La représentation du Canada comme terre d’accueil dans la littérature nord-américaine à l’heure du postmodernisme

Le 26 avril 2017, quelques mois après l’élection de Donald Trump, la plateforme de streaming américaine Hulu diffusait les premiers épisodes de The Handmaid’s Tale (Poniewozik, 2017). Adaptation télévisuelle du roman dystopique de l’écrivaine canadienne Margaret Atwood, la série dépeint l’avènement du régime totalitaire de Gilead dans des États-Unis en proie au fondamentalisme religieux. La série connut un immense succès aussi critique que commercial dans un contexte politique redouté par l’Amérique progressiste. Après huit ans de gouvernement démocrate, l’arrivée au pouvoir du candidat républicain aux valeurs conservatrices sembla marquer pour beaucoup la disparition imminente de la frontière qui séparait le roman de 1985 de la réalité (Crampton, 2017). Témoin de cette prise de conscience, la réussite de la série donna un nouvel élan de popularité à l’œuvre originale (Field, 2018) et poussa même l’auteure à officialiser la sortie d’une suite, The Testaments (Cain, 2018). Un nouvel opus qui, dès sa sortie, se plaça au sommet des ventes (Flood & Cuttle, 2019). Plus que ce démarrage exceptionnel ou la ressemblance frappante entre fiction et réalité, c’est par sa représentation du Canada que The Testaments paraît s’inscrire dans le présent. En effet, à l’heure du postmodernisme, l’image du Canada comme terre d’accueil dans la littérature nord-américaine ne fait plus débat. Rythmée par les vagues de migrations historiques sud/nord, l’écriture permet de capturer les motivations de ces individus qui choisirent un jour d’émigrer pour le pays à la feuille d’érable.

Entre 2014 et 2016, le nombre de demandeurs d’asiles au Canada a connu une augmentation sans précédent avec « une hausse de 400% » (Beylier, 2019 : 17). Rapidement associé à l’accession à la présidence de Donald Trump, ce chiffre nécessite cependant une remise en perspective. Il est indéniable que les projets de loi anti-immigration portée par l’administration Trump ont contribué à la création d’un puissant facteur de répulsion. Néanmoins, depuis 2015, la politique de porte ouverte du gouvernement Trudeau contrebalance les décisions de son homologue américain (Ibid. : 18-19). Aujourd’hui très critiquée à cause de sa prétendue impraticabilité, la position pro-immigration du Premier ministre canadien semble tout de même avoir réactivé la vision d’un Canada terre d’asile durant les années Trump (Robbins, 2023). C’est dans ce contexte que Margaret Atwood publia The Testaments. Une suite qui se déroule une dizaine d’années après les événements de l’originale et documente la chute de la République de Gilead. Limité à quelques mentions éparses dans le premier opus, le Canada est au cœur de ce second roman. Il s’oppose à son voisin du sud par ses valeurs de progressisme et de tolérance, par son statut de bastion de la résistance à Gilead (Van Dam & Polak, 2021 : 180). Une image que reflète l’histoire de Daisy : née dans le système de reproduction contrôlé établit par le régime, sa mère l’a fait entrer clandestinement au Canada alors qu’elle n’est encore qu’une enfant. Ainsi, dans ce futur dystopique, le Canada se présente comme l’antithèse des États-Unis : un refuge face à l’oppression. En outre, l’existence du réseau de passage clandestin qui permit à Daisy d’entrer au Canada, évoque le chemin de fer emprunté par les esclaves Africains avant la guerre de Sécession (Buckmaster, 1938 : 142). Une vague de migration historique qui garde une place importante dans les écrits d’auteurs nord-américains sur la question de l’esclavage.

En 1997, l’auteure Afro-Canadienne, Djanet Sears rencontra un vif succès avec la publication de l’œuvre qui propulsa sa carrière au niveau supérieur : Harlem Duet (Nicholls, 2015). Préquel du classique de Shakespeare, Othello, l’intrigue se fonde sur la relation entre le protagoniste et sa première compagne, Billie. Le récit est ancré dans un contexte américain et les spectateurs suivent sa progression à travers trois époques marquantes de l’histoire de la communauté afro-américaine. L’esclavage et la quête d’émancipation se manifestent à travers l’histoire de Billie et d’Othello dans le Sud d’avant-guerre. Idéalisé, le Canada émerge comme un lieu de fuite idéal dans l’esprit des personnages, une vision corroborée par de nombreux faits historiques du XIXe siècle. Plus progressiste en matière d’esclavage que les États-Unis, le gouvernent colonial canadien donne, dès la fin de la Guerre d’indépendance, la possibilité aux esclaves ayant combattu pour l’armée britannique d’obtenir la liberté en traversant la frontière au nord (Beylier, 2019 : 15). Cette opposition idéologique prit véritablement de l’ampleur après l’abolition de l’esclavage au Canada en 1836 (Ibid.) qui contrastait avec le renforcement des accords d’extradition d’esclaves fugitifs aux États-Unis (Hepburn, 1999 : 92-93). Ainsi, on observe une augmentation considérable du nombre d’esclaves qui choisit d’émigrer pour le Canada au milieu du siècle, qui s’explique aussi par le développement du « chemin de fer clandestin » (Beylier, 2019 : 15). Pour en revenir à Harlem Duet, il est intéressant de relever que la vision idyllique du Canada partagé par les personnages est remise en question par le sort d’Othello. Après avoir planifié leur évasion, Othello se montre réticent à entamer un tel voyage, des réserves qu’il justifie par son amour pour leur maîtresse. Une liaison qui, révélée, mène à sa mort par pendaison et laisse Billie affronter seule les périls de la condition d’esclave. Une désillusion qui ne remet point en cause le statut du Canada comme « havre de liberté » (Ibid.) mais en questionne l’accessibilité. Refuge inatteignable, l’attrait du modèle canadien ne semble parfois pas assez fort, même pour la part désabusée de la population du pays de l’Oncle Sam.

Publié en 1990, le recueil de nouvelles semi-autobiographique, The Things They Carried, de l’écrivain Américain Tim O’Brien illustre par son récit introspectif de la guerre du Vietnam, un épisode clé de l’histoire de l’immigration canadienne. O’Brien dédie une nouvelle entière, « On the Rainy River », à la décision prise par le protagoniste d’émigrer au Canada après qu’il a été informé de son enrôlement dans l’armée américaine. En effet, l’établissement d’un système de conscription à la fin des années 1960 poussa certains jeunes Américains à envisager la désertion en émigrant au Canada (Ibid. : 16). « On the Rainy River » nous offre donc un accès privilégié aux sentiments du jeune Tim O’Brien qui, dans un élan de liberté, se résout à fuir pour le Canada. Traversant en bateau la rivière à la Pluie, à seulement quelques dizaines de mètres de la frontière canadienne, Tim est soudainement accablé par le doute. Incapable de se détacher des pressions sociales de son entourage, il ne fait pas le grand saut. Ce qui émerge alors dans l’esprit du lecteur est une perception dichotomique du courage et de la lâcheté qui semble contredire les valeurs traditionnelles des sociétés occidentales. Les pensées du personnage font du Canada un symbole de liberté, « le choix du courage », tandis que les États-Unis est celui de la guerre, « le choix de la lâcheté » (Ruud, 2017 : 97). À nouveau, le Canada se distingue des États-Unis comme une terre d’asile idéale, une conception néanmoins tempérée par sa place dans le raisonnement qui pousse un individu à quitter son pays natal. Comme dans toute décision de ce type, le Canada ne bénéficie pas d’un statut privilégié et la peur du saut dans l’inconnu l’emporte sur un grand nombre de potentiels émigrants. En effet, la condition de l’émigrant peut fréquemment s’apparenter à celle de l’exilé dont découlent « d’insurmontables » regrets liés à l’abandon d’une vie passée (Said, 2000 : 173).

Avec l’officialisation de la candidature de Donald Trump pour l’élection présidentielle de 2024, c’est la place du Canada comme terre d’accueil qui est remise en jeu avec la crainte d’une répétition du scénario de 2016. De fait, le quarante-cinquième président a déjà exposé sa rhétorique anti-immigration dans les médias et la perspective d’une réélection soulève des questions au sujet de son impact sur le Canada (Moosapetah, 2022). Destination historique pour les minorités oppressées, le pays maintiendrait-il son statut de havre de liberté, dans le cas contraire quels en seraient les effets sur la littérature nord-américaine ? Les critiques actuelles des politiques migratoires du gouvernement Trudeau et la montée du conservatisme auront-elles raison du statut historique du pays (Taube, 2023) ?

Noé Schwoehrer

Bibliographie

ARMSTRONG, Jennifer Keishin, (2018), « Why The Handmaid’s Tale is so relevant today », en ligne sur BBC : <www.bbc.com/culture/article/20180425-why-the-handmaids-tale-is-so-relevant-today> (consulté le 06 novembre 2023).

ATWOOD, Margaret, (1985), The Handmaid’s Tale, Londres : Vintage.

ATWOOD, Margaret, (2019), The Testaments, Londres : Vintage.

BEYLIER, Pierre-Alexandre, (2018) «Le Canada : un refuge anti-Trump en mutation ?», Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], n° 85, p.11-28. URL : <http://journals.openedition.org/eccs/1414> (consulté le 05 novembre 2023).

BUCKMASTER, Henrietta, (1938), « The Underground Railroad », The North American Review [En ligne], vol. 246, n° 1, p. 142-149. URL :<www.jstor.org/stable/25115012> (consulté le 05 novembre 2023).

CAIN, Sian, (2018) « Margaret Atwood announces The Handmaid’s Tale sequel, The Testaments », The Guardian. Disponible en ligne <www.theguardian.com/books/2018/nov/28/margaret-atwood-announces-the-handmaids-tale-sequel-the-testaments> (consulté le 04 novembre 2023).

CRAMPTON, Caroline, (2017) « The Handmaid’s Tale: Dystopian dread in the new golden age of television », New Statesman, vol. 146, n° 5366. Disponible en ligne <www.newstatesman.com/culture/tv/2017/05/handmaid-s-tale-dystopian-dread-new-golden-age-television> (consulté le 05 novembre 2023).

CUDDON, J.A., (2013), Dictionary of Literary Terms & Literary Theory, Londres : Penguin Books, 5e éd., (1ère édition, 1977), p.552-553.

FIELD, Shivaune, (2018) « Author Margaret Atwood on Why “The Handmaid’s Tale” Resonates in 2018 », Forbes. Disponible en ligne <www.forbes.com/sites/shivaunefield/2018/07/31/author-margaret-atwood-on-why-the-handmaids-tale-resonates-in-2018/> (consulté le 04 novembre 2023).

FLOOD, Alison, CUTTLE, Jade, (2019) « Handmaid’s sales: Margaret Atwood’s The Testaments is immediate hit », The Guardian. Disponible en ligne <www.theguardian.com/books/2019/sep/17/handmaids-sales-margaret-atwoods-the-testaments-is-immediate-hit> (consulté le 04 novembre 2023).

GRUBER, Elizabeth, (2008) « Practical Magic: Empathy and Alienation in Harlem Duet », Literature Interpretation Theory, vol. 19, n° 4, p. 346-366. DOI : <10.1080/10436920802519928> (consulté le 05 novembre 2023).

HEPBURN, Sharon A. Roger, (1999), « Following the North Star: Canada as a Haven for Nineteenth-Century American Blacks », Michigan Historical Review [En ligne], vol. 25, n° 2, p. 91-126. URL :<www.jstor.org/stable/20173830> (consulté le 05 novembre 2023).

LEE, Don, (1995-1996), « About Tim O’Brien », Contemporary Literature [En ligne], vol. 21, n° 4, p. 196-201. URL :<www.jstor.org/stable/40354687> (consulté le 05 novembre 2023).

MOOSAPETAH, Asheesh, (2022), « Do Americans really move to Canada because of politics? », en ligne sur CIC News : <www.cicnews.com/2022/12/do-americans-really-move-to-canada-because-of-politics-1232135.html#gs.00xavp> (consulté le 06 novembre 2023).

NICHOLLS, Sandra, (2015), « Djanet Sears », en ligne sur The Canadian Encyclopedia : <www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/djanet-sears> (consulté le 06 novembre 2023).

O’BRIEN, Tim, (1990), The Things They Carried, New York : Broadway Books.

PONIEWOZIK, James, (2017) « Review: “The Handmaid’s Tale” is a terrifying story of a future that looks like the past », The Seattle Times. Disponible en ligne <www.seattletimes.com/entertainment/tv/review-the-handmaids-tale-is-a-terrifying-story-of-a-future-that-looks-like-the-past/> (consulté le 04 novembre 2023).

ROBBINS, Claire Porter, (2023) « Is Canada Really So Immigrant-Friendly? », Foreign Policy. Disponible en ligne <https://foreignpolicy.com/2023/08/28/canada-immigration-trudeau-policy-multiculturalism-backlash/> (consulté le 06 novembre 2023).

RUUD, Jay, (2017), « Tim O’Brien as Grail Knight: “On the Rainy River” », Journal of the Short Story in English / Les Cahiers de la nouvelle [En ligne], n° 69, p.133-147. URL : <https://journals.openedition.org/jsse/1864> (consulté le 06 novembre 2023).

SAID, Edward W., (2000), « Reflections on Exile », in : Reflections on Exile and Other Essays, Cambridge: Harvard University Press, p.173-186.

SEARS, Djanet, (1997), Harlem Duet, Winnipeg : Scirocco Drama.

SILBERGLEID, Robin, (2009), « Tim O’Brien’s Autobiographical Metafiction », Contemporary Literature [En ligne], vol. 50, n° 1, p. 129-155. URL :<www.jstor.org/stable/20616415> (consulté le 05 novembre 2023).

SULLIVAN, Kate, (2023), « Trump’s anti-immigrant comments draw rebuke », en ligne sur CNN : <https://edition.cnn.com/2023/10/06/politics/trump-anti-immigrant-comments/index.html> (consulté le 06 novembre 2023).

TAUBE, Michael, (2023), « Leave it to Trudeau to destroy his party’s reputation on immigration », The National Post. Disponible en ligne <https://nationalpost.com/opinion/michael-taube-leave-it-to-trudeau-to-destroy-his-partys-reputation-on-immigration> (consulté le 04 novembre 2023).

TAYLOR-VAISEY, Nick, (2023) « Pierre Poilievre is the man who could beat Trudeau », Politico. Disponible en ligne <www.politico.com/news/2023/09/18/pierre-poilievre-trudeau-canada-00116084> (consulté le 04 novembre 2023).

VAN DAM, Daný, POLAK Sara (2021) « Owning Gilead: franchising feminism through Margaret Atwood’s The Handmaid’s Tale and The Testaments », European Journal of English Studies [En ligne], vol.25, n° 2, p.172-189. DOI : <10.1080/13825577.2021.1950362> (consulté le 05 novembre 2023).



Citer ce billet
Liliane Bois-Simon (2023, 6 novembre). La représentation du Canada comme terre d’accueil dans la littérature nord-américaine à l’heure du postmodernisme. What Holds Canada Together ? Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m6w4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.