Programme du Mois du Canada 2021

Programme du Mois du Canada 2022

 

                                                                         EXPLORATIONS

Pour cette 6ème édition des mois du Canada nous poserons la question des explorations. Celles d’hier, géographiques, anthropologiques, prédatrices, mais dont les grandes figures font encore rêver, et celles d’aujourd’hui, perçues comme un corollaire de la colonisation.

Exposition photos, film et conférences en centre-ville ou à l’université.

DU 1er AU 29 MARS:                                                                                                                                             Exposition de photos de Laurence Fischer, photographe d’expédition.

  “Inuit, les déracinés de la géopolitique polaire – l’exemple de Grise Fiord, Qaanaaq et Ittoqqortoormiit”.

             Laurence Fischer est photographe documentaire et conférencière, et s’intéresse particulièrement aux problématiques de l’Arctique et de l’Antarctique. Elle se consacre principalement à l’étude des peuples de l’Arctique occidental et de la faune polaire.    

 

https://www.bm-grenoble.fr/653-centre-ville.htm

Bibliothèque Centre Ville, 10 rue de la République
38000 Grenoble
Entrée libre – 50 places disponibles
Sans réservation – Pass sanitaire exigé
Contact : 04 76 54 57 97 

Afin d’asseoir sa souveraineté face aux Danois et Norvégiens qui lorgnent sur l’archipel du nord de l’Arctique, le Canada commence dès les années 30 à déplacer des populations inuites du nord du Québec et de l’île de Baffin sur les territoires de haut-Arctique. En 1953, dans un contexte géopolitique chaotique, le gouvernement canadien propose à trois familles de la communauté de Pond Inlet et à sept familles d’Inukjuak, au nord du Québec (soit 87 personnes), de s’installer pour deux ans sur l’île d’Ellesmere. Ces familles acceptent ; logement et abondance de gibier leur était promis sur place. Or, à leur arrivée, rien n’est prévu pour elles. L’île d’Ellesmere était inhabitée car inhabitable : le sol est gelé de septembre à la fin juillet, la nuit dure de la fin octobre au milieu février.

Les familles exilées dorment dans des tentes en toile par -35 ˚C ou moins parce qu’il n’y a pas assez de neige pour faire des igloos. Il n’y a rien à chasser et ils souffrent en permanence de la faim. L’adaptation est longue, mais se produit avec le temps. Cependant, toutes les personnes n’ont pas cette force et la nouvelle communauté déplore quelques décès de désespoir, dus aux  conditions trop extrêmes et aux maladies. En 1955, au terme des deux années, les familles demandent à rentrer. Le gouvernement refuse, puis fait même venir d’autres Inuit.

Les familles, résilientes, apprennent la chasse à la baleine et à survivre durant les longs hivers.

MARDI 15 MARS 2022 – 18H30 

          Grenoble/Québec : capitales mondiales de l’hydrogène vert ?
Conférence de Mikaa Mered, chargé d’enseignement en géopolitique des Pôles
à HEC et Sciences Po Grenoble – UGA  

L’hydrogène sera très certainement l’énergie qui nous permettra de réaliser la transition énergétique. Grenoble et le Québec sont moteurs dans la production d’hydrogène vert et l’Alberta, qui est la région productrice de pétrole et de gaz investit massivement dans l’hydrogène gris. Conférence ouverte à tous pour comprendre tous ces enjeux stratégiques.

                                                                    

 

Bibliothèque Centre Ville
10 rue de la République
38000 Grenoble
Entrée libre – 50 places disponibles sans réservation – pass sanitaire exigé
Contact : 04 76 54 57 97

 

 

 

LUNDI 28 MARS 2022 – 18H30
Projection du film «Aveuglés par la mer», un film de George Tombs, en version originale sous-titrée en français suivie d’un échange avec le réalisateur. Evidentia Films Incorporated 2020

Le film retrace la carrière du célèbre explorateur norvégien Roald Amundsen (1872-1928) qui fut le premier à traverser le passage du Nord-Ouest et à atteindre le pôle sud. Tourné à travers l’Alaska, l’archipel arctique canadien, la mer de Beaufort, l’océan austral et l’Antarctique, le film souligne la tension entre les connaissances traditionnelles Inuit et le paradigme scientifique européen.

 Artiste-historien basé à Montréal, George Tombs est un auteur et cinéaste primé. En tant que journaliste et ancien boursier Michener, il a fait des reportages sur six continents ; par la suite, il a servi comme directeur général d’une association médicale puis comme professeur d’université. Il détient un doctorat en histoire de l’Université McGill et a complété une année au 3e cycle en sciences médicales à l’Université d’Oxford. The Blinding Sea est son premier film.

Basé sur des recherches rigoureuses, le film met l’accent sur le rôle joué par la culture, la santé et la nutrition dans l’exploration polaire voilà un siècle. Il  offre un aperçu complètement nouveau de la vie et la carrière de Roald Amundsen, et surtout de l’importance pour lui de changer de paradigme, laissant de côté des théories spéculatives d’Europe pour adopter le savoir ancestral et combien pratique des Inuits canadiens.

Museum de Grenoble
1 rue Dolomieu – 38000 Grenoble
Entrée libre – 99 places disponibles sans
réservation – pass sanitaire exigé

 

 

MERCREDI 6 AVRIL 2022 – 9H

Conférence de Laurence Fischer, photographe documentaire et conférencière qui se consacre à l’étude des peuples de l’Arctique occidental et de la faune polaire.

“Inuit, les déracinés de la géopolitique polaire, l’exemple de Grise Fiord, Qaanaaq et Ittoqqortoormiit.” 

A la suite de son exposition photos qui se déroulera du 1er au 29 mars à la bibliothèque du centre-ville, Laurence Fischer, qui sera rentrée d’un voyage en Antarctique, nous fera partager ses connaissances sur cet épisode tragique de l’histoire du Canada et plus particulièrement de la province de Nunavut, fondée en 1999 à la suite des revendications des Inuits. Elle se passionne pour ce sujet des déracinés de la géopolitique polaire.


Université Grenoble Alpes, bâtiment Stendhal amphi 7
Entrée libre sans réservation

 

 

Expatriés Français au Canada : Montréal, la ville idéale ?

 

Partir à l’aventure, s’établir dans un pays étranger, sur un autre continent vous fait rêver ? Nous avons interviewé Violette Morel et Stéphane, deux expatriés français au Canada, dans la ville de Montréal, pour vous.

CEGC : Bonjour Violette et Stéphane, merci d’avoir accepté cette interview avec le centre d’études Canadiennes de Grenoble, en dépit du décalage horaire ! (six heures de moins)

VM : Bonjour, avec plaisir !

CEGC : Alors tout d’abord, comment vous êtes-vous retrouvés à vivre au Canada ?

VM : Au début, mon compagnon travaillait les hivers au Canada, puis a fait une demande de visa de deux ans pour voyager dans l’ouest. Pour lui, c’était la meilleure façon de rentrer au Canada et découvrir le pays. Je l’ai donc suivi !

CEGC : Qu’y avez-vous découvert ?

VM : Beaucoup de choses ! Je pense aux grands espaces, aux paysages, à la ville de Montréal aussi, qui nous a beaucoup plu ! L’avantage de Montréal est que c’est une grande ville mais elle est composée de plein de petits quartiers qui lui rendent une taille humaine. La ville est très vivante, dynamique, et cosmopolite. Aussi, il est plus facile qu’en France de prendre un appartement, comme il n’y a pas de caution ; puis, on peut trouver un emploi assez vite également car les français, francophones, sont recherchés. Il y a une plus grande possibilité d’évolution dans la carrière, les démarches administratives sont allégées et c’est plus facile de créer son entreprise. C’est un peu comme le rêve Américain !

CEGC : Les Français sont donc recherchés ?

VM : Oui, et le Canada est également une destination prisée des Français ! Plus généralement, le français a une grande importance aux yeux des Québécois. Montréal, c’est la résistance francophone. Dans d’autres états, un effort de conservation est aussi fait envers la langue française, qui a tendance à se perdre.

CEGC : Quelle place a donc le français au Canada ? La langue principale est-elle l’anglais ?

VM : Les Canadiens parlent de plus en plus anglais. Le français est la première langue, mais il n’est pas rare d’entendre de l’anglais et du français dans la même phrase ! Il y a une loi 501 qui est là pour protéger la langue française, avec obligation de dire bonjour à la fois en anglais et en français. Les francophones sont donc recherchés et sont vus d’un bon œil ! Les Montréalais parlent principalement anglais et les jeunes générations parlent français et anglais dans la même phrase, il y a un réel phénomène de bilinguisme. Les plus anciens sont davantage à cheval sur la langue française. Dans l’ouest, on te comprend quand tu parles français mais on préfère parler anglais. La première langue est un anglais américanisé. Pour rentrer au Québec lors de la demande de visa, on est soumis à des tests de français. Ces tests sont obligatoires pour demander un renouvellement de visa. Ils veulent s’assurer que l’on ait un niveau de français suffisant !

CEGC : Obtenir le visa a-t-il été facile ?

VM : Il a été difficile et compliqué d’obtenir le visa ! C’est surtout grâce à notre employeur que nous avons pu y prétendre. Mon compagnon Stéphane travaillait déjà avec lui les hivers. L’employeur nous a donc aidés à s’installer à l’année en embauchant une avocate, pour faciliter les démarches administratives. Même si la main d’œuvre est recherchée, les démarches pour s’installer ne sont pas facilitées. Même avec un emploi, il n’est pas évident de prolonger un visa de deux ans. Comme chaque demande s’étale sur une période allant entre 3 et 6 mois, on vit parfois dans l’attente ! La prochaine étape, c’est la résidence permanente, qui autorise un séjour sur le territoire pour 5 ans. Ensuite, c’est la nationalité canadienne qu’il faut demander pour s’installer définitivement. Ce sont des démarches longues et coûteuses mais ça vaut le coup !

CEGC : Qu’est-ce que vous avez appris de cette expérience ?

VM : Ça nous a poussé à aller vers les gens et à faire preuve d’une plus grande ouverture. Ce n’est pas évident pour ce qui est des relations avec la famille restée en France. Mais les retrouvailles sont plus intenses, et ça te rapproche plus ! Nous avons fait d’autres rencontres là-bas ; grâce à Instagram par exemple, on a rencontré beaucoup de français dans la même situation que nous.

CEGC : Comment était l’accueil Canadien ?

VM : Les Canadiens sont très accueillants ! Mais nous nous sommes plus liés d’amitié avec des expatriés français, comme nous. Cette expérience de vie commune rapproche ! On a cherché à se tisser des liens avec les Canadiens, mais c’était plus difficile. Il y a une séparation de la vie privée et de la vie professionnelle chez eux. Au final, les Canadiens que l’on a connu ne s’invitent que très peu chez eux, même entre amis très proches. Ils préfèrent les activités en extérieur, ce qui fait qu’ils sont très résistants au froid !!

CEGC : Et le mode de vie à Montréal ?

VM : On a découvert une grande tolérance et ouverture d’esprit à Montréal, qui est une ville assez riche. On ne s’est jamais fait embêter dans le métro, on n’a pas non plus surpris de regards insistants… On ne se sent pas jugé et il y a un côté rassurant.

CEGC : Vous parliez plus tôt des paysages et du grand air ?

VM : Oui, les paysages sont époustouflants ! Le Québec est principalement plat comparé à l’Ouest Canadien qui est plus montagneux. L’été est chaud et humide mais les températures en hiver peuvent facilement atteindre les -20 à -30°C. Il tombe beaucoup de neige, et les sapins restent gelés pendant de longues périodes. On ne distingue même plus leurs branches, encombrées par des amoncellements de neige qui ne partent plus ! Le spectacle est magnifique.

CEGC : En parlant de nature, que pensez-vous de l’automne Canadien ?

VM : Ce n’est pas une légende ! L’automne est magique, et les Canadiens eux-mêmes ne s’en lassent pas. Les arbres revêtent leurs plus beaux feuillages, et c’est une explosion de couleurs qui nous laissent bouche bée.

CEGC : Qu’est-ce que vous avez trouvé de différent par rapport à la France ?

VM : Tout d’abord, une idée de démesure me vient à l’esprit. Le pays est immense, et le moindre déplacement peut vite couvrir des distances considérables. Si lorsque l’on regarde sur la carte, on a l’impression que Québec et Montréal ne sont pas très éloignées, 300km les sépare quand même. Entre Toronto et Montréal il faut compter 7 heures. Entre ces villes qui concentrent la plus grande partie de la population, majoritairement urbaine, on traverse des déserts de population ! Ce n’est pas la même échelle. Même si on entend parler français, on s’aperçoit que l’on a changé de continent.

CEGC : D’un point de vue professionnel, êtes-vous satisfaits de votre carrière ?

VM : Oui, je le pense. Je suis responsable des ventes en ligne et de la création de produits pour le plus gros vendeur de produits de sports d’hiver du Canada, Oberson. Il y a une grande possibilité d’évolution dans la carrière. De vendeur, Stéphane a évolué en responsable du service clientèle du magasin. En réalité, la notion de travail est différente. Les employeurs vont s’investir pour toi si tu t’investis pour eux. Nous bénéficions d’une reconnaissance financière et d’une certaine attention. Nous avons des places offertes pour assister à des matchs de hockey, par exemple. C’est gratifiant et nous sommes reconnus pour notre travail. Si tu es un bon employé, on fera tout pour te garder. L’employeur se montre souvent arrangeant, et même lors d’une période chargée, c’est plus facile d’obtenir un congé qu’en France. Ta vie privée sera toujours plus importante que la carrière, et dans tous les cas nous avons deux jours de congé.

CEGC : Qu’en est-il du système de santé ?

VM : Au Québec, on a un système de santé qui ressemble à la France. Il y a une carte et un régime d’assurance maladie qui rembourse les frais de santé. L’hôpital public est gratuit, mais le temps d’attente est généralement très long. On peut alors se tourner vers les nombreuses cliniques privées, mais il faut alors payer soi-même les consultations. En revanche, les soins ici sont remboursés par l’assurance française. Il faut avancer les fonds, mais il faut le savoir et rien n’est expliqué pour s’intégrer dans les systèmes de santé ; il faut faire ses propres investigations.

CEGC : Que faut-il savoir avant de partir au Canada ?

VM : Pour ce qui est des supermarchés, il faut savoir que l’on n’achète pas tout au même endroit. L’alcool par exemple s’achète auprès de la SAQ, Sociétés des Alcools du Québec. La viande se trouve chez le boucher et le poisson chez le poissonnier. Il y a d’immenses marchés couverts magnifiques, qui sont ouverts du lundi au vendredi. Ce sont des producteurs locaux pour la plupart, qui viennent de petits magasins aux alentours. En revanche, le prix du fromage est très élevé ; le kilo de raclette peut monter à 85$. Le vin aussi n’y échappe pas. Le gouvernement soutient beaucoup d’importations, qui sont ré-étiquetées par la compagnie du Québec et taxées. Il faut savoir en allant faire ses courses que le prix des produits est celui affiché sans taxes. En réalité, le prix total sera en moyenne 15% plus cher que le prix affiché. Comme les états Américains, les taxes ne sont pas les mêmes en fonction des états. Il y a plus de taxes au Québec et dans l’Ontario, et moins dans l’Ouest. Il faut savoir aussi, en se rendant dans un restaurant ou dans un bar, que le pourboire est obligatoire, culturellement parlant. Les métiers de serveur ou de livreur sont sous payés, environ 9$ de l’heure. Ils arrivent à compléter leur salaire grâce aux pourboires. Souvent, il est suggéré à l’addition. Il est bien vu de laisser 10% de ta consommation en pourboire.

CEGC : Qu’est-ce que vous avez retenu de la culture Canadienne ?

VM : Que le sirop d’érable n’est pas une légende ! Il est servi à toutes les sauces, les Canadiens l’adorent. Il y en a partout, même le M du Macdo arbore une feuille d’érable. Ce n’est pas pour rien si on la retrouve sur le drapeau ! On retrouve des cabanes à sucre un peu partout. Les Canadiens sont très fiers de leurs produits et de leur beau pays qu’ils défendent avec vigueur. On pourrait rapprocher les Canada des Etats-Unis, les deux pays sont d’ailleurs assez proches culturellement, mais les Canadiens sont assez indépendantistes. Il y a une volonté de ne pas être associé à la France ou aux États-Unis. Le Canada reste le Canada, avec une identité qui lui est propre !

CEGC : Et c’est très bien comme ça ! Je vous remercie pour votre temps et votre patience.    Au revoir, et à bientôt à Montréal !

VM : Merci, et à bientôt !

publié le 02/03/22

 

TERRITOIRES

Territoires explorés, territoires revendiqués, territoires mémoriels, territoires culturels, le thème de cette 5ème édition vous fera voyager à travers le temps , l’espace et l’imaginaire.

Les événements auront lieu en présentiel ou en distanciel

Du 22 au 28 mars, diffusion en streaming du film The blinding sea de  George Tombs suivie le lundi 29 mars à 18h d’une conférence débat avec l’auteur

 Voir la bande annonce sur https://www.evidentia.net/evidentia-films/

Pour vous inscrire rendez-vous sur le portail  de UGA https://www.univ-grenoble-alpes.fr/
George Tombs est un artiste historien basé à Montréal, détenteur d’un doctorat d’histoire de l’Université McGill et d’une année de troisième cycle en sciences médicales à l’Université d’Oxford. Version originale en anglais sous-titrée en français suivie le lundi 29 mars d’un échange avec l’auteur par visio-conférence. Le film retrace la carrière du célèbre explorateur norvégien Roald Amundsen (1872-1928) qui fut le premier à traverser le passage du Nord-Ouest et à atteindre le pôle sud. Tourné à travers l’Alaska, l’archipel arctique canadien, la mer de Beaufort, l’océan austral et l’Antarctique, le film souligne la tension entre les connaissances ancestrales des Inuits et le paradigme scientifique des Européens.

 

 

MARS-AVRIL-MAI-JUIN MAISON DE LA POESIE   https://www.maisondelapoesierhonealpes.com/
Ecoutez à loisir une lecture de poèmes de Pauline Johnson Tekahionwake par Corinne Beoust (traductrice, auteure du recueil de poèmes publié aux Editions Les 17 muscles de la langue

 

Fille d’un chef amérindien et d’une dame de la société anglaise, artiste remplie de charisme qui soulevait les foules aussi bien au Canada anglais qu’en Angleterre, poète prolifique et écrivaine à succès, Pauline Johnson a connu son heure de gloire au tournant du XXe siècle avant de tomber peu à peu dans l’oubli. Pauline a toujours vécu à cheval entre deux mondes, pas assez «indienne» pour les «Indiens», pas assez «blanche» pour les «Blancs”
 

6 et 7 MAI 2021 CINEMATHEQUE 4 rue Hector Berlioz (sous réserve situation sanitaire)

MON ONCLE ANTOINE (film de Claude Jutra 1971) Le film se déroule dans les années 1940 au Québec à Black Lake (maintenant Thetford Mines). Dans les villages de cette taille, le magasin général est le pôle d’attraction et le lieu d’échanges de toute la communauté. Les habitants s’y réunissent donc la veille de Noël. Gérant du magasin, l’oncle Antoine, avec son humour et ses gorgées de gin, anime les lieux sous l’œil intéressé de son neveu Benoît (15 ans), qui est orphelin et qui vit chez son oncle.
RETROSPECTIVE MacLAREN Norman MacLaren (1914-1987) est considéré comme un des grands maîtres du cinéma d’animation mondial. Son nom est étroitement associé à l’Office national du film du Canada.
 
12 MAI 2021 18h30 MUSEUM DE GRENOBLE à l’auditorium ou en ligne  sur le site du Museum https://www.grenoble.fr/1607-museum-de-grenoble.htm
inscrivez-vous sur https://www.univ-grenoble-alpes.fr/
Conférence sur l’arctique par  Mikaa Mered, Auteur de « Les Mondes polaires » PUF 2019 : Mikaa Mered est professeur de géopolitique des pôles Arctique et Antarctique à l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI), chargé de cours à NEOMA Business School et Sciences Po Rennes, et expert-évaluateur auprès de la Commission européenne.
 

16 MAI 18h  CAFE THEATRE La Guinguette, Fontaine sur place ou sur le facebook du café https://www.facebook.com/La-Guinguette-Fontaine-1519927141641158/

Lecture-théâtre d’un extrait de Ellipse, collectif d’écriture Les Filles du Vent, paru en décembre 2020.
Compagnie « Interlude et Cie », metteuse en scène : Laure Pinatel, lectrice : Catherine Pichette
Artiste pluridisciplinaire (théâtre, arts visuels, écrivaine), pédagogue et fondatrice de l’école académique à vocation artistique HoplBoum !, Catherine Pichette, née à Montréal (Québec), vit et travaille actuellement en France. Elle a participé à plusieurs expositions au Canada, notamment à la Société des Arts Technologiques à Montréal (S.A.T.), à la Galerie SAS, ainsi qu’à plusieurs éditions du Festival Montréal en Lumière. En France, en plus de son travail de création et d’enseignement, elle vient de publier son premier roman et anime des ateliers d’écriture en collaboration avec Labo des Histoires et la Maison des Écrits – DCAP.

MAI-JUIN 2021 MAISON DE L’INTERNATIONAL (sous réserve)

Exposition de photographies et projection d’une video de Michèle Waquant

Exposition de photographies et projection d’une video de Michèle Waquant
Vidéo « Mille rivières » 70 minutes (voyage jusqu’au bout de la route 138 le long du Golfe Saint-Laurent au Québec)
Photographies de 2009 réalisées au Nouveau Québec, entre le barrage de Manicouagan et la ville disparue de Gagnon ainsi qu’au Labrador, pendant le repérage pour la vidéo Mille rivières.
Photographies de 2014 sur la région de Baie-Saint-Paul sur la rive nord du Saint-Laurent.
Franco-québécoise née en 1948 à Québec, Michèle Waquant vit et travaille en France depuis 1980. Elle a été professeur en école d’art de 1990 à 2015, à l’École nationale supérieure d’art de Dijon, à l’École des Beaux-Arts de Paris et à l’École Nationale Supérieure d’arts Paris-Cergy. A travers une pratique pluridisciplinaire passant par la vidéo, la photographie, la peinture, le dessin et l’écriture, l’artiste note les interactions complexes entre éléments premiers, arbres, animaux et humains dans l’environnement.

 

17 MAI  2021 18h UNIVERSITE GRENOBLE ALPES ou en ligne
Inscrivez-vous sur https://www.univ-grenoble-alpes.fr/

Nuna ! Imaq ! L’art inuit contemporain face aux crises environnementales du 21e siècle

 Les artistes inuit contemporain(e)s explorent depuis les années 1940 leurs relations au territoire, entre terre (Nuna) et mer (Imaq). Par le biais d’œuvres visuelles et littéraires multiples, ces hommes et ces femmes artistes ont retracé sa mémoire ou dénoncé sa colonisation. Plus récemment, leurs œuvres investissent l’impact des crises environnementales dans tout l’Arctique, et témoignent de ses conséquences pour sa population, humaine et non-humaine. Cette conférence propose donc de s’intéresser à l’énonciation, par la création artistique, des perspectives inuit sur les défis environnementaux du 21e siècle.
Julie Graff est doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et en Histoire de l’art à l’Université de Montréal. Boursière du musée du Quai Branly-Jacques Chirac et membre du laboratoire d’anthropologie sociale de Paris, ses recherches portent sur l’art, la culture matérielle et la muséologie inuit.
Modératrice : Laurence Delpérié, Doctorante au Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles

 

 



 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.