Allocution de Marc Lortie, Ambassadeur du Canada en France

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L’ARCTIQUE, LYON

Centre d’Études Canadiennes de Grenoble

23e Entretiens Jacques Cartier

Lundi 22 novembre 2010

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Je voudrais vous dire mon plaisir de revenir cette année aux Entretiens Jacques Cartier. Permettez-moi, avant d’ouvrir mon propos ce matin, de remercier Alain Faure et Cécile Pélaudeix de la qualité du colloque qui nous réunit à Lyon et de votre invitation à faire porter, dans les échanges qui nous occuperont aujourd’hui, la voix du Canada.

Le Grand Nord, nous en entendons beaucoup parler. Au Canada, bien sûr, où nous mesurons l’impact dans nos communautés arctiques du réchauffement climatique. Mais aussi ici, en Europe, où la fascination pour l’immensité arctique et une prise de conscience écologique nourrissent un intérêt marqué pour nos horizons boréaux. Le mandat original que vous a confié le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, rappelle avec éloquence l’attention qu’y porte la France qui, d’ailleurs, est déjà observatrice du Conseil de l’Arctique.

Au Canada, les défis de l’Arctique figurent au cœur des préoccupations de notre gouvernement. Vous tous qui êtes experts du Grand Nord, ces défis, vous les connaissez bien. Ils sont environnementaux, sociaux, économiques. Ils sont scientifiques, politiques, géostratégiques. Puisque vous m’invitez ce matin à ouvrir cet ambitieux colloque, j’aimerais partager avec vous notre vision, celle du Canada, pour ces enjeux.

Le Canada, c’est le Nord. Le Grand Nord. Nous sommes le toit des Amériques, un pays vaste, immense, dont les territoires au-delà du 60e parallèle couvrent 40% de notre superficie. Ces territoires dits « arctique » équivalent, à peu de choses près, à la superficie de l’Union européenne.

Notre Grand Nord, c’est la terre des tout premiers Canadiens. La terre de 120,000 de nos compatriotes qui y habitent depuis des temps immémoriaux. La spécificité de l’Arctique, c’est cette présence humaine, la plus septentrionale de notre planète. Cette présence nous rappelle que le Grand Nord est un espace de vie, de bien-être. Un espace de développement, d’échanges, de commerce. Elle nous rappelle, sans aucune équivoque possible, que l’Arctique, ce n’est pas l’Antarctique.

L’Arctique est un océan, bordé de trois continents. L’Antarctique un continent bordé de trois océans. Le premier est un espace habité. Le deuxième ne l’est pas. Nos deux pôles présentent des réalités géographiques et humaines exactement contraires. Mais tous deux nous inspirent, éveillent les inquiétudes comme les espoirs. Inquiétudes pour les transformations qu’ils subissent sous l’effet du réchauffement climatique. Espoirs scientifiques, économiques et commerciaux que ces transformations pourraient pourtant permettre.

L’Arctique est un espace unique, déterminant pour notre pays. Il fait partie de notre histoire. Il fait partie de notre identité. Pour toutes ces raisons, il fait partie de nous. « Aujourd’hui plus que jamais. Et pour toujours. »

Le Canada a une vision claire des défis, mais aussi des possibilités de son Grand Nord. Le premier défi – et de loin – c’est le bien-être de nos populations arctiques. Puis viennent la coopération internationale entre les états du pourtour arctique ; la sécurité ; l’ouverture de nouvelles routes maritimes et l’accès à de nouvelles ressources naturelles et énergétiques.

Chers amis,

Le gouvernement du Canada est plus que jamais engagé à relever ces défis. Née en 2006, mais lancée officiellement en 2009, notre Stratégie pour le Nord permet de réaliser notre vision pour l’Arctique canadien, en prenant toutes les mesures pour renforcer et défendre notre souveraineté dans l’Arctique, protéger notre patrimoine environnemental unique et fragile, y promouvoir le développement économique, et encourager les habitants du Grand Nord à davantage contrôler leur destinée sur les plans économique et politique. Très concrètement, la Stratégie pour le Nord du Canada permet de dégager les ressources les plus importantes jamais investies dans l’Arctique canadien.

Cette vision nourrit notre politique étrangère. Et l’Arctique en est la priorité absolue. Cette vision, c’est celle d’une région stable, fondée sur des règles où les frontières sont clairement définies, la croissance économique et le commerce dynamiques, les écosystèmes sains et les collectivités nordiques productives. Dévoilé à la fin de l’été par notre Ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, l’Enoncé de politique étrangère du Canada pour l’Arctique établit les grands axes de notre message au reste du monde, nourri par notre engagement et des pratiques exemplaires.

Le premier message de notre gouvernement au reste du monde est que la souveraineté canadienne dans l’Arctique et nos frontières ne sont pas négociables. Notre souveraineté y est historiquement établie, fondée sur la présence immémoriale des autochtones canadiens. Nous sommes présents dans l’Arctique et nous efforçons d’y assurer une bonne gouvernance et une gestion responsable. Le devoir de notre gouvernement est de garantir que ces fondements de notre souveraineté sont bien compris dans le monde et de les défendre si nécessaire.

Dans ce cadre, notre première priorité est de résoudre les enjeux frontaliers. C’est avec encouragement que nous avons accueilli cette année le règlement d’un différend frontalier vieux de 40 ans entre la Russie et la Norvège. Dans le même esprit, le Canada s’efforce, en privilégiant le cadre bilatéral, de régler les siens avec le Danemark sur l’île de Hans et avec les Etats-Unis sur la frontière maritime en mer de Beaufort.

Les limites extérieures de notre plateau continental élargi figurent aussi parmi nos priorités. Le Canada accorde toute son attention aux travaux scientifiques qui permettront leur reconnaissance. Il sera en mesure de respecter l’échéance de 2013 pour présenter les données recueillies à l’ONU.

Le Canada voit en effet l’Arctique comme une région d’Etats stables et compétents. Une région d’Etats qui prennent au sérieux leurs responsabilités dans l’Arctique. Pour cette raison, nous considérons que le Conseil de l’Arctique doit rester le principal lieu de coopération sur les enjeux spécifiques de cette région et nous nous employons à le renforcer. Si la légitimité de cette tribune est indiscutable, sa gouvernance a pu être remise en question. Nous convenons qu’elle est imparfaite. Mais le consensus qui préside à ses décisions permet aussi que s’exprime la voix des peuples qui l’habitent. Or, cette approche nous semble essentielle.

Nous avons néanmoins conscience qu’il sera indispensable d’apporter certains changements au Conseil, d’envisager, par exemple, l’idée d’un secrétariat et d’un financement permanents. Mais il faudra aussi, comme le demande le Canada depuis longtemps, élaborer des critères et des principes objectifs pour l’appréciation des candidatures avant d’intégrer de nouveaux observateurs.

Le rôle stratégique du Conseil de l’Arctique devra être renforcé. La négociation actuelle d’un instrument juridiquement exécutoire portant sur la recherche et le sauvetage dans l’Arctique est à ce titre exemplaire. Cette négociation sert, en quelque sorte, de banc d’essai pour l’adoption d’autres instruments importants. Dans ce même esprit de coopération, le Canada assure un leadership important dans le travail prospectif des états côtiers de l’Arctique sur les enjeux de l’accès à des milliers de kilomètres de côtes, notamment celui de la sécurité publique.

Mesdames et Messieurs,

Le Canada travaille avec détermination et conviction pour créer l’environnement international approprié et favoriser le développement durable de l’Arctique. Il est nécessaire, pour cela, de comprendre les défis de la mise en valeur des ressources de l’Arctique, d’établir des lignes directrices, des normes adaptées. Dans ce domaine, il nous semble urgent de concevoir un code obligatoire pour la navigation polaire. C’est l’objectif de notre action au sein de l’Organisation maritime internationale. Mais il faudra aussi veiller à mettre en œuvre une règlementation rigoureuse pour le forage pétrolier et gazier. Bref, les chantiers sont nombreux…

Et la France dans tout cela, me direz-vous ? Quid de sa tradition polaire ? Quid de son expertise scientifique ? Quelle place le Canada voit-il pour elle, pour l’Union européenne, pour les autres pays amis, tournés vers le Nord, observateurs ou non du Conseil de l’Arctique ?

Le Canada reconnaît que le Grand Nord subit des changements importants et qu’une pensée prospective est nécessaire pour relever les nouveaux défis. La coopération avec nos voisins de l’Arctique, mais aussi avec toutes les puissances qui en mesurent l’importance et les enjeux, est essentielle. Au plan scientifique, elle a connu un temps d’échanges et de recherches scientifiques exceptionnel à l’occasion de l’Année Polaire Internationale dans laquelle le Canada, comme la France, s’est pleinement engagé. En investissant 150 millions de dollars, notre pays a donné une impulsion à la recherche scientifique afin d’améliorer notre connaissance du Nord.

Le partage de nos connaissances scientifiques et la mise en œuvre d’approches communes et de partenariats contribueront à la préservation de nos écosystèmes. Le Canada participera aux efforts déployés à l’échelle internationale pour faire face aux changements climatiques dans l’Arctique et les appuiera, notamment les stratégies d’atténuation et d’adaptation pour la région. Notre pays a, par exemple, créé cet été la première zone de protection marine de l’Arctique canadien, dans le delta et l’estuaire du fleuve Mackenzie, dans la mer de Beaufort.

Vous l’aurez compris, le Canada poursuivra son engagement sur le plan scientifique. Le legs de notre pays pour l’Année polaire internationale sera, comme le Premier Ministre l’a annoncé lors de sa tournée arctique l’été dernier, l’établissement d’une station de recherche internationale à Cambridge Bay, au Nunavut. Cette station de recherche multidisciplinaire aura vocation à être ouverte toute l’année.

Le Canada prend son destin en main et se prépare à un avenir commercial dans l’Arctique. Les experts – peut-être en débattrez-vous à l’occasion de ce colloque ? – prédisent qu’il pourrait être libre de glaces à l’horizon 2013, d’autres pas avant 2050. Quelle qu’en soit l’échéance réelle, l’idée d’un Passage du Nord-ouest ouvert se précise peu à peu. Et nous nous préparons aujourd’hui aux situations d’urgence qui pourront naître demain, qu’il s’agisse de marées noires, de sécurité de la navigation ou du sauvetage en Arctique. Nous avons commencé à multiplier les simulations de catastrophes naturelles afin de tester les dispositifs de réponse et d’intervention.

Chers amis,

Que faut-il retenir de la vision du Canada pour l’Arctique ?

  1. Que le Canada est résolument engagé – il ne l’a d’ailleurs jamais autant été – à promouvoir et à défendre cette composante de l’identité et du territoire canadiens ;
  2. Que la souveraineté et les frontières canadiennes de l’Arctique ne sont pas négociables.
  3. Qu’il considère l’Arctique comme une région d’Etats stables, résolus à y assumer toutes leurs responsabilités.
  4. Que le Conseil de l’Arctique doit rester le cadre principal de la coopération sur les enjeux spécifiques de cette région.
  5. Mais qu’il faudra en améliorer la gouvernance.
  6. Que le Canada compte sur ses amis pour nouer des partenariats scientifiques en Arctique
  7. Qu’il se prépare activement à l’ouverture de nouvelles voies maritimes.

Nous sommes convaincus que le dossier de l’Arctique occupera nos responsables tout au long du 21e siècle. Il ne fait, en tout cas, aucun doute que sa nature fantastique et les bouleversements qu’il traverse continueront de nous fasciner. Mais aujourd’hui, nous savons d’ores et déjà que l’Arctique est la nouvelle frontière géopolitique sur laquelle nous nous devons sans relâche travailler.

Je vous remercie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.