Tournée du conteur ilnu Pierre Larouche

Dans la soirée du mardi cinq mars, le Centre d’Études Canadiennes de Grenoble vous donnait rendez-vous au Chimère Café, en plein cœur du centre-ville, pour une représentation du conteur ilnu Pierre Larouche. Réunissant une dizaine de personnes, le spectacle nous a transportés sur les rives du Lac Saint-Jean, où nous avons pu rencontrer les créatures légendaires qui peuplent l’univers du conteur tout en cheminant entre les lieux qui ont marqué sa vie. Seule protection contre l’hiver québécois, l’humour nous a permis d’apprécier le voyage dans une atmosphère chaleureuse.

 

Sa passion pour l’art de conter, Pierre Larouche la tient de la tradition orale de son peuple. Les contes sont, en effet, un moyen pour lui de renouer avec la culture de ses aînés partis trop tôt. Dès les premiers instants, cette volonté s’est illustrée à travers les mots d’ilnu qu’il a utilisés pour introduire l’histoire de sa famille dont la destinée est intimement liée au Lac Saint-Jean où elle réside depuis des générations. C’est en 1647 qu’un des ancêtres du conteur a guidé le missionnaire jésuite, Jean Dequen, au lac Piékouagami, que les colons ont par la suite renommé, Lac Saint-Jean (ST-HILAIRE, 2015). Bien plus personnel, le surnom « mon lac » que Pierre Larouche attribue à ce lieu reflète la place importante qu’il occupe dans sa vie. Du Carrefour d’accueil Ilnu de Mashteuiatsh où il travaille, Pierre peut contempler l’évolution du lac au gré des saisons. Disposant d’un sens de l’humour aiguisé, il nous a décrit comment il fait découvrir au quotidien le patrimoine de son peuple, se jouant souvent de la conception stéréotypée de certains touristes. Ce caractère farceur se manifeste dans ses contes par la description des particularités du lexique québécois. En piochant dans ses souvenirs d’enfance, Pierre nous a fait le récit de sa quête acharnée du personnage mythologique d’ilnukun (« l’homme-hiver » en ilnu) qu’il a poursuivi dans le froid polaire des nuits d’hiver québécoises. Un climat glacial qu’il a qualifié en s’appuyant sur un gradient des expressions de la sensation de froid. Selon Pierre Larouche, le québécois offre quatre tournures, pouvant être listées dans un ordre croissant en fonction de l’intensité du froid : « il fait frais », « il fait frette », « il fait tristement froid », et « tabarnak, il fait froid ! »

Véritable amoureux du langage, le conteur nous a éclairés sur les origines des « sacres » dans le dialecte des habitants de la Belle Province. C’est notamment dans les 1960, un contexte marqué par les politiques de laïcisation du gouvernement local, qu’est née l’expression : « osti de criss de tabarnak ! » (WARREN, 2023). Par sa capacité à jongler avec les mots issus du québécois, du français, de l’anglais et de l’ilnu, Pierre met l’accent sur la dimension universelle de ses contes. Il révèle les liens qui rapprochent des cultures que tout semble au premier abord opposées. L’omniprésence du mammouth dans les récits traditionnels ilnus justifie l’impression de banalité ressentie par ses aînés à la vue des représentations d’éléphants d’Afrique apportés par les colons européens. Cette créature géante ne sortait point de l’ordinaire à leurs yeux ; rien de plus qu’un « mammouth ayant perdu ses poils ! ». D’autre part, les allusions aux interactions entre les colons et les populations autochtones ont donné un caractère historique aux contes. Pierre Larouche s’est attaché à dépeindre les effets adverses des premières vagues d’évangélisation sur la transmission du patrimoine ilnu, un héritage culturel qu’il aspire à garder en vie par l’initiation d’un public étranger aux traditions de son peuple. Loin d’éveiller un attrait exotique pour une culture lointaine, la présence de chamans et d’animaux extraordinaires dans ses récits a contribué au rôle didactique de sa représentation qui, comme l’a très justement fait remarquer une spectatrice, avait pris la forme d’un authentique « cours d’ethnologie ».

Mémento de l’ilnu

Le temps de questions qui a suivi le spectacle nous a permis de compléter nos connaissances du folklore ilnu. Nous avons notamment pu apprendre que le concept de paternité littéraire était absent de la tradition orale de la communauté, au sein de laquelle les contes se partagent librement au fil des générations. Néanmoins, l’importance de la langue orale en tant que lien immuable entre les époques n’avait point échappé au public, comme l’a démontré l’observation finale d’une spectatrice, qui a décrit la représentation de Pierre comme le symbole de la faculté « d’habiter une langue ». Cette fascination pour le langage a pu s’ancrer davantage dans nos esprits grâce au mémento de l’ilnu que le conteur nous a remis à la fin, donnant à chacun la possibilité de ramener une part de son héritage chez soi.

Noé Schwoehrer

Bibliographie :

ST-HILAIRE, Marc, (2015), « Saint-Jean, lac », en ligne sur L’Encyclopédie Canadienne : <www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/saint-jean-lac> (consulté le 9 mars 2024).

WARREN, Jean-Philippe, (2023), « Laïcité au Québec », en ligne sur L’Encyclopédie Canadienne : <www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/laicite-au-quebec> (consulté le 9 mars 2024).



Citer ce billet
Liliane Bois-Simon (2024, 11 mars). Tournée du conteur ilnu Pierre Larouche. What Holds Canada Together ? Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzuc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.