Programme du Mois du Canada 2021

 

TERRITOIRES

Territoires explorés, territoires revendiqués, territoires mémoriels, territoires culturels, le thème de cette 5ème édition vous fera voyager à travers le temps , l’espace et l’imaginaire.

Les événements auront lieu en présentiel ou en distanciel

Du 22 au 28 mars, diffusion en streaming du film The blinding sea de  George Tombs suivie le lundi 29 mars à 18h d’une conférence débat avec l’auteur

 Voir la bande annonce sur https://www.evidentia.net/evidentia-films/

Pour vous inscrire rendez-vous sur le portail  de UGA https://www.univ-grenoble-alpes.fr/
George Tombs est un artiste historien basé à Montréal, détenteur d’un doctorat d’histoire de l’Université McGill et d’une année de troisième cycle en sciences médicales à l’Université d’Oxford. Version originale en anglais sous-titrée en français suivie le lundi 29 mars d’un échange avec l’auteur par visio-conférence. Le film retrace la carrière du célèbre explorateur norvégien Roald Amundsen (1872-1928) qui fut le premier à traverser le passage du Nord-Ouest et à atteindre le pôle sud. Tourné à travers l’Alaska, l’archipel arctique canadien, la mer de Beaufort, l’océan austral et l’Antarctique, le film souligne la tension entre les connaissances ancestrales des Inuits et le paradigme scientifique des Européens.

 

 

MARS-AVRIL-MAI-JUIN MAISON DE LA POESIE   https://www.maisondelapoesierhonealpes.com/
Ecoutez à loisir une lecture de poèmes de Pauline Johnson Tekahionwake par Corinne Beoust (traductrice, auteure du recueil de poèmes publié aux Editions Les 17 muscles de la langue

 

Fille d’un chef amérindien et d’une dame de la société anglaise, artiste remplie de charisme qui soulevait les foules aussi bien au Canada anglais qu’en Angleterre, poète prolifique et écrivaine à succès, Pauline Johnson a connu son heure de gloire au tournant du XXe siècle avant de tomber peu à peu dans l’oubli. Pauline a toujours vécu à cheval entre deux mondes, pas assez «indienne» pour les «Indiens», pas assez «blanche» pour les «Blancs »
 

6 et 7 MAI 2021 CINEMATHEQUE 4 rue Hector Berlioz (sous réserve situation sanitaire)

MON ONCLE ANTOINE (film de Claude Jutra 1971) Le film se déroule dans les années 1940 au Québec à Black Lake (maintenant Thetford Mines). Dans les villages de cette taille, le magasin général est le pôle d’attraction et le lieu d’échanges de toute la communauté. Les habitants s’y réunissent donc la veille de Noël. Gérant du magasin, l’oncle Antoine, avec son humour et ses gorgées de gin, anime les lieux sous l’œil intéressé de son neveu Benoît (15 ans), qui est orphelin et qui vit chez son oncle.
RETROSPECTIVE MacLAREN Norman MacLaren (1914-1987) est considéré comme un des grands maîtres du cinéma d’animation mondial. Son nom est étroitement associé à l’Office national du film du Canada.
 
12 MAI 2021 18h30 MUSEUM DE GRENOBLE à l’auditorium ou en ligne  sur le site du Museum https://www.grenoble.fr/1607-museum-de-grenoble.htm
inscrivez-vous sur https://www.univ-grenoble-alpes.fr/
Conférence sur l’arctique par  Mikaa Mered, Auteur de « Les Mondes polaires » PUF 2019 : Mikaa Mered est professeur de géopolitique des pôles Arctique et Antarctique à l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI), chargé de cours à NEOMA Business School et Sciences Po Rennes, et expert-évaluateur auprès de la Commission européenne.
 

16 MAI 18h  CAFE THEATRE La Guinguette, Fontaine sur place ou sur le facebook du café https://www.facebook.com/La-Guinguette-Fontaine-1519927141641158/

Lecture-théâtre d’un extrait de Ellipse, collectif d’écriture Les Filles du Vent, paru en décembre 2020.
Compagnie « Interlude et Cie », metteuse en scène : Laure Pinatel, lectrice : Catherine Pichette
Artiste pluridisciplinaire (théâtre, arts visuels, écrivaine), pédagogue et fondatrice de l’école académique à vocation artistique HoplBoum !, Catherine Pichette, née à Montréal (Québec), vit et travaille actuellement en France. Elle a participé à plusieurs expositions au Canada, notamment à la Société des Arts Technologiques à Montréal (S.A.T.), à la Galerie SAS, ainsi qu’à plusieurs éditions du Festival Montréal en Lumière. En France, en plus de son travail de création et d’enseignement, elle vient de publier son premier roman et anime des ateliers d’écriture en collaboration avec Labo des Histoires et la Maison des Écrits – DCAP.

MAI-JUIN 2021 MAISON DE L’INTERNATIONAL (sous réserve)

Exposition de photographies et projection d’une video de Michèle Waquant

Exposition de photographies et projection d’une video de Michèle Waquant
Vidéo « Mille rivières » 70 minutes (voyage jusqu’au bout de la route 138 le long du Golfe Saint-Laurent au Québec)
Photographies de 2009 réalisées au Nouveau Québec, entre le barrage de Manicouagan et la ville disparue de Gagnon ainsi qu’au Labrador, pendant le repérage pour la vidéo Mille rivières.
Photographies de 2014 sur la région de Baie-Saint-Paul sur la rive nord du Saint-Laurent.
Franco-québécoise née en 1948 à Québec, Michèle Waquant vit et travaille en France depuis 1980. Elle a été professeur en école d’art de 1990 à 2015, à l’École nationale supérieure d’art de Dijon, à l’École des Beaux-Arts de Paris et à l’École Nationale Supérieure d’arts Paris-Cergy. A travers une pratique pluridisciplinaire passant par la vidéo, la photographie, la peinture, le dessin et l’écriture, l’artiste note les interactions complexes entre éléments premiers, arbres, animaux et humains dans l’environnement.

 

17 MAI  2021 18h UNIVERSITE GRENOBLE ALPES ou en ligne
Inscrivez-vous sur https://www.univ-grenoble-alpes.fr/

Nuna ! Imaq ! L’art inuit contemporain face aux crises environnementales du 21e siècle

 Les artistes inuit contemporain(e)s explorent depuis les années 1940 leurs relations au territoire, entre terre (Nuna) et mer (Imaq). Par le biais d’œuvres visuelles et littéraires multiples, ces hommes et ces femmes artistes ont retracé sa mémoire ou dénoncé sa colonisation. Plus récemment, leurs œuvres investissent l’impact des crises environnementales dans tout l’Arctique, et témoignent de ses conséquences pour sa population, humaine et non-humaine. Cette conférence propose donc de s’intéresser à l’énonciation, par la création artistique, des perspectives inuit sur les défis environnementaux du 21e siècle.
Julie Graff est doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et en Histoire de l’art à l’Université de Montréal. Boursière du musée du Quai Branly-Jacques Chirac et membre du laboratoire d’anthropologie sociale de Paris, ses recherches portent sur l’art, la culture matérielle et la muséologie inuit.
Modératrice : Laurence Delpérié, Doctorante au Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles

 

 



 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.