Contrôle et sécurisation des zones frontalières : Pratiques et discours en France et au Canada

APPEL À COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS

Journée d’étude du Centre d’études linguistiques de l’Université Jean Moulin – Lyon III – France
Mercredi 5 février 2014
6, Cours Albert Thomas, 69008 Lyon
En partenariat avec Le Centre de recherche de l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale

Contrôle et sécurisation des zones frontalières :

Pratiques et discours en France et au Canada

(English version follows)
Que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, la notion de frontière fixe impliquant un contrôle systématique à l’entrée ou à la sortie d’un territoire cède progressivement la place à un concept plus souple favorisant d’abord une meilleure circulation des biens, et ensuite une meilleure mobilité des personnes. La plus grande intégration économique des continents européen et nord-américain réalisée ces vingt dernières années a poussé les nations signataires des traités qui les ont rapprochées (Maastricht / ALENA) à revoir les modalités de passage de leurs frontières communes afin de les simplifier. La convention de Schengen en Europe et les programmes FAST ou NEXUS en Amérique du Nord sont nés de ce désir de garantir la fluidité des échanges entre pays partenaires. Mais les Etats impliqués ont dû concomitamment repenser les moyens de contrôler l’accès à leur espace national pour continuer à en assurer la sécurité optimale. L’avènement de la globalisation a généré une nouvelle criminalité très mobile qu’il a fallu entraver et l’accroissement des actes terroristes dans le monde a suscité une tentation de repli sécuritaire en contradiction avec la diffusion du libre-échange. Que ce soit en France ou au Canada, les forces de sécurité intérieure ont été amenées à faire évoluer leurs missions afin de pouvoir continuer à assurer efficacement la surveillance des zones frontalières dont elles avaient la responsabilité, sans toutefois en restreindre excessivement la perméabilité. La création des Centres de coopération policière et douanière en France ou des Equipes intégrées de la Police des frontières au Canada en est une évidente illustration. L’objet de la présente journée d’étude sera donc de proposer un état des lieux des missions qui incombent aujourd’hui aux forces de sécurité françaises et canadiennes en matière de contrôle et de sécurisation des zones frontalières, de s’interroger sur l’évolution permanente des missions qui leur sont assignées, d’analyser les stratégies de communication qu’elles ont mis en place pour faire connaître leurs activités et finalement d’envisager dans quels domaines il serait utile que les deux nations puissent coopérer. A titre d’exemple, on pourra étudier les mutations auxquelles la Gendarmerie nationale et la Gendarmerie royale du Canada ont dû faire face : capables d’allier flexibilité et efficacité, ces forces de police à statut militaire ont montré, dans ce nouveau contexte, qu’elles étaient particulièrement adaptées aux interventions dans des zones frontalières d’une grande variété (frontières maritimes ou montagneuses, conditions climatiques extrêmes). Quels sont les prochains enjeux auxquels elles devront faire face ?

Les communications pourront être en français ou en anglais et ne devront pas dépasser 20 minutes. L’utilisation d’un support PowerPoint est vivement conseillée, notamment pour les communications en langue anglaise. Une publication des actes est prévue. Les propositions de communication (300 mots maximum) ainsi qu’une brève biographie sont à envoyer conjointement à Jean-Valéry Lettermann et Eric Tabuteau avant le 24 novembre 2013.

Appel à Communications / Call for Papers
Controlling and Securing Border Areas:
Practices and Discourses in France and Canada
Whether in Europe or North America, the notion of fixed borders entailing systematic controls when entering or leaving a territory has gradually given way to a more flexible concept promoting, firstly a smoother flow of goods, and, secondly, the improved mobility of people. The greater economic integration of the European and North American continents achieved over the last twenty years has led the signatory nations of the NAFTA and Maastricht treaties to further simplify the crossing procedures of their shared borders. As a result, the Schengen Convention in Europe and the FAST or NEXUS programs in North America came into being to ensure a smooth flow of exchange between partner countries. Nevertheless, at the same time, the states involved were also called upon to redefine the means of controlling access to national territory so as to continue to ensure their optimal safety. The rise of globalization generated a new and increasingly mobile form of criminality that had to be checked and the growing acts of terrorism in the world fostered a temptation to bunkerize, thus hindering the spread of free trade. Whether in France or in Canada, internal security forces were required to continue effective monitoring of the border zones they were responsiresponsible for, without, however, excessively limiting their penetrability. The creation of the Police and Customs Cooperation Centers in France or the Integrated Border Enforcement Teams in Canada is a good illustration of this phenomenon. The object of the present conference is to review the missions currently involving French and Canadian security forces with regard to controlling and securing border areas. In this framework, it seeks to address the constant evolution of the tasks assigned to them, analyze the communication strategies implemented to generate public awareness of their activities, and finally, examine potential fields of mutually beneficial cooperation. As a starting point, one focus of study may be the changes that the Gendarmerie nationale and the Royal Canadian Mounted Police (RCMP) have had to undergo. In a new context, these law enforcement bodies have been able to combine efficiency and flexibility, operating in highly diverse border regions which share maritime or mountainous borderlines and suffer from extreme weather conditions. What are the new issues they will be called on to face in the future?
Papers may be given in French or in English and should be no longer than 20 minutes. The use of visuals such as PowerPoint is highly recommended, notably for the papers given in English. A publication of the proceedings is planned. Paper proposals should provide an abstract of 300 words, a short biography, and must be sent to both Jean-Valéry Lettermann and Eric Tabuteau before 24 November 2013.

Contacts et organisation:

Colonel Jean-Valéry Lettermann (jean.lettermann@gendarmerie.interieur.gouv.fr): Ancien élève du Prytanée Militaire de la Flèche, de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr et de l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale de Melun, ancien stagiaire du Collège interarmées de défense, licencié en histoire et titulaire de deux DESS de sécurité intérieure ; successivement commandant de peloton à l’escadron de gendarmerie mobile de Strasbourg, commandant de compagnie d’élèves à l’Ecole polytechnique de Palaiseau, commandant de compagnie de gendarmerie départementale à Rambouillet, chef de section au service des ressources humaines de la Direction générale de la Gendarmerie nationale, Membre du cabinet du Directeur général de la Gendarmerie nationale, Commandant militaire de l’Hôtel de Matignon, Commandant du groupement de gendarmerie départementale de l’Isère.

Eric Tabuteau (eric.tabuteau@univ-lyon3.fr): Diplômé des universités de Lille, La Réunion et Dijon, titulaire d’un DEA de lettres et sciences sociales et docteur en études anglophones ; successivement assistant de français à Dumbarton (Ecosse), volontaire du service national au titre de l’aide technique à l’Ile de la Réunion, lecteur de français à l’Université d’Aberdeen (Ecosse), professeur certifié d’anglais à l’Université de la Réunion, maître de conférences d’anglais appliqué à l’Université de Franche-Comté (Besançon), à l’Université Stendhal (Grenoble) puis à l’Université Jean Moulin (Lyon), ancien directeur de département et d’UFR, membre du jury du CAPES externe puis de l’agrégation interne d’anglais, co-éditeur de A Safe and Secure Canada : Politique et enjeux sécuritaires au Canada depuis le 11 septembre 2001 (Peter Lang Publishing, 2011). Egalement chef d’escadron dans la réserve citoyenne de la Gendarmerie nationale


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.