MOIS du CANADA 2022 : EXPLORATIONS

Pour cette 6ème édition des mois du Canada nous poserons la question des explorations.

Celles d’hier, géographiques, anthropologiques, prédatrices, mais dont les grandes figures font encore rêver, et celles d’aujourd’hui, perçues comme un corollaire de la colonisation.

Exposition photos, film et conférences en centre-ville ou à l’université.

Du 1er au 26 mars, exposition de photos de Laurence Fischer, photographe d’expédition

“Inuit, les déracinés de la géopolitique polaire – l’exemple de Grise Fiord, Qaanaaq et Ittoqqortoormiit”.

Bibliothèque du Centre ville, 10 rue de la République, Grenoble, entrée libre

https://www.bm-grenoble.fr/653-centre-ville.htm

Afin d’asseoir sa souveraineté face aux Danois et Norvégiens qui lorgnent sur l’archipel du nord de l’Arctique, le Canada commence dès les années 30 à déplacer des populations inuites du nord du Québec et de l’île de Baffin sur les territoires de haut-Arctique. En 1953, dans un contexte géopolitique chaotique, le gouvernement canadien propose à trois familles de la communauté de Pond Inlet et à sept familles d’Inukjuak, au nord du Québec (soit 87 personnes), de s’installer pour deux ans sur l’île d’Ellesmere. Ces familles acceptent. Logement et abondance de gibier leur était promis sur place. Or, à leur arrivée, rien n’est prévu pour elles. L’île d’Ellesmere était inhabitée car inhabitable : le sol est gelé de septembre à la fin juillet, la nuit dure de la fin octobre au milieu février.

Les familles exilées dorment dans des tentes en toile par -35 ˚C ou moins parce qu’il n’y a pas assez de neige pour faire des igloos. Il n’y a rien à chasser et ils souffrent en permanence de la faim. L’adaptation est longue, mais se produit avec le temps. Cependant, toutes les personnes n’ont pas cette force et la nouvelle communauté déplore quelques décès de désespoir, dus aux  conditions

trop extrêmes et de maladie. En 1955, au terme des deux années, les familles demandent à rentrer. Le gouvernement refuse, puis fait même venir d’autres Inuit.

Les familles, résilientes, apprennent la chasse à la baleine et à survivre durant les longs hivers.

PLANT PHOTOS OF AIR LIQUIDE BECANCOUR QUEBEC LOCATION

MARDI 15 MARS 2022 18h30 Bibliothèque du Centre Ville 

Grenoble/Québec : capitales mondiales de l’hydrogène vert ?
Conférence de Mikaa Mered, enseignant en géopolitique des Pôles et de l’Hydrogène  autour de son livre à paraître “Hydrogène, enjeux économiques et géopolitiques”.

Grenoble et le Québec sont moteurs dans la production d’hydrogène dit « vert » (à partir d’énergie solaire, éolien, hydraulique) tandis que l’Alberta, province de l’ouest du Canada productrice de pétrole et de gaz, mise plutôt sur l’hydrogène dit « bleu » (produit à partir d’énergies fossiles). Pour Mikaa Mered,« l’hydrogène et ses dérivés seront les vecteurs qui nous permettront de réaliser la transition énergétique ». Il nous explique aussi pourquoi l’exploitation de l’hydrogène et le destin de la calotte glacière sont liés.Cette conférence, ouverte à tous, permettra de comprendre ces enjeux stratégiques.
Bibliothèque Centre Ville
10 rue de la République
38000 Grenoble
Entrée libre – 50 places disponibles
sans réservation – pass sanitaire exigé
Contact : 04 76 54 57 97

 

Lundi 28 mars 18h30 Museum de Grenoble, entrée libre

« Aveuglés par la mer » un film de George Tombs, en version originale sous-titrée en français suivie d’un échange avec le réalisateur. Evidentia Films Incorporated 2020

Lundi 28 mars 18h30 Museum de Grenoble, entrée libre

« Aveuglés par la mer » un film de George Tombs, en version originale sous-titrée en français suivie d’un échange avec le réalisateur. Evidentia Films Incorporated 2020

Le film retrace la carrière du célèbre explorateur norvégien Roald Amundsen (1872-1928) qui fut le premier à traverser le passage du Nord-Ouest et à atteindre le pôle sud. Tourné à travers l’Alaska, l’archipel arctique canadien, la mer de Beaufort, l’océan austral et l’Antarctique, le film souligne la tension entre les connaissances traditionnelles Inuit et le paradigme scientifique européen.

 Artiste-historien basé à Montréal, George Tombs est un auteur et cinéaste primé. En tant que journaliste et ancien boursier Michener, il a fait des reportages sur six continents ; par la suite, il a servi comme directeur général d’une association médicale puis comme professeur d’université. Il détient un doctorat en histoire de l’Université McGill et a complété une année au 3e cycle en sciences médicales à l’Université d’Oxford. The Blinding Sea est son premier film.

MERCREDI 6 AVRIL 9h AMPHI 7 Bâtiment Stendhal Université

Conférence de Laurence Fischer, photographe d’expédition

Pour faire suite à son exposition de photos, Laurence Fischer , de retour d’un voyage en antarctique, viendra en personne parler des déplacements forcés des Inuits du canada et du Groenland.

 

7 Avril 2022

Conférence de Karine Vanthuyne

Autochtoniser l’enseignement universitaire au Canada : de l’inclusion à la décolonisation

Professeure agrégée d’anthropologie à l’Université d’Ottawa, et depuis septembre chercheure invitée au Collégium de Lyon ainsi qu’à l’École urbaine de Lyon. Après avoir travaillé sur les processus de justice transitionnelle au Guatemala et au Canada, ses travaux actuels portent sur les relations des peuples autochtones avec l’industrie minière dans ces deux pays, et les politiques et programmes de décolonisation et autochtonisation de l’enseignement universitaire au Canada.

Synopsis :

Depuis que la Commission de vérité et de réconciliation du Canada a publié ses 94 appels à l’action en 2015, la plupart des universités canadiennes se sont engagées, dans leurs plans stratégiques, à s’« autochtoniser ». Ce que ce processus signifie concrètement dans la pratique ne fait toutefois pas consensus. Certains acteurs et actrices considèrent l’autochtonisation de leurs campus comme une simple question d’« inclusion », alors qu’ils ou elles présupposent que universités sont des lieux neutres auxquels les professeur.e.s, membres du personnel et étudiant.e.s et autochtones n’auraient tout simplement qu’à s’adapter. D’autres exigent plutôt qu’on remette fondamentalement en question les privilèges matériels et symboliques des Euro-Canadiens au sein de l’académie comme en dehors de celle-ci, de manière à ce les savoirs autochtones soient inclus et valorisés dans la recherche comme dans l’enseignement selon leurs propres normes. Si ce processus d’« autochtonisation-décolonisation » devrait être dirigé par des acteurs et actrices autochtones, soulignent les tenants de cette deuxième approche, il exige simultanément, soutiennent-ils que les universitaires non autochtones se penchent sur le rôle qu’ils ou elles jouent dans la reproduction de la suprématie blanche, et ce que ce soit dans leurs recherches, leurs enseignement et au-delà. Dans cette présentation, je m’appuierai sur les recherches que je mène sur  le processus d’autochtonisation de l’Université d’Ottawa au Canada pour mettre en lumière quelques-uns des espoirs et enjeux que la décolonisation des universités suscite dans un contexte qui demeure, encore aujourd’hui, profondément colonial.

 

Mai 2022 (date à fixer)

La nation Métis de l’Ouest Canadien

Avec la participation de Marilyn Dumont

 

Dans l ’Ouest du Canada, et notamment dans les provinces de la Saskatchewan, du Manitoba  et de l’Alberta, la nation Métis occupe une place particulière. Reconnue comme l’un des peuples autochtones du Canada, au même titre que les Inuits et les Premières Nations, sa culture et son histoire sont méconnues en France.

 

Cette soirée virtuelle commencera par un diaporama retraçant l’histoire de la nation Métis et sera suivie de lecture de poèmes de  Marilyn Dumont, poétesse de l’Alberta, qui répondra aux questions du public

 

La poétesse primée Marilyn Dumont a grandi dans des camps forestiers au pied des montagnes de l’Alberta. Elle est la benjamine d’une famille de neuf enfants métisses, parlant le cri, originaire de Onion Lake (Saskatchewan) et de la colonie métisse Kikino (Alberta). Elle a publié quatre recueils de poésie qui ont tous raflé des prix provinciaux et nationaux. Elle est professeure associée au département d’anglais et d’études cinématographiques à la faculté d’études autochtones à l’Université de l’Alberta.

 


.


.








Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.