Archives de l’auteur : C. Pelaudeix

Arctic Panel at the 1st International Conference on Public Policy

26-28 June 2013, Grenoble, France

Although the Arctic is not a homogenous region, physically, economically and politically, the Arctic states face comparable challenges of adapting to a warmer climate and development of remote areas. Many parts of the Arctic are characterized by a harsh environment with little infrastructure, long distances, and ethnically diverse populations. While some regions are affected by out-migration, others by in-migration, more transient workers are needed for mining and the hydrocarbon industries.

The purpose of this panel is to analyze and discuss :
1. To what extent the climate change and economic prospects in the Arctic have changed public policies
2. To what extent public policies are limiting or motivating economic development, through legislation, infrastructure development, direct or indirect subsidization, particularly in the mining and hydrocarbon sector and in transport (shipping)
3. The capacity to act by the elected representatives at the local level, and to analyze to what extent citizens and communities are engaged in the development of public policies
4. How conflicting interests between economic sectors are considered (e.g. tourism versus mining, petroleum activities versus fisheries and traditional subsistence)
5. How social cohesion between various categories of the population (indigenous/non indigenous, permanent/transient) appears as an issue in current public policies
6. If public policies are shaped by regional frameworks of cooperation and international agreements and norms
7. How Arctic policy making can be seen as an imaginary and symbolic construction.
More info : http://icpublicpolicy.org/spip.php?article31#POLITICS

 

 

Conférence internationale de l’Année Polaire Internationale

L’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), propose aux étudiants chercheurs et scientifiques français de participer à la Conférence internationale de l’Année polaire 2012 sur le thème « De la connaissance à l’action » prévue à Montréal du 22 au 27 avril (date limite 25 mars).
API 2012 est la rencontre scientifique internationale la plus importante sur la recherche polaire. Des présentations, des panels de discussions ainsi que des ateliers permettront aux scientifiques de transmettre aux politiques et au milieu des affaires les nouvelles connaissances en matière de recherche polaire dans le but de permettre à notre monde en mutation de discuter des applications concrètes de ces conclusions scientifiques.

Au programme: des conférences, des discussions plénières, des ateliers. Les plénières aborderont des thèmes très variés: changements climatiques dans les milieux polaires, répercussions sur l’ensemble de la planète, santé des populations et sécurité alimentaire, services écosystémiques, infrastructures et transports, exploitation des ressources et sécurité des territoires.

http://www.ofqj.org/appels/participation-la-conf-rence-de-lann-e-polaire-internationale-api-2012

Programme de Master et Doctorat en Études Canadiennes à Trent University

 

 

Echéance d’admission : 1er février 2012

The Canadian Studies Ph.D. program offered at Trent University is the

first of its kind in Canada. It is designed for students interested in

pursuing research in an interdisciplinary context. This program is

offered jointly by the Frost Centre for Canadian Studies and Indigenous

Studies at Trent University in Peterborough (about 90 minutes from

Toronto), and the School of Canadian Studies at Carleton University in

Ottawa. Please see the attached brochure about the Frost Centre.  We

welcome students interested in advancing the body of scholarly research

that comprises Canadian Studies. Please see the following link for more

information about our PhD:

http://www.trentu.ca/canadianstudiesphd/overview.php.   It has six

broadly defined areas of concentration: Culture, Literature, and the

Arts; Environment and Heritage; Policy, Economy and Society; Identities;

and Women’s Studies. Students enjoy the benefits of working in close

collaboration with faculty, while enhancing their knowledge of the field

through the collegiality of student peers, research fellows, visiting

speakers and invited guests. We offer competitive financial support to

our students.

 

Our Master’s programme in Canadian Studies and Indigenous Studies has

established itself as the foremost program of its kind. With Canada as

both a subject and context for inquiry, the MA areas of study include

Canada in a global context; cultural heritage, literature, theory and

the arts; environmental politics, policy and natural heritage;

Aboriginal peoples; political economy, labour and community development;

women and gender; identities and difference in Canada.  Reflecting the

breadth of the field itself, this multidisciplinary program draws upon

the scholarly knowledge and expertise from the humanities, social

sciences and other interdisciplinary fields. Master’s students select

between a twelve month course and research-based program, or a

twenty-four month course and thesis-based option.  Please see the

following link for more information about our MA:

http://www.trentu.ca/canadianstudiesma/overview.php

Regional Conference – Stockholm, Rovaniemi (30 May – 1 June 2011)

The Arctic and the European Union: Environmental and Human Challenges

Format:
The conference will take place at two sites. First in Stockholm, to mobilize the main stakeholders, including at the political level, in the context of the Swedish presidency of the Arctic Council. Then in Rovaniemi, which represents a rather accessible Arctic city and where the future EU’s Arctic Information Centre could be located. Speakers and participants are deeply encouraged to participate in both sessions.

More information: www.arctic-conference.eu

NACS/L’Association Nordique d’Etudes Canadiennes: call for papers

NACS  X  TRIENNIAL CONFERENCE AARHUS  2011

The Northern Atlantic Connection:
Canada and the Nordic Countries

An interdisciplinary conference of the humanities and social sciences,  Wednesday 10  –  Saturday 13  August  2011


Second Call for papers

In line with our tradition of an open conference, we invite proposals for presentations on any relevant topic pertaining to Canada and the Nordic countries or to Canadian studies.

The following themes have been identified for special attention:

  • Cultural diversity in urban environments
  • New perceptions, new writing
  • Northern perspectives on war, peace, & peacekeeping
  • Religion and the State
  • Teaching Canadian studies
  • The Scramble for the Arctic
  • Trans-northern-Atlantic relations

Proposals are also welcome for other special thematic sessions

Proposals, in English or French, should be sent by email to nacs@utu.fi by 15 April 2011, including a 200-word abstract and a brief statement of the author’s academic affiliation.

Abstracts should be labeled to identify the author’s name: “NACS-X SURNAME Forename” and should preferably be in Microsoft Word.

ANEC X Conférence triennale Aarhus, 2011

Les relations sur l’Atlantique nord :
Le Canada et les Pays Nordiques

Une rencontre interdisciplinaire entre Humanités et Sciences sociales
Du mercredi 10 au samedi 13 Août 2011

Deuxième appel à communications

Selon la tradition de nos rencontres ouvertes, nous vous invitons à soumettre des propositions de communication sur tout sujet lié aux relations entre le Canada et les Pays nordiques ou aux études canadiennes.

En particulier on cherche des propositions sur les thèmes suivants :

  • Diversité culturelle en environnement urbain
  • Nouvelles perceptions, nouvelles écritures
  • Perspectives septentrionales sur la guerre, la paix
    et le maintien de la paix
  • Religion et Etat
  • Enseigner les Etudes canadiennes
  • La lutte pour l’Arctique
  • Relations Transatlantiques Nord

Toute autre proposition pour les autres sessions thématiques est aussi bienvenue.

Vos propositions, en anglais ou en français, composées d’un résumé de 200 mots et de l’affiliation universitaire de l’auteur, doivent être envoyées par courriel : nacs@utu.fi d’ici le 15 avril 2011.

Pour identifier les auteurs, les propositions doivent porter le titre : « NACS-X NOM-de-famille Prénom », et sont par préférence documents écrits en Microsoft Word.

Arctic 21 Une exposition sur l’Arctique du 21e siècle

Albertville (73), Maison des Jeux Olympiques

EXPOSITION PROLONGÉE JUSQU’EN NOVEMBRE 2011 – http://www.maisonjeuxolympiques-albertville.org/Arctic-21.html – Commissariat scientifique : Cécile Pelaudeix, chercheur, expert auprès du Cercle Polaire – Commissariat général : Claire Grangé, directrice de la Maison des jeux Olympiques

Cinéma – Création cinématographique inuit avec Zacharias Kunuk ou création sami avec Liselotte Wajstedt. Photographies grand format de Sibérie, de l’Ile de Baffin et du Groenland.

Frise arctique des 20e et 21e siècles

Portraits d’explorateurs, ethnologues, scientifiques, écrivains, peintres, acteurs, cinéastes qui, pris par la passion de l’Arctique, ont contribué à faire connaître cette région : Knud Rasmussen, Fridtjof Nansen, Jean-Baptiste Charcot, Paul-Emile Victor, Allakariallak acteur du film Nanook, Peter Pitseolak, John Amagoalik, Alitet Nemtushkin, Terry Ryan, Jørn Riel…

Territoires

Un peuplement ancien effectué il y a 8000 ans. Aujourd’hui 400 000, les autochtones voient leur relation au territoire profondément modifiée par le passage de la vie semi-nomade à la vie sédentaire. Pendeloques de chamanes et figurines chamaniques (Musée des Confluences), tupilek du Groenland, lithographies de Paul-Émile Victor, photographies des masques alutiit provenant de la collection du Château-musée de Boulogne-sur-Mer.

L’art inuit contemporain et la collection Claude Baud

Au 20e siècle, la production de sculptures est encouragée par le Canada et les premières estampes sont imprimées à Kinngait (Cape Dorset). La collection de l’Iglou art esquimau (www.artinuit.com) privilégie les œuvres traitant de la cosmologie inuit, des relations de l’homme à son environnement, des liens familiaux. Quelques uns des artistes exposés : Kenojuak Ashevak, Pudlo Pudlat, Barnabus Arnasungaaq, Luke Anowtalik, Toonoo Sharky…

Changement climatique

Les enjeux. La fonte de la banquise, le réchauffement climatique vu par les habitants de l’Arctique, l’ours polaire menacé, les questions de géopolitique expliquées grâce aux recherches des experts du Cercle Polaire (www.lecerclepolaire.com). Des dispositifs interactifs, prêtés par le Palais de la Découverte, pour montrer aux enfants l’effet albédo, la vie sous la banquise…

Innovations autochtones et questions contemporaines

Une société en mouvement. Les peuples autochtones constituent des associa tions pour faire entendre leurs différences et leurs droits. Les artistes, comme la photographe Julie Edel Hardenberg, interrogent le regard occidental sur les notions de pureté culturelle ou d’exotisme… Une école pour les nomades est créée chez les Évenks. Interview d’Aqqaluk Lynge, president de la Conférence Circumpolaire Inuit au Groenland.

Quel futur pour l’Arctique ?

À qui appartient l’Arctique ? Peut-on envisager une gouvernance internationale ? Face aux convoitises commerciales sur les routes et les ressources de l’océan arctique, quelles sont les positions des différents États  arctiques et non arctiques ?Affiche Arctic 21

Allocution de Marc Lortie, Ambassadeur du Canada en France

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L’ARCTIQUE, LYON

Centre d’Études Canadiennes de Grenoble

23e Entretiens Jacques Cartier

Lundi 22 novembre 2010

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Je voudrais vous dire mon plaisir de revenir cette année aux Entretiens Jacques Cartier. Permettez-moi, avant d’ouvrir mon propos ce matin, de remercier Alain Faure et Cécile Pélaudeix de la qualité du colloque qui nous réunit à Lyon et de votre invitation à faire porter, dans les échanges qui nous occuperont aujourd’hui, la voix du Canada.

Le Grand Nord, nous en entendons beaucoup parler. Au Canada, bien sûr, où nous mesurons l’impact dans nos communautés arctiques du réchauffement climatique. Mais aussi ici, en Europe, où la fascination pour l’immensité arctique et une prise de conscience écologique nourrissent un intérêt marqué pour nos horizons boréaux. Le mandat original que vous a confié le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, rappelle avec éloquence l’attention qu’y porte la France qui, d’ailleurs, est déjà observatrice du Conseil de l’Arctique.

Au Canada, les défis de l’Arctique figurent au cœur des préoccupations de notre gouvernement. Vous tous qui êtes experts du Grand Nord, ces défis, vous les connaissez bien. Ils sont environnementaux, sociaux, économiques. Ils sont scientifiques, politiques, géostratégiques. Puisque vous m’invitez ce matin à ouvrir cet ambitieux colloque, j’aimerais partager avec vous notre vision, celle du Canada, pour ces enjeux.

Le Canada, c’est le Nord. Le Grand Nord. Nous sommes le toit des Amériques, un pays vaste, immense, dont les territoires au-delà du 60e parallèle couvrent 40% de notre superficie. Ces territoires dits « arctique » équivalent, à peu de choses près, à la superficie de l’Union européenne.

Notre Grand Nord, c’est la terre des tout premiers Canadiens. La terre de 120,000 de nos compatriotes qui y habitent depuis des temps immémoriaux. La spécificité de l’Arctique, c’est cette présence humaine, la plus septentrionale de notre planète. Cette présence nous rappelle que le Grand Nord est un espace de vie, de bien-être. Un espace de développement, d’échanges, de commerce. Elle nous rappelle, sans aucune équivoque possible, que l’Arctique, ce n’est pas l’Antarctique.

L’Arctique est un océan, bordé de trois continents. L’Antarctique un continent bordé de trois océans. Le premier est un espace habité. Le deuxième ne l’est pas. Nos deux pôles présentent des réalités géographiques et humaines exactement contraires. Mais tous deux nous inspirent, éveillent les inquiétudes comme les espoirs. Inquiétudes pour les transformations qu’ils subissent sous l’effet du réchauffement climatique. Espoirs scientifiques, économiques et commerciaux que ces transformations pourraient pourtant permettre.

L’Arctique est un espace unique, déterminant pour notre pays. Il fait partie de notre histoire. Il fait partie de notre identité. Pour toutes ces raisons, il fait partie de nous. « Aujourd’hui plus que jamais. Et pour toujours. »

Le Canada a une vision claire des défis, mais aussi des possibilités de son Grand Nord. Le premier défi – et de loin – c’est le bien-être de nos populations arctiques. Puis viennent la coopération internationale entre les états du pourtour arctique ; la sécurité ; l’ouverture de nouvelles routes maritimes et l’accès à de nouvelles ressources naturelles et énergétiques.

Chers amis,

Le gouvernement du Canada est plus que jamais engagé à relever ces défis. Née en 2006, mais lancée officiellement en 2009, notre Stratégie pour le Nord permet de réaliser notre vision pour l’Arctique canadien, en prenant toutes les mesures pour renforcer et défendre notre souveraineté dans l’Arctique, protéger notre patrimoine environnemental unique et fragile, y promouvoir le développement économique, et encourager les habitants du Grand Nord à davantage contrôler leur destinée sur les plans économique et politique. Très concrètement, la Stratégie pour le Nord du Canada permet de dégager les ressources les plus importantes jamais investies dans l’Arctique canadien.

Cette vision nourrit notre politique étrangère. Et l’Arctique en est la priorité absolue. Cette vision, c’est celle d’une région stable, fondée sur des règles où les frontières sont clairement définies, la croissance économique et le commerce dynamiques, les écosystèmes sains et les collectivités nordiques productives. Dévoilé à la fin de l’été par notre Ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, l’Enoncé de politique étrangère du Canada pour l’Arctique établit les grands axes de notre message au reste du monde, nourri par notre engagement et des pratiques exemplaires.

Le premier message de notre gouvernement au reste du monde est que la souveraineté canadienne dans l’Arctique et nos frontières ne sont pas négociables. Notre souveraineté y est historiquement établie, fondée sur la présence immémoriale des autochtones canadiens. Nous sommes présents dans l’Arctique et nous efforçons d’y assurer une bonne gouvernance et une gestion responsable. Le devoir de notre gouvernement est de garantir que ces fondements de notre souveraineté sont bien compris dans le monde et de les défendre si nécessaire.

Dans ce cadre, notre première priorité est de résoudre les enjeux frontaliers. C’est avec encouragement que nous avons accueilli cette année le règlement d’un différend frontalier vieux de 40 ans entre la Russie et la Norvège. Dans le même esprit, le Canada s’efforce, en privilégiant le cadre bilatéral, de régler les siens avec le Danemark sur l’île de Hans et avec les Etats-Unis sur la frontière maritime en mer de Beaufort.

Les limites extérieures de notre plateau continental élargi figurent aussi parmi nos priorités. Le Canada accorde toute son attention aux travaux scientifiques qui permettront leur reconnaissance. Il sera en mesure de respecter l’échéance de 2013 pour présenter les données recueillies à l’ONU.

Le Canada voit en effet l’Arctique comme une région d’Etats stables et compétents. Une région d’Etats qui prennent au sérieux leurs responsabilités dans l’Arctique. Pour cette raison, nous considérons que le Conseil de l’Arctique doit rester le principal lieu de coopération sur les enjeux spécifiques de cette région et nous nous employons à le renforcer. Si la légitimité de cette tribune est indiscutable, sa gouvernance a pu être remise en question. Nous convenons qu’elle est imparfaite. Mais le consensus qui préside à ses décisions permet aussi que s’exprime la voix des peuples qui l’habitent. Or, cette approche nous semble essentielle.

Nous avons néanmoins conscience qu’il sera indispensable d’apporter certains changements au Conseil, d’envisager, par exemple, l’idée d’un secrétariat et d’un financement permanents. Mais il faudra aussi, comme le demande le Canada depuis longtemps, élaborer des critères et des principes objectifs pour l’appréciation des candidatures avant d’intégrer de nouveaux observateurs.

Le rôle stratégique du Conseil de l’Arctique devra être renforcé. La négociation actuelle d’un instrument juridiquement exécutoire portant sur la recherche et le sauvetage dans l’Arctique est à ce titre exemplaire. Cette négociation sert, en quelque sorte, de banc d’essai pour l’adoption d’autres instruments importants. Dans ce même esprit de coopération, le Canada assure un leadership important dans le travail prospectif des états côtiers de l’Arctique sur les enjeux de l’accès à des milliers de kilomètres de côtes, notamment celui de la sécurité publique.

Mesdames et Messieurs,

Le Canada travaille avec détermination et conviction pour créer l’environnement international approprié et favoriser le développement durable de l’Arctique. Il est nécessaire, pour cela, de comprendre les défis de la mise en valeur des ressources de l’Arctique, d’établir des lignes directrices, des normes adaptées. Dans ce domaine, il nous semble urgent de concevoir un code obligatoire pour la navigation polaire. C’est l’objectif de notre action au sein de l’Organisation maritime internationale. Mais il faudra aussi veiller à mettre en œuvre une règlementation rigoureuse pour le forage pétrolier et gazier. Bref, les chantiers sont nombreux…

Et la France dans tout cela, me direz-vous ? Quid de sa tradition polaire ? Quid de son expertise scientifique ? Quelle place le Canada voit-il pour elle, pour l’Union européenne, pour les autres pays amis, tournés vers le Nord, observateurs ou non du Conseil de l’Arctique ?

Le Canada reconnaît que le Grand Nord subit des changements importants et qu’une pensée prospective est nécessaire pour relever les nouveaux défis. La coopération avec nos voisins de l’Arctique, mais aussi avec toutes les puissances qui en mesurent l’importance et les enjeux, est essentielle. Au plan scientifique, elle a connu un temps d’échanges et de recherches scientifiques exceptionnel à l’occasion de l’Année Polaire Internationale dans laquelle le Canada, comme la France, s’est pleinement engagé. En investissant 150 millions de dollars, notre pays a donné une impulsion à la recherche scientifique afin d’améliorer notre connaissance du Nord.

Le partage de nos connaissances scientifiques et la mise en œuvre d’approches communes et de partenariats contribueront à la préservation de nos écosystèmes. Le Canada participera aux efforts déployés à l’échelle internationale pour faire face aux changements climatiques dans l’Arctique et les appuiera, notamment les stratégies d’atténuation et d’adaptation pour la région. Notre pays a, par exemple, créé cet été la première zone de protection marine de l’Arctique canadien, dans le delta et l’estuaire du fleuve Mackenzie, dans la mer de Beaufort.

Vous l’aurez compris, le Canada poursuivra son engagement sur le plan scientifique. Le legs de notre pays pour l’Année polaire internationale sera, comme le Premier Ministre l’a annoncé lors de sa tournée arctique l’été dernier, l’établissement d’une station de recherche internationale à Cambridge Bay, au Nunavut. Cette station de recherche multidisciplinaire aura vocation à être ouverte toute l’année.

Le Canada prend son destin en main et se prépare à un avenir commercial dans l’Arctique. Les experts – peut-être en débattrez-vous à l’occasion de ce colloque ? – prédisent qu’il pourrait être libre de glaces à l’horizon 2013, d’autres pas avant 2050. Quelle qu’en soit l’échéance réelle, l’idée d’un Passage du Nord-ouest ouvert se précise peu à peu. Et nous nous préparons aujourd’hui aux situations d’urgence qui pourront naître demain, qu’il s’agisse de marées noires, de sécurité de la navigation ou du sauvetage en Arctique. Nous avons commencé à multiplier les simulations de catastrophes naturelles afin de tester les dispositifs de réponse et d’intervention.

Chers amis,

Que faut-il retenir de la vision du Canada pour l’Arctique ?

  1. Que le Canada est résolument engagé – il ne l’a d’ailleurs jamais autant été – à promouvoir et à défendre cette composante de l’identité et du territoire canadiens ;
  2. Que la souveraineté et les frontières canadiennes de l’Arctique ne sont pas négociables.
  3. Qu’il considère l’Arctique comme une région d’Etats stables, résolus à y assumer toutes leurs responsabilités.
  4. Que le Conseil de l’Arctique doit rester le cadre principal de la coopération sur les enjeux spécifiques de cette région.
  5. Mais qu’il faudra en améliorer la gouvernance.
  6. Que le Canada compte sur ses amis pour nouer des partenariats scientifiques en Arctique
  7. Qu’il se prépare activement à l’ouverture de nouvelles voies maritimes.

Nous sommes convaincus que le dossier de l’Arctique occupera nos responsables tout au long du 21e siècle. Il ne fait, en tout cas, aucun doute que sa nature fantastique et les bouleversements qu’il traverse continueront de nous fasciner. Mais aujourd’hui, nous savons d’ores et déjà que l’Arctique est la nouvelle frontière géopolitique sur laquelle nous nous devons sans relâche travailler.

Je vous remercie.