca/cgi/viewcontent.cgi?article=1101&context=fimspub. Accessed 20 Dec. 2023.

Rodriguez, Jayson. “Drake Says ‘Thank Me Later’ Influenced By Nas, Andre 3000.” MTV, 2010, www.mtv.com/news/sjiwci/drake-says-thank-me-later-influenced-by-nas-andre-3000. Accessed 20 Dec. 2023.

Serrano, Shea. The Rap Year Book. New York City: Abrams Image, 2015.

Singh, Kris and Dale Tracy. “Assuming Niceness: Private and Public Relationships in Drake’s ‘Nothing Was the Same.’” Popular Music, vol. 34, no. 1, Cambridge University Press, 2015, pp. 94–112. JSTOR, www.jstor.org/stable/24736875. Accessed 20 Dec. 2023.

Sneakin’ feat. 21 Savage (Official Video). Directed by Gab3, 2017. YouTube, uploaded by Drake, 2017, www.youtube.com/watch?v=WNW1xRqbt94. Accessed 20 Dec. 2023.

Stern, Marlow. “Drake on ‘Take Care,’ Rihanna, Chris Brown ‘Fight,’ Acting, and More.” The Daily Beast, 2011, www.thedailybeast.com/drake-on-take-care-rihanna-chris-brown-fight-acting-and-more. Accessed 20 Dec. 2023.

Westhoff, Ben. “Introduction.” Dirty South: Outkast, Lil Wayne, Soulja Boy, and the Southern Rappers Who Reinvented Hip-Hop. Chicago: Chicago Review Press, 2011.

Whitmer, Phil. “A Guide to Toronto’s Dark, Emotional Hip-Hop Sound.” Vice, 2017, www.vice.com/en/article/gyjnm9/a-guide-to-torontos-dark-emotional-hip-hop-sound. Accessed 20 Dec. 2023.

Zandria. “Drake Plays the Blues: ‘Down South’ and the Black Imaginary in ‘Worst Behavior.’” New South Negress, 2013, newsouthnegress.com/drakeplaystheblues/. Accessed 20 Dec. 2023.

La représentation du Canada comme terre d’accueil dans la littérature nord-américaine à l’heure du postmodernisme

Le 26 avril 2017, quelques mois après l’élection de Donald Trump, la plateforme de streaming américaine Hulu diffusait les premiers épisodes de The Handmaid’s Tale (Poniewozik, 2017). Adaptation télévisuelle du roman dystopique de l’écrivaine canadienne Margaret Atwood, la série dépeint l’avènement du régime totalitaire de Gilead dans des États-Unis en proie au fondamentalisme religieux. La série connut un immense succès aussi critique que commercial dans un contexte politique redouté par l’Amérique progressiste. Après huit ans de gouvernement démocrate, l’arrivée au pouvoir du candidat républicain aux valeurs conservatrices sembla marquer pour beaucoup la disparition imminente de la frontière qui séparait le roman de 1985 de la réalité (Crampton, 2017). Témoin de cette prise de conscience, la réussite de la série donna un nouvel élan de popularité à l’œuvre originale (Field, 2018) et poussa même l’auteure à officialiser la sortie d’une suite, The Testaments (Cain, 2018). Un nouvel opus qui, dès sa sortie, se plaça au sommet des ventes (Flood & Cuttle, 2019). Plus que ce démarrage exceptionnel ou la ressemblance frappante entre fiction et réalité, c’est par sa représentation du Canada que The Testaments paraît s’inscrire dans le présent. En effet, à l’heure du postmodernisme, l’image du Canada comme terre d’accueil dans la littérature nord-américaine ne fait plus débat. Rythmée par les vagues de migrations historiques sud/nord, l’écriture permet de capturer les motivations de ces individus qui choisirent un jour d’émigrer pour le pays à la feuille d’érable.

Entre 2014 et 2016, le nombre de demandeurs d’asiles au Canada a connu une augmentation sans précédent avec « une hausse de 400% » (Beylier, 2019 : 17). Rapidement associé à l’accession à la présidence de Donald Trump, ce chiffre nécessite cependant une remise en perspective. Il est indéniable que les projets de loi anti-immigration portée par l’administration Trump ont contribué à la création d’un puissant facteur de répulsion. Néanmoins, depuis 2015, la politique de porte ouverte du gouvernement Trudeau contrebalance les décisions de son homologue américain (Ibid. : 18-19). Aujourd’hui très critiquée à cause de sa prétendue impraticabilité, la position pro-immigration du Premier ministre canadien semble tout de même avoir réactivé la vision d’un Canada terre d’asile durant les années Trump (Robbins, 2023). C’est dans ce contexte que Margaret Atwood publia The Testaments. Une suite qui se déroule une dizaine d’années après les événements de l’originale et documente la chute de la République de Gilead. Limité à quelques mentions éparses dans le premier opus, le Canada est au cœur de ce second roman. Il s’oppose à son voisin du sud par ses valeurs de progressisme et de tolérance, par son statut de bastion de la résistance à Gilead (Van Dam & Polak, 2021 : 180). Une image que reflète l’histoire de Daisy : née dans le système de reproduction contrôlé établit par le régime, sa mère l’a fait entrer clandestinement au Canada alors qu’elle n’est encore qu’une enfant. Ainsi, dans ce futur dystopique, le Canada se présente comme l’antithèse des États-Unis : un refuge face à l’oppression. En outre, l’existence du réseau de passage clandestin qui permit à Daisy d’entrer au Canada, évoque le chemin de fer emprunté par les esclaves Africains avant la guerre de Sécession (Buckmaster, 1938 : 142). Une vague de migration historique qui garde une place importante dans les écrits d’auteurs nord-américains sur la question de l’esclavage.

En 1997, l’auteure Afro-Canadienne, Djanet Sears rencontra un vif succès avec la publication de l’œuvre qui propulsa sa carrière au niveau supérieur : Harlem Duet (Nicholls, 2015). Préquel du classique de Shakespeare, Othello, l’intrigue se fonde sur la relation entre le protagoniste et sa première compagne, Billie. Le récit est ancré dans un contexte américain et les spectateurs suivent sa progression à travers trois époques marquantes de l’histoire de la communauté afro-américaine. L’esclavage et la quête d’émancipation se manifestent à travers l’histoire de Billie et d’Othello dans le Sud d’avant-guerre. Idéalisé, le Canada émerge comme un lieu de fuite idéal dans l’esprit des personnages, une vision corroborée par de nombreux faits historiques du XIXe siècle. Plus progressiste en matière d’esclavage que les États-Unis, le gouvernent colonial canadien donne, dès la fin de la Guerre d’indépendance, la possibilité aux esclaves ayant combattu pour l’armée britannique d’obtenir la liberté en traversant la frontière au nord (Beylier, 2019 : 15). Cette opposition idéologique prit véritablement de l’ampleur après l’abolition de l’esclavage au Canada en 1836 (Ibid.) qui contrastait avec le renforcement des accords d’extradition d’esclaves fugitifs aux États-Unis (Hepburn, 1999 : 92-93). Ainsi, on observe une augmentation considérable du nombre d’esclaves qui choisit d’émigrer pour le Canada au milieu du siècle, qui s’explique aussi par le développement du « chemin de fer clandestin » (Beylier, 2019 : 15). Pour en revenir à Harlem Duet, il est intéressant de relever que la vision idyllique du Canada partagé par les personnages est remise en question par le sort d’Othello. Après avoir planifié leur évasion, Othello se montre réticent à entamer un tel voyage, des réserves qu’il justifie par son amour pour leur maîtresse. Une liaison qui, révélée, mène à sa mort par pendaison et laisse Billie affronter seule les périls de la condition d’esclave. Une désillusion qui ne remet point en cause le statut du Canada comme « havre de liberté » (Ibid.) mais en questionne l’accessibilité. Refuge inatteignable, l’attrait du modèle canadien ne semble parfois pas assez fort, même pour la part désabusée de la population du pays de l’Oncle Sam.

Publié en 1990, le recueil de nouvelles semi-autobiographique, The Things They Carried, de l’écrivain Américain Tim O’Brien illustre par son récit introspectif de la guerre du Vietnam, un épisode clé de l’histoire de l’immigration canadienne. O’Brien dédie une nouvelle entière, « On the Rainy River », à la décision prise par le protagoniste d’émigrer au Canada après qu’il a été informé de son enrôlement dans l’armée américaine. En effet, l’établissement d’un système de conscription à la fin des années 1960 poussa certains jeunes Américains à envisager la désertion en émigrant au Canada (Ibid. : 16). « On the Rainy River » nous offre donc un accès privilégié aux sentiments du jeune Tim O’Brien qui, dans un élan de liberté, se résout à fuir pour le Canada. Traversant en bateau la rivière à la Pluie, à seulement quelques dizaines de mètres de la frontière canadienne, Tim est soudainement accablé par le doute. Incapable de se détacher des pressions sociales de son entourage, il ne fait pas le grand saut. Ce qui émerge alors dans l’esprit du lecteur est une perception dichotomique du courage et de la lâcheté qui semble contredire les valeurs traditionnelles des sociétés occidentales. Les pensées du personnage font du Canada un symbole de liberté, « le choix du courage », tandis que les États-Unis est celui de la guerre, « le choix de la lâcheté » (Ruud, 2017 : 97). À nouveau, le Canada se distingue des États-Unis comme une terre d’asile idéale, une conception néanmoins tempérée par sa place dans le raisonnement qui pousse un individu à quitter son pays natal. Comme dans toute décision de ce type, le Canada ne bénéficie pas d’un statut privilégié et la peur du saut dans l’inconnu l’emporte sur un grand nombre de potentiels émigrants. En effet, la condition de l’émigrant peut fréquemment s’apparenter à celle de l’exilé dont découlent « d’insurmontables » regrets liés à l’abandon d’une vie passée (Said, 2000 : 173).

Avec l’officialisation de la candidature de Donald Trump pour l’élection présidentielle de 2024, c’est la place du Canada comme terre d’accueil qui est remise en jeu avec la crainte d’une répétition du scénario de 2016. De fait, le quarante-cinquième président a déjà exposé sa rhétorique anti-immigration dans les médias et la perspective d’une réélection soulève des questions au sujet de son impact sur le Canada (Moosapetah, 2022). Destination historique pour les minorités oppressées, le pays maintiendrait-il son statut de havre de liberté, dans le cas contraire quels en seraient les effets sur la littérature nord-américaine ? Les critiques actuelles des politiques migratoires du gouvernement Trudeau et la montée du conservatisme auront-elles raison du statut historique du pays (Taube, 2023) ?

Noé Schwoehrer

Bibliographie

ARMSTRONG, Jennifer Keishin, (2018), « Why The Handmaid’s Tale is so relevant today », en ligne sur BBC : <www.bbc.com/culture/article/20180425-why-the-handmaids-tale-is-so-relevant-today> (consulté le 06 novembre 2023).

ATWOOD, Margaret, (1985), The Handmaid’s Tale, Londres : Vintage.

ATWOOD, Margaret, (2019), The Testaments, Londres : Vintage.

BEYLIER, Pierre-Alexandre, (2018) «Le Canada : un refuge anti-Trump en mutation ?», Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], n° 85, p.11-28. URL : <http://journals.openedition.org/eccs/1414> (consulté le 05 novembre 2023).

BUCKMASTER, Henrietta, (1938), « The Underground Railroad », The North American Review [En ligne], vol. 246, n° 1, p. 142-149. URL :<www.jstor.org/stable/25115012> (consulté le 05 novembre 2023).

CAIN, Sian, (2018) « Margaret Atwood announces The Handmaid’s Tale sequel, The Testaments », The Guardian. Disponible en ligne <www.theguardian.com/books/2018/nov/28/margaret-atwood-announces-the-handmaids-tale-sequel-the-testaments> (consulté le 04 novembre 2023).

CRAMPTON, Caroline, (2017) « The Handmaid’s Tale: Dystopian dread in the new golden age of television », New Statesman, vol. 146, n° 5366. Disponible en ligne <www.newstatesman.com/culture/tv/2017/05/handmaid-s-tale-dystopian-dread-new-golden-age-television> (consulté le 05 novembre 2023).

CUDDON, J.A., (2013), Dictionary of Literary Terms & Literary Theory, Londres : Penguin Books, 5e éd., (1ère édition, 1977), p.552-553.

FIELD, Shivaune, (2018) « Author Margaret Atwood on Why “The Handmaid’s Tale” Resonates in 2018 », Forbes. Disponible en ligne <www.forbes.com/sites/shivaunefield/2018/07/31/author-margaret-atwood-on-why-the-handmaids-tale-resonates-in-2018/> (consulté le 04 novembre 2023).

FLOOD, Alison, CUTTLE, Jade, (2019) « Handmaid’s sales: Margaret Atwood’s The Testaments is immediate hit », The Guardian. Disponible en ligne <www.theguardian.com/books/2019/sep/17/handmaids-sales-margaret-atwoods-the-testaments-is-immediate-hit> (consulté le 04 novembre 2023).

GRUBER, Elizabeth, (2008) « Practical Magic: Empathy and Alienation in Harlem Duet », Literature Interpretation Theory, vol. 19, n° 4, p. 346-366. DOI : <10.1080/10436920802519928> (consulté le 05 novembre 2023).

HEPBURN, Sharon A. Roger, (1999), « Following the North Star: Canada as a Haven for Nineteenth-Century American Blacks », Michigan Historical Review [En ligne], vol. 25, n° 2, p. 91-126. URL :<www.jstor.org/stable/20173830> (consulté le 05 novembre 2023).

LEE, Don, (1995-1996), « About Tim O’Brien », Contemporary Literature [En ligne], vol. 21, n° 4, p. 196-201. URL :<www.jstor.org/stable/40354687> (consulté le 05 novembre 2023).

MOOSAPETAH, Asheesh, (2022), « Do Americans really move to Canada because of politics? », en ligne sur CIC News : <www.cicnews.com/2022/12/do-americans-really-move-to-canada-because-of-politics-1232135.html#gs.00xavp> (consulté le 06 novembre 2023).

NICHOLLS, Sandra, (2015), « Djanet Sears », en ligne sur The Canadian Encyclopedia : <www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/djanet-sears> (consulté le 06 novembre 2023).

O’BRIEN, Tim, (1990), The Things They Carried, New York : Broadway Books.

PONIEWOZIK, James, (2017) « Review: “The Handmaid’s Tale” is a terrifying story of a future that looks like the past », The Seattle Times. Disponible en ligne <www.seattletimes.com/entertainment/tv/review-the-handmaids-tale-is-a-terrifying-story-of-a-future-that-looks-like-the-past/> (consulté le 04 novembre 2023).

ROBBINS, Claire Porter, (2023) « Is Canada Really So Immigrant-Friendly? », Foreign Policy. Disponible en ligne <https://foreignpolicy.com/2023/08/28/canada-immigration-trudeau-policy-multiculturalism-backlash/> (consulté le 06 novembre 2023).

RUUD, Jay, (2017), « Tim O’Brien as Grail Knight: “On the Rainy River” », Journal of the Short Story in English / Les Cahiers de la nouvelle [En ligne], n° 69, p.133-147. URL : <https://journals.openedition.org/jsse/1864> (consulté le 06 novembre 2023).

SAID, Edward W., (2000), « Reflections on Exile », in : Reflections on Exile and Other Essays, Cambridge: Harvard University Press, p.173-186.

SEARS, Djanet, (1997), Harlem Duet, Winnipeg : Scirocco Drama.

SILBERGLEID, Robin, (2009), « Tim O’Brien’s Autobiographical Metafiction », Contemporary Literature [En ligne], vol. 50, n° 1, p. 129-155. URL :<www.jstor.org/stable/20616415> (consulté le 05 novembre 2023).

SULLIVAN, Kate, (2023), « Trump’s anti-immigrant comments draw rebuke », en ligne sur CNN : <https://edition.cnn.com/2023/10/06/politics/trump-anti-immigrant-comments/index.html> (consulté le 06 novembre 2023).

TAUBE, Michael, (2023), « Leave it to Trudeau to destroy his party’s reputation on immigration », The National Post. Disponible en ligne <https://nationalpost.com/opinion/michael-taube-leave-it-to-trudeau-to-destroy-his-partys-reputation-on-immigration> (consulté le 04 novembre 2023).

TAYLOR-VAISEY, Nick, (2023) « Pierre Poilievre is the man who could beat Trudeau », Politico. Disponible en ligne <www.politico.com/news/2023/09/18/pierre-poilievre-trudeau-canada-00116084> (consulté le 04 novembre 2023).

VAN DAM, Daný, POLAK Sara (2021) « Owning Gilead: franchising feminism through Margaret Atwood’s The Handmaid’s Tale and The Testaments », European Journal of English Studies [En ligne], vol.25, n° 2, p.172-189. DOI : <10.1080/13825577.2021.1950362> (consulté le 05 novembre 2023).

Canada Month 2021 : detailed program


From march 22 to 28, the film ‘The Blinding Sea’ will be streaming (with French subtitles available). The film will be followed by a video-conference with its director, George Tombs, on monday march, 29th at 6pm.

To register or receive your login credentials, please fill this form.

‘The Blinding Sea’ traces the career of the famous Norwegian explorer Roald Amundsen, who was the first to cross the Northwest passage and to reach the south pole. Shot across Alaska, the Canadian Arctic Archipelago, the Beaufort Sea, the Austral and Antarctic oceans, the film highlights the tension between the traditional Inuit knowledge and the European scientific paradigm


Reading of Pauline Johnson Tekahionwake‘s poems by Corinne Beoust (translator, and author of the collection published with the Editions Les 17 muscles de la langue). More information on the Maison de la poésie website.

Daughter of a First Nation chief and of an English society lady, artist full of charisma who stirred the crowds both in Canada and in England, prolific poet and successful writer, Pauline Johnson knew her glory hour around the Xxth century, before slowly falling into oblivion. She was the first indigenous person to reach a large audience within the white anglophone majority.


MAY 12 6:30PM MUSEUM DE GRENOBLE

Video-conference on the Arctic : Mikaa Mered, author of ‘The Polar Worlds’ PUF 2019.

Inscriptions open in early May on the UGA website https://www.univ-grenoble-alpes.fr/

Mikaa Mered is a teacher in geopolitics of the Arctic and Antarctic poles at the International relations school ILERI, a lecturer at NEOMA Business School and Sciences Po Rennes, and an expert-evaluator among the European Comission.


MAY 16 6PM CAFE THEATRE La Guinguette, Fontaine, in-person or online

Catherine Pichette will give a public reading of the extract Carmen – québécois character who emigrated to Spain – from the collective novel Ellipse, by the writing collective Les Filles du vent, of which she is a member.

Voice : Laure Pinatel

Dates : June 5 and June 13, 2021 at 6.30 p.m.
Price : 10 euros
Places: café-théâtre La Guinguette, 80 Avenue du Vercors, 38600 Fontaine, 38600 Fontaine
Reservation is required (SMS) : 06 51 26 80 05
Reduced gauge and mandatory mask

FB Page : https://www.facebook.com/lesfillesduvent19
Website :  https://www.lesfillesduvent.eu


“My love, it is 5 in the morning and I am calling you until I cannot write any longer. Outside, it is raining so much you could drink it standing up – inside too. Today, I am 58 years old. The same age my mother was when she died. Yes.”

Collaborating with : Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble, Interlude et cie. Staging by Laure Pinatel. Presented at the Café-théâtre La Guinguette on the 16th of May at 6pm.  If health requirements do not allow for a public reading indoor, it will be performed on the 16th of May at 6pm via the Facebook page of “Les Filles du vent”.


Ningeokuluk Teevee, Untitled (Sedna by the Sea), 2001-2002, 50,6 x 33,1 cm, ink on paper

May 17, 2021 AT 6PM, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES

Julie Graff conference (online or in-person) : Numa ! Imaq ! Inuit contemporary art facing the environmental crises of the 21th century (Inscriptions coming).

Inscriptions open in early May on the UGA website https://www.univ-grenoble-alpes.fr/

Since the 1940s, contemporary Inuit artists have been exploring their relationships with territory, between land (Nuna) and sea (Imaq). Through multiple visual and literary works, these men and women artist have retraced the region’s memory or denounced its colonization. More recently, their artwork have been analysing the environmental crises’ impact in the whole Arctic, testifying of its consequences on the population, both human and non-human. This conference thus intends to focus on the statement, through artistic creation, of Inuit perspectives on the 21th century environmental challenges.

Julie Graff is a doctor in social anthropology and ethnology at l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) and in Art History at the University of Montréal. She is also a Scholar of the Quai Branly-Jacques Chirac museum, and member of the Paris Social Anthropology Laboratory. Her research focuses on art, material civilization and Inuit museology.

Moderator : Laurence Delpérié, Doctor at the Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles.


BIBLIOTHEQUE DROIT-LETTRES UGA, september 21 to october 21, 2021.

Photo exhibition and projection of a video by Michèle Waquant

Video “Milles rivières,” 70 minutes (journey to the end of road 138 along the Gulf of the Saint Lawrence in Quebec).
Photographs from 2009 taken in New Quebec, between the Manicouagan dam and the lost city of Gagnon, and in Labrador, during the location scouting for the “Milles rivières” video. Photographs from 2014 taken in the Baie-Saint-Paul region, on the north bank of the Saint Lawrence.

Born in Quebec in 1948, Michèle Waquant lives and works in France since 1980. She taught in art schools between 1990 and 2015, at l’École nationale supérieure d’art de Dijon, at l’École des Beaux-Arts de Paris and at l’École Nationale Supérieure d’arts Paris-Cergy.

Through a multidisciplinary practice via video, photography, painting, drawing and writing, the artist highlights the complex interactions between primary elements, trees, animals and humans in the environment.

An overview of the photographs is available here.


RETROSPECTIVE MacLAREN

Norman MacLAREN (1914-1987) is considered as one of the world’s greatest masters of animated film. His name is closely related to the National Film Board of Canada.


CINEMATHEQUE (program postponed until further notice) information on the Cinémathèque de Grenoble website.

 MON ONCLE ANTOINE (film de Claude Jutra 1971)

The film is set in the 1940s, in Black Lake (now Thetford Mines), Quebec. In such small villages, the general store is a forum for exchanges and a magnet to the whole community. On Christmas eve, the locals thus meet up there. With his humour and his splashes of gin, the shop owner Uncle Antoine entertains the party, under the attentive look of his nephew Benoît (15 years old), who is orphaned and lives at his uncle’s.

Translated by Clémentine Stéphant.

Programme du Mois du Canada 2021

Programme du Mois du Canada 2022

 

                                                                         EXPLORATIONS

Pour cette 6ème édition des mois du Canada nous poserons la question des explorations. Celles d’hier, géographiques, anthropologiques, prédatrices, mais dont les grandes figures font encore rêver, et celles d’aujourd’hui, perçues comme un corollaire de la colonisation.

Exposition photos, film et conférences en centre-ville ou à l’université.

DU 1er AU 29 MARS:                                                                                                                                             Exposition de photos de Laurence Fischer, photographe d’expédition.

  “Inuit, les déracinés de la géopolitique polaire – l’exemple de Grise Fiord, Qaanaaq et Ittoqqortoormiit”.

             Laurence Fischer est photographe documentaire et conférencière, et s’intéresse particulièrement aux problématiques de l’Arctique et de l’Antarctique. Elle se consacre principalement à l’étude des peuples de l’Arctique occidental et de la faune polaire.    

 

https://www.bm-grenoble.fr/653-centre-ville.htm

Bibliothèque Centre Ville, 10 rue de la République
38000 Grenoble
Entrée libre – 50 places disponibles
Sans réservation – Pass sanitaire exigé
Contact : 04 76 54 57 97 

Afin d’asseoir sa souveraineté face aux Danois et Norvégiens qui lorgnent sur l’archipel du nord de l’Arctique, le Canada commence dès les années 30 à déplacer des populations inuites du nord du Québec et de l’île de Baffin sur les territoires de haut-Arctique. En 1953, dans un contexte géopolitique chaotique, le gouvernement canadien propose à trois familles de la communauté de Pond Inlet et à sept familles d’Inukjuak, au nord du Québec (soit 87 personnes), de s’installer pour deux ans sur l’île d’Ellesmere. Ces familles acceptent ; logement et abondance de gibier leur était promis sur place. Or, à leur arrivée, rien n’est prévu pour elles. L’île d’Ellesmere était inhabitée car inhabitable : le sol est gelé de septembre à la fin juillet, la nuit dure de la fin octobre au milieu février.

Les familles exilées dorment dans des tentes en toile par -35 ˚C ou moins parce qu’il n’y a pas assez de neige pour faire des igloos. Il n’y a rien à chasser et ils souffrent en permanence de la faim. L’adaptation est longue, mais se produit avec le temps. Cependant, toutes les personnes n’ont pas cette force et la nouvelle communauté déplore quelques décès de désespoir, dus aux  conditions trop extrêmes et aux maladies. En 1955, au terme des deux années, les familles demandent à rentrer. Le gouvernement refuse, puis fait même venir d’autres Inuit.

Les familles, résilientes, apprennent la chasse à la baleine et à survivre durant les longs hivers.

MARDI 15 MARS 2022 – 18H30 

          Grenoble/Québec : capitales mondiales de l’hydrogène vert ?
Conférence de Mikaa Mered, chargé d’enseignement en géopolitique des Pôles
à HEC et Sciences Po Grenoble – UGA  

L’hydrogène sera très certainement l’énergie qui nous permettra de réaliser la transition énergétique. Grenoble et le Québec sont moteurs dans la production d’hydrogène vert et l’Alberta, qui est la région productrice de pétrole et de gaz investit massivement dans l’hydrogène gris. Conférence ouverte à tous pour comprendre tous ces enjeux stratégiques.

                                                                    

 

Bibliothèque Centre Ville
10 rue de la République
38000 Grenoble
Entrée libre – 50 places disponibles sans réservation – pass sanitaire exigé
Contact : 04 76 54 57 97

 

 

 

LUNDI 28 MARS 2022 – 18H30
Projection du film «Aveuglés par la mer», un film de George Tombs, en version originale sous-titrée en français suivie d’un échange avec le réalisateur. Evidentia Films Incorporated 2020

Le film retrace la carrière du célèbre explorateur norvégien Roald Amundsen (1872-1928) qui fut le premier à traverser le passage du Nord-Ouest et à atteindre le pôle sud. Tourné à travers l’Alaska, l’archipel arctique canadien, la mer de Beaufort, l’océan austral et l’Antarctique, le film souligne la tension entre les connaissances traditionnelles Inuit et le paradigme scientifique européen.

 Artiste-historien basé à Montréal, George Tombs est un auteur et cinéaste primé. En tant que journaliste et ancien boursier Michener, il a fait des reportages sur six continents ; par la suite, il a servi comme directeur général d’une association médicale puis comme professeur d’université. Il détient un doctorat en histoire de l’Université McGill et a complété une année au 3e cycle en sciences médicales à l’Université d’Oxford. The Blinding Sea est son premier film.

Basé sur des recherches rigoureuses, le film met l’accent sur le rôle joué par la culture, la santé et la nutrition dans l’exploration polaire voilà un siècle. Il  offre un aperçu complètement nouveau de la vie et la carrière de Roald Amundsen, et surtout de l’importance pour lui de changer de paradigme, laissant de côté des théories spéculatives d’Europe pour adopter le savoir ancestral et combien pratique des Inuits canadiens.

Museum de Grenoble
1 rue Dolomieu – 38000 Grenoble
Entrée libre – 99 places disponibles sans
réservation – pass sanitaire exigé

 

 

MERCREDI 6 AVRIL 2022 – 9H

Conférence de Laurence Fischer, photographe documentaire et conférencière qui se consacre à l’étude des peuples de l’Arctique occidental et de la faune polaire.

“Inuit, les déracinés de la géopolitique polaire, l’exemple de Grise Fiord, Qaanaaq et Ittoqqortoormiit.” 

A la suite de son exposition photos qui se déroulera du 1er au 29 mars à la bibliothèque du centre-ville, Laurence Fischer, qui sera rentrée d’un voyage en Antarctique, nous fera partager ses connaissances sur cet épisode tragique de l’histoire du Canada et plus particulièrement de la province de Nunavut, fondée en 1999 à la suite des revendications des Inuits. Elle se passionne pour ce sujet des déracinés de la géopolitique polaire.


Université Grenoble Alpes, bâtiment Stendhal amphi 7
Entrée libre sans réservation

 

 

Expatriés Français au Canada : Montréal, la ville idéale ?

 

Partir à l’aventure, s’établir dans un pays étranger, sur un autre continent vous fait rêver ? Nous avons interviewé Violette Morel et Stéphane, deux expatriés français au Canada, dans la ville de Montréal, pour vous.

CEGC : Bonjour Violette et Stéphane, merci d’avoir accepté cette interview avec le centre d’études Canadiennes de Grenoble, en dépit du décalage horaire ! (six heures de moins)

VM : Bonjour, avec plaisir !

CEGC : Alors tout d’abord, comment vous êtes-vous retrouvés à vivre au Canada ?

VM : Au début, mon compagnon travaillait les hivers au Canada, puis a fait une demande de visa de deux ans pour voyager dans l’ouest. Pour lui, c’était la meilleure façon de rentrer au Canada et découvrir le pays. Je l’ai donc suivi !

CEGC : Qu’y avez-vous découvert ?

VM : Beaucoup de choses ! Je pense aux grands espaces, aux paysages, à la ville de Montréal aussi, qui nous a beaucoup plu ! L’avantage de Montréal est que c’est une grande ville mais elle est composée de plein de petits quartiers qui lui rendent une taille humaine. La ville est très vivante, dynamique, et cosmopolite. Aussi, il est plus facile qu’en France de prendre un appartement, comme il n’y a pas de caution ; puis, on peut trouver un emploi assez vite également car les français, francophones, sont recherchés. Il y a une plus grande possibilité d’évolution dans la carrière, les démarches administratives sont allégées et c’est plus facile de créer son entreprise. C’est un peu comme le rêve Américain !

CEGC : Les Français sont donc recherchés ?

VM : Oui, et le Canada est également une destination prisée des Français ! Plus généralement, le français a une grande importance aux yeux des Québécois. Montréal, c’est la résistance francophone. Dans d’autres états, un effort de conservation est aussi fait envers la langue française, qui a tendance à se perdre.

CEGC : Quelle place a donc le français au Canada ? La langue principale est-elle l’anglais ?

VM : Les Canadiens parlent de plus en plus anglais. Le français est la première langue, mais il n’est pas rare d’entendre de l’anglais et du français dans la même phrase ! Il y a une loi 501 qui est là pour protéger la langue française, avec obligation de dire bonjour à la fois en anglais et en français. Les francophones sont donc recherchés et sont vus d’un bon œil ! Les Montréalais parlent principalement anglais et les jeunes générations parlent français et anglais dans la même phrase, il y a un réel phénomène de bilinguisme. Les plus anciens sont davantage à cheval sur la langue française. Dans l’ouest, on te comprend quand tu parles français mais on préfère parler anglais. La première langue est un anglais américanisé. Pour rentrer au Québec lors de la demande de visa, on est soumis à des tests de français. Ces tests sont obligatoires pour demander un renouvellement de visa. Ils veulent s’assurer que l’on ait un niveau de français suffisant !

CEGC : Obtenir le visa a-t-il été facile ?

VM : Il a été difficile et compliqué d’obtenir le visa ! C’est surtout grâce à notre employeur que nous avons pu y prétendre. Mon compagnon Stéphane travaillait déjà avec lui les hivers. L’employeur nous a donc aidés à s’installer à l’année en embauchant une avocate, pour faciliter les démarches administratives. Même si la main d’œuvre est recherchée, les démarches pour s’installer ne sont pas facilitées. Même avec un emploi, il n’est pas évident de prolonger un visa de deux ans. Comme chaque demande s’étale sur une période allant entre 3 et 6 mois, on vit parfois dans l’attente ! La prochaine étape, c’est la résidence permanente, qui autorise un séjour sur le territoire pour 5 ans. Ensuite, c’est la nationalité canadienne qu’il faut demander pour s’installer définitivement. Ce sont des démarches longues et coûteuses mais ça vaut le coup !

CEGC : Qu’est-ce que vous avez appris de cette expérience ?

VM : Ça nous a poussé à aller vers les gens et à faire preuve d’une plus grande ouverture. Ce n’est pas évident pour ce qui est des relations avec la famille restée en France. Mais les retrouvailles sont plus intenses, et ça te rapproche plus ! Nous avons fait d’autres rencontres là-bas ; grâce à Instagram par exemple, on a rencontré beaucoup de français dans la même situation que nous.

CEGC : Comment était l’accueil Canadien ?

VM : Les Canadiens sont très accueillants ! Mais nous nous sommes plus liés d’amitié avec des expatriés français, comme nous. Cette expérience de vie commune rapproche ! On a cherché à se tisser des liens avec les Canadiens, mais c’était plus difficile. Il y a une séparation de la vie privée et de la vie professionnelle chez eux. Au final, les Canadiens que l’on a connu ne s’invitent que très peu chez eux, même entre amis très proches. Ils préfèrent les activités en extérieur, ce qui fait qu’ils sont très résistants au froid !!

CEGC : Et le mode de vie à Montréal ?

VM : On a découvert une grande tolérance et ouverture d’esprit à Montréal, qui est une ville assez riche. On ne s’est jamais fait embêter dans le métro, on n’a pas non plus surpris de regards insistants… On ne se sent pas jugé et il y a un côté rassurant.

CEGC : Vous parliez plus tôt des paysages et du grand air ?

VM : Oui, les paysages sont époustouflants ! Le Québec est principalement plat comparé à l’Ouest Canadien qui est plus montagneux. L’été est chaud et humide mais les températures en hiver peuvent facilement atteindre les -20 à -30°C. Il tombe beaucoup de neige, et les sapins restent gelés pendant de longues périodes. On ne distingue même plus leurs branches, encombrées par des amoncellements de neige qui ne partent plus ! Le spectacle est magnifique.

CEGC : En parlant de nature, que pensez-vous de l’automne Canadien ?

VM : Ce n’est pas une légende ! L’automne est magique, et les Canadiens eux-mêmes ne s’en lassent pas. Les arbres revêtent leurs plus beaux feuillages, et c’est une explosion de couleurs qui nous laissent bouche bée.

CEGC : Qu’est-ce que vous avez trouvé de différent par rapport à la France ?

VM : Tout d’abord, une idée de démesure me vient à l’esprit. Le pays est immense, et le moindre déplacement peut vite couvrir des distances considérables. Si lorsque l’on regarde sur la carte, on a l’impression que Québec et Montréal ne sont pas très éloignées, 300km les sépare quand même. Entre Toronto et Montréal il faut compter 7 heures. Entre ces villes qui concentrent la plus grande partie de la population, majoritairement urbaine, on traverse des déserts de population ! Ce n’est pas la même échelle. Même si on entend parler français, on s’aperçoit que l’on a changé de continent.

CEGC : D’un point de vue professionnel, êtes-vous satisfaits de votre carrière ?

VM : Oui, je le pense. Je suis responsable des ventes en ligne et de la création de produits pour le plus gros vendeur de produits de sports d’hiver du Canada, Oberson. Il y a une grande possibilité d’évolution dans la carrière. De vendeur, Stéphane a évolué en responsable du service clientèle du magasin. En réalité, la notion de travail est différente. Les employeurs vont s’investir pour toi si tu t’investis pour eux. Nous bénéficions d’une reconnaissance financière et d’une certaine attention. Nous avons des places offertes pour assister à des matchs de hockey, par exemple. C’est gratifiant et nous sommes reconnus pour notre travail. Si tu es un bon employé, on fera tout pour te garder. L’employeur se montre souvent arrangeant, et même lors d’une période chargée, c’est plus facile d’obtenir un congé qu’en France. Ta vie privée sera toujours plus importante que la carrière, et dans tous les cas nous avons deux jours de congé.

CEGC : Qu’en est-il du système de santé ?

VM : Au Québec, on a un système de santé qui ressemble à la France. Il y a une carte et un régime d’assurance maladie qui rembourse les frais de santé. L’hôpital public est gratuit, mais le temps d’attente est généralement très long. On peut alors se tourner vers les nombreuses cliniques privées, mais il faut alors payer soi-même les consultations. En revanche, les soins ici sont remboursés par l’assurance française. Il faut avancer les fonds, mais il faut le savoir et rien n’est expliqué pour s’intégrer dans les systèmes de santé ; il faut faire ses propres investigations.

CEGC : Que faut-il savoir avant de partir au Canada ?

VM : Pour ce qui est des supermarchés, il faut savoir que l’on n’achète pas tout au même endroit. L’alcool par exemple s’achète auprès de la SAQ, Sociétés des Alcools du Québec. La viande se trouve chez le boucher et le poisson chez le poissonnier. Il y a d’immenses marchés couverts magnifiques, qui sont ouverts du lundi au vendredi. Ce sont des producteurs locaux pour la plupart, qui viennent de petits magasins aux alentours. En revanche, le prix du fromage est très élevé ; le kilo de raclette peut monter à 85$. Le vin aussi n’y échappe pas. Le gouvernement soutient beaucoup d’importations, qui sont ré-étiquetées par la compagnie du Québec et taxées. Il faut savoir en allant faire ses courses que le prix des produits est celui affiché sans taxes. En réalité, le prix total sera en moyenne 15% plus cher que le prix affiché. Comme les états Américains, les taxes ne sont pas les mêmes en fonction des états. Il y a plus de taxes au Québec et dans l’Ontario, et moins dans l’Ouest. Il faut savoir aussi, en se rendant dans un restaurant ou dans un bar, que le pourboire est obligatoire, culturellement parlant. Les métiers de serveur ou de livreur sont sous payés, environ 9$ de l’heure. Ils arrivent à compléter leur salaire grâce aux pourboires. Souvent, il est suggéré à l’addition. Il est bien vu de laisser 10% de ta consommation en pourboire.

CEGC : Qu’est-ce que vous avez retenu de la culture Canadienne ?

VM : Que le sirop d’érable n’est pas une légende ! Il est servi à toutes les sauces, les Canadiens l’adorent. Il y en a partout, même le M du Macdo arbore une feuille d’érable. Ce n’est pas pour rien si on la retrouve sur le drapeau ! On retrouve des cabanes à sucre un peu partout. Les Canadiens sont très fiers de leurs produits et de leur beau pays qu’ils défendent avec vigueur. On pourrait rapprocher les Canada des Etats-Unis, les deux pays sont d’ailleurs assez proches culturellement, mais les Canadiens sont assez indépendantistes. Il y a une volonté de ne pas être associé à la France ou aux États-Unis. Le Canada reste le Canada, avec une identité qui lui est propre !

CEGC : Et c’est très bien comme ça ! Je vous remercie pour votre temps et votre patience.    Au revoir, et à bientôt à Montréal !

VM : Merci, et à bientôt !

publié le 02/03/22

 

TERRITOIRES

Territoires explorés, territoires revendiqués, territoires mémoriels, territoires culturels, le thème de cette 5ème édition vous fera voyager à travers le temps , l’espace et l’imaginaire.

Les événements auront lieu en présentiel ou en distanciel

Du 22 au 28 mars, diffusion en streaming du film The blinding sea de  George Tombs suivie le lundi 29 mars à 18h d’une conférence débat avec l’auteur

 Voir la bande annonce sur https://www.evidentia.net/evidentia-films/

Pour vous inscrire rendez-vous sur le portail  de UGA https://www.univ-grenoble-alpes.fr/
George Tombs est un artiste historien basé à Montréal, détenteur d’un doctorat d’histoire de l’Université McGill et d’une année de troisième cycle en sciences médicales à l’Université d’Oxford. Version originale en anglais sous-titrée en français suivie le lundi 29 mars d’un échange avec l’auteur par visio-conférence. Le film retrace la carrière du célèbre explorateur norvégien Roald Amundsen (1872-1928) qui fut le premier à traverser le passage du Nord-Ouest et à atteindre le pôle sud. Tourné à travers l’Alaska, l’archipel arctique canadien, la mer de Beaufort, l’océan austral et l’Antarctique, le film souligne la tension entre les connaissances ancestrales des Inuits et le paradigme scientifique des Européens.

 

 

MARS-AVRIL-MAI-JUIN MAISON DE LA POESIE   https://www.maisondelapoesierhonealpes.com/
Ecoutez à loisir une lecture de poèmes de Pauline Johnson Tekahionwake par Corinne Beoust (traductrice, auteure du recueil de poèmes publié aux Editions Les 17 muscles de la langue

 

Fille d’un chef amérindien et d’une dame de la société anglaise, artiste remplie de charisme qui soulevait les foules aussi bien au Canada anglais qu’en Angleterre, poète prolifique et écrivaine à succès, Pauline Johnson a connu son heure de gloire au tournant du XXe siècle avant de tomber peu à peu dans l’oubli. Pauline a toujours vécu à cheval entre deux mondes, pas assez «indienne» pour les «Indiens», pas assez «blanche» pour les «Blancs”
 

6 et 7 MAI 2021 CINEMATHEQUE 4 rue Hector Berlioz (sous réserve situation sanitaire)

MON ONCLE ANTOINE (film de Claude Jutra 1971) Le film se déroule dans les années 1940 au Québec à Black Lake (maintenant Thetford Mines). Dans les villages de cette taille, le magasin général est le pôle d’attraction et le lieu d’échanges de toute la communauté. Les habitants s’y réunissent donc la veille de Noël. Gérant du magasin, l’oncle Antoine, avec son humour et ses gorgées de gin, anime les lieux sous l’œil intéressé de son neveu Benoît (15 ans), qui est orphelin et qui vit chez son oncle.
RETROSPECTIVE MacLAREN Norman MacLaren (1914-1987) est considéré comme un des grands maîtres du cinéma d’animation mondial. Son nom est étroitement associé à l’Office national du film du Canada.
 
12 MAI 2021 18h30 MUSEUM DE GRENOBLE à l’auditorium ou en ligne  sur le site du Museum https://www.grenoble.fr/1607-museum-de-grenoble.htm
inscrivez-vous sur https://www.univ-grenoble-alpes.fr/
Conférence sur l’arctique par  Mikaa Mered, Auteur de « Les Mondes polaires » PUF 2019 : Mikaa Mered est professeur de géopolitique des pôles Arctique et Antarctique à l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI), chargé de cours à NEOMA Business School et Sciences Po Rennes, et expert-évaluateur auprès de la Commission européenne.
 

16 MAI 18h  CAFE THEATRE La Guinguette, Fontaine sur place ou sur le facebook du café https://www.facebook.com/La-Guinguette-Fontaine-1519927141641158/

Lecture-théâtre d’un extrait de Ellipse, collectif d’écriture Les Filles du Vent, paru en décembre 2020.
Compagnie « Interlude et Cie », metteuse en scène : Laure Pinatel, lectrice : Catherine Pichette
Artiste pluridisciplinaire (théâtre, arts visuels, écrivaine), pédagogue et fondatrice de l’école académique à vocation artistique HoplBoum !, Catherine Pichette, née à Montréal (Québec), vit et travaille actuellement en France. Elle a participé à plusieurs expositions au Canada, notamment à la Société des Arts Technologiques à Montréal (S.A.T.), à la Galerie SAS, ainsi qu’à plusieurs éditions du Festival Montréal en Lumière. En France, en plus de son travail de création et d’enseignement, elle vient de publier son premier roman et anime des ateliers d’écriture en collaboration avec Labo des Histoires et la Maison des Écrits – DCAP.

MAI-JUIN 2021 MAISON DE L’INTERNATIONAL (sous réserve)

Exposition de photographies et projection d’une video de Michèle Waquant

Exposition de photographies et projection d’une video de Michèle Waquant
Vidéo « Mille rivières » 70 minutes (voyage jusqu’au bout de la route 138 le long du Golfe Saint-Laurent au Québec)
Photographies de 2009 réalisées au Nouveau Québec, entre le barrage de Manicouagan et la ville disparue de Gagnon ainsi qu’au Labrador, pendant le repérage pour la vidéo Mille rivières.
Photographies de 2014 sur la région de Baie-Saint-Paul sur la rive nord du Saint-Laurent.
Franco-québécoise née en 1948 à Québec, Michèle Waquant vit et travaille en France depuis 1980. Elle a été professeur en école d’art de 1990 à 2015, à l’École nationale supérieure d’art de Dijon, à l’École des Beaux-Arts de Paris et à l’École Nationale Supérieure d’arts Paris-Cergy. A travers une pratique pluridisciplinaire passant par la vidéo, la photographie, la peinture, le dessin et l’écriture, l’artiste note les interactions complexes entre éléments premiers, arbres, animaux et humains dans l’environnement.

 

17 MAI  2021 18h UNIVERSITE GRENOBLE ALPES ou en ligne
Inscrivez-vous sur https://www.univ-grenoble-alpes.fr/

Nuna ! Imaq ! L’art inuit contemporain face aux crises environnementales du 21e siècle

 Les artistes inuit contemporain(e)s explorent depuis les années 1940 leurs relations au territoire, entre terre (Nuna) et mer (Imaq). Par le biais d’œuvres visuelles et littéraires multiples, ces hommes et ces femmes artistes ont retracé sa mémoire ou dénoncé sa colonisation. Plus récemment, leurs œuvres investissent l’impact des crises environnementales dans tout l’Arctique, et témoignent de ses conséquences pour sa population, humaine et non-humaine. Cette conférence propose donc de s’intéresser à l’énonciation, par la création artistique, des perspectives inuit sur les défis environnementaux du 21e siècle.
Julie Graff est doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et en Histoire de l’art à l’Université de Montréal. Boursière du musée du Quai Branly-Jacques Chirac et membre du laboratoire d’anthropologie sociale de Paris, ses recherches portent sur l’art, la culture matérielle et la muséologie inuit.
Modératrice : Laurence Delpérié, Doctorante au Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles

 

 



 

 

 

 

 

 

La Quinzaine du Canada 2017

Pour sa deuxième édition de la « Quinzaine du Canada », le Centre d’Études Canadiennes de Grenoble vous propose d’explorer les nombreuses facettes d’un pays-mosaïque à travers le prisme de sa diversité.

Les conférences-débats, spectacles, projections, expositions ou lectures (pour la plupart gratuits) favoriseront les rencontres entre grand public, artistes canadiens, passionnés et spécialistes de ce pays, dans un esprit de convivialité typiquement canadien.

Plongez au cœur de l’expérience canadienne avec les partenaires socioculturels et associatifs de la région !

Pour télécharger le programme, cliquez ici: Quinzaine du Canada programme

Site web: www.univ-grenoble-alpes.fr/canada2017

Un nouveau docteur au CECG

Le 18 novembre 2016, Samuel Vernet, l’un des membres dynamiques du Centre d’Études Canadiennes de Grenoble, a brillamment soutenu une thèse de doctorat en sciences du langage dans le cadre d’une cotutelle entre l’Université de Grenoble-Alpes (LIDILEM) et l’Université de Moncton.

La thèse, intitulée « Discours, idéologies linguistiques et enseignement du français à l’Université de Moncton », a été codirigée par la professeure Annette Boudreau de l’Université de Moncton et la professeure Claudine Moïse de l’Université de Grenoble-Alpes.

Le jury était composé des membres suivants : Annette Boudreau, Université de Moncton, codirectrice de la thèse; Gilles Forlot, Université Sorbonne Paris Cité, rapporteur; Matthieu LeBlanc, Université de Moncton, examinateur; Simo K. Määttä, Université d’Helsinki, rapporteur; Marinette Matthey, Université Grenoble-Alpes, examinatrice; et Claudine Moïse, Université Grenoble-Alpes, codirectrice de thèse.

Toutes nos félicitations à Samuel !!!