Projections cinématographiques : La face cachée des transactions & Inuk en colère

 

Le jeudi 16 novembre 2023, dans le cadre des « Saisons du Canada », le Centre d’Études Canadiennes de Grenoble a donné rendez-vous au public grenoblois à la Maison des Associations pour la projection de deux documentaires : La face cachée des transactions et Inuk en colère. Retraçant les mouvements de résistance culturelle qui animent les communautés autochtones, les deux films dévoilent les obstacles à l’émancipation découlant de l’ignorance, bien souvent délibérée, des élites politiques.

 

 

 

© BIBLIOTHEQUE ET ARCHIVES CANADA

La face cachée des transactions est un documentaire d’une quarantaine de minutes sorti en 1972 et réalisé par Martin Defalco et Willie Dunn, tous deux membres de l’équipe de production autochtone, l’Indian Film Crew (OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA, 2023a). Avec le 300e anniversaire de la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) en 1970 comme fil conducteur, l’événement symbolise le contraste saisissant que reflète la perception de l’héritage colonial canadien à la fin du XXe siècle. En fond, la voix de George Manuel, président de la Fraternité des Indiens du Canada de 1970 à 1976, présente les effets de la colonisation du continent nord-américain par la CBH du point de vue autochtone. Néanmoins, en ce mois de juillet 1970, pour les colons comme pour les autochtones, l’heure semble à la fête. Marquées par la présence de la reine Élisabeth, les célébrations de l’élite politico-économique blanche s’articulent autour des représentations traditionnelles d’artistes autochtones (CBC NEWS, 2020). Entre opulence et caricature, la cérémonie symbolise l’amnésie d’une conception idéalisée de l’impérialisme britannique. Pour ceux qui se refusent à la parodie, les danses et chants traditionnels agissent comme un outil de préservation d’un héritage culturel en danger. À travers le monopole économique exercé par les différentes filiales commerciales de la Baie dans les réserves, le documentaire décrit la détérioration des conditions de vie des natifs américains. Affectés par des changements climatiques importants et une réduction de leur pouvoir d’achat, un grand nombre d’entre eux se retrouve piégé par le système d’emprunt instauré par la CBH. La face cachée des transactions se veut donc une critique viscérale des impacts des pratiques commerciales des fondateurs de la Compagnie et de leurs héritiers pour la communauté autochtone. 

© OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA

Sorti en 2016 et réalisé par la cinéaste Inuk, Alethea Arnaquq-Baril, Inuk en colère est un long-métrage qui dépeint le combat mené par un groupe d’activistes inuit pour défendre la chasse au phoque. Pratique ancestrale des peuples autochtones du grand nord canadien, cette tradition est depuis plusieurs décennies menacée par la montée de l’activisme animalier. Le film se penche notamment sur les conséquences des campagnes anti-chasse au phoque d’organisation comme Greenpeace au début des années 1980. Incarnant le début d’une période que la réalisatrice surnomme « notre Grande Dépression » (ARNAQUQ-BARIL, 2016), la crise du marché de la fourrure de phoque frappa de plein fouet la communauté Inuk. Ainsi, en 2009, le projet d’interdire le commerce de produits dérivés du phoque porté par l’Union Européenne sans consultation du peuple Inuk suscita l’indignation (BURELLE, 2020 : 146-147). Caméra à la main, Alethea Arnaquq-Baril documente la lutte contre cette décision qui l’amènera jusqu’au Parlement européen de Strasbourg. Tourné entre 2008 et 2015, Inuk en colère, évoque l’évolution des moyens d’action de ces militants autochtones qui, loin d’être étranger aux nouvelles technologies, jouent des codes sur les réseaux sociaux avec l’opération « #Sealfies ». Bien que limité, le film fait tout de même état des quelques victoires du peuple, caractérisées par les excuses publiques de Greenpeace en 2014 au sujet des répercussions causés par leurs campagnes passées (KERR, 2014).

À la suite de ces films, les débats animés par Laurence Delpérié, doctorante à l’Université Grenoble-Alpes, et Liliane Bois-Simon, présidente du CECG, furent l’occasion d’approfondir les questions soulevées par ces projections. Insistant sur le traumatisme intergénérationnel qui affecte toujours les populations autochtones canadiennes, Mme Delpérié retraça les effets de la colonisation britannique par sa dimension commerciale. Un processus qui permit à la Compagnie de la Baie d’Hudson de s’emparer de la Terre de Rupert via la signature de traités. Un territoire colossal qui fut cédé au gouvernement canadien en 1870 (MCINTOSH & SMITH, 2022). Les peuples autochtones présents dans la région furent principalement exclus des traités, un moyen pour les autorités de limiter les intérêts versés à des sommes dérisoires (NEU, 2000 : 180-181). Mme Bois-Simon souligna aussi l’importance croissante du sort des communautés autochtones dans la sphère médiatique. En effet, depuis 2021 et le choc provoqué par la découverte de centaines de corps d’enfants sur les sites d’anciens pensionnats autochtones, les interrogations liées au statut des peuples des Premières nations ont connu un fort regain d’intérêt (VOCCE & CECCO et al., 2021). De fait, la notion de « génocide culturel » (HUTCHINGS, 2016 : 306) utilisée pour faire référence à ce système d’éducation et d’adoption forcée peut s’étendre aux résultats actuels des politiques d’assimilation qui menacent l’héritage culturel autochtone. Laurence Delpérié décrivit notamment l’émergence d’une élite économique métisse, ayant émigrée pour les centres urbains, et dont l’activité se concentre dans le secteur des jeux d’argent (BELANGER & WILLIAMS, 2012 : 129-131).

Noé Schwoehrer

Bibliographie :

ARNAQUQ-BARIL, Alethea (Réalisatrice), (2016), Inuk en colère, EyeSteelFilm.

BELANGER, Yale D., WILLIAMS, Robert J., (2012), « Urban Aboriginal and First Nations perspectives on casinos and the First Nations gaming industry in Alberta, Canada », International Gambling Studies [En ligne], vol. 12, n° 1, p. 129-144. DOI : <10.1080/14459795.2011.643908> (consulté le 19 novembre 2023). 

BURELLE, Julie, (2020), « Inuit Visual and Sensate Sovereignty in Alethea Arnaquq-Baril’s Angry Inuk », Revue Canadienne d’Études cinématographiques [En ligne], vol. 29, n° 1, p. 145-162. URL : <www.jstor.org/stable/10.2307/26977665> (consulté le 19 novembre 2023). 

CBC NEWS, (2020), « How Indigenous people welcomed the Queen to Canada in 1970 », en ligne sur : <www.cbc.ca/archives/queen-elizabeth-prince-philip-visit-1970-manitoba-northwest-territories-1.5640334> (consulté le 19 novembre 2023).

DEFALCO, Martin, DUNN, Willie (Réalisateurs), (1972), La face cachée des transactions, Office National du Film du Canada.

HUTCHINGS, Kevin, (2016), « Cultural Genocide and the First Nations of Upper Canada: Some Romantic-era Roots of Canada’s Residential School System », European Romantic Review [En ligne], vol. 27, n° 3, p. 301-308. DOI : <10.1080/10509585.2016.1163787> (consulté le 19 novembre 2023). 

KERR, Joanna, (2014), « Greenpeace Apology to Inuit for Impacts of Seal Campaign », Greenpeace. Disponible en ligne <www.greenpeace.org/canada/en/story/5473/greenpeace-apology-to-inuit-for-impacts-of-seal-campaign/1970-manitoba-northwest-territories-1.5640334> (consulté le 19 novembre 2023).

MCINTOSH, Andrew, SMITH, Shirlee Anne, (2022), « La Terre de Rupert », en ligne sur L’Encyclopédie Canadienne : <www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/la-terre-de-rupert> (consulté le 19 novembre 2023). 

NEU, Dean, (2000), « ‘Presents’ for the ‘Indians’: Land, Colonialism and Accounting in Canada », Accounting, Organizations and Society [En ligne], vol. 25, n° 2, p.163-184. DOI : <10.1016/S0361-3682(99)00030-6> (consulté le 19 novembre 2023). 

OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA, (2023a), « La face cachée des transactions », en ligne sur : <www.onf.ca/film/face_cachee_des_transactions/> (consulté le 19 novembre 2023).

OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA, (2023b), « Angry Inuk », en ligne sur : <www.onf.ca/film/inuk_en_colere/> (consulté le 19 novembre 2023).

RAY, Arthur J., (2023), « Compagnie de la Baie d’Hudson », en ligne sur L’Encyclopédie Canadienne : <www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/compagnie-de-la-baie-dhudson> (consulté le 19 novembre 2023). 

SAKAKIBARA, Chie, (2018), « Challenging Anti‐Sealing Campaigns in the Arctic », Visual Anthropology Review [En ligne], vol. 34, n° 1, p. 105-106. DOI : <10.1111/var.12159> (consulté le 19 novembre 2023). 

VOCE, Antonio, CECCO, Leyland et al., (2021) « ‘Cultural Genocide’: The Shameful History of Canada’s Residential Schools – Mapped », The Guardian. Disponible en ligne <www.theguardian.com/world/ng-interactive/2021/sep/06/canada-residential-schools-indigenous-children-cultural-genocide-map#:~:text=In%20May%2C%20Canadians%20were%20shocked,sponsored%20%E2%80%9Cresidential%20school%E2%80%9D%20system> (consulté le 19 novembre 2023).



Citer ce billet
Liliane Bois-Simon (2024, 13 janvier). Projections cinématographiques : La face cachée des transactions & Inuk en colère. What Holds Canada Together ? Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkx8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.