26 mars 3013: l’écrivain Nicolas CHALIFOUR à Grenoble

Regard d’un auteur sur le Québec contemporain : Nicolas Chalifour face au « spectacle du monde »

Le Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble est heureux d’accueillir l’auteur québécois Nicolas Chalifour pour une présentation entrecoupée de lectures et débats le mardi 26 mars 2013, de 10h à 12h,  à l‘Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, salle Domenach.

Né en 1970 à Québec, Nicolas Chalifour est professeur de littérature au Collège Edouard-Montpetit à Longueil. Il fut finaliste du Prix des Libraires du Québec avec son premier roman paru en 2009 aux Editions Héliotrope, Vu d’ici, tout est petit. Il viendra nous présenter son nouveau roman, Variété Delphi, ainsi que sa contribution dans le recueil Printemps spécial paru peu après les évènements du « Printemps érable ». Sa venue sera l’occasion d’interroger son rapport au monde, à la lecture et à l’écriture. Moins d’un an après une révolte, massive et inédite, au pays du pacifisme, quel regard porte-t-il donc sur la politique ? N’y-a-t-il d’échappatoire que la poésie?

Morceaux choisis :

« Vu d’ici, tout est petit. Tout est petit comme moi. C’est comme ça depuis toujours et on peut penser que ce sera comme ça encore longtemps. C’est comme ça et on n’y peut rien.

Lorsqu’on les regarde d’ici, toutes les choses d’en bas sont petites. Elles sont petites, comme moi. Quand on regarde le monde d’ici, d’en haut de la montagne, il est possible de se mettre tout le paysage dans une main et on pourrait même écraser n’importe quoi entre deux de mes doigts. Vu d’ici, il y a seulement les nuages qui sont gros. Les nuages qui sont gros et tout blancs sont comme les choses qu’on oublie ou qu’on ne sait pas ou qu’on ne sait plus, comme l’anneau qu’on a sur l’orteil et qu’on va oublier, peut-être, sûrement, un jour, mais ce sera encore long et que ce ne sera pas facile » (extrait de Vu d’ici tout est petit, p.7). 

« Ça bascule dans la tête, se renverse derrière le regard brouillé et c’est pendant de longues minutes -parmi les coups d’oeil de plus en plus intéressés du concierge et des préposés de l’accueil- que, bousculé du dedans et en proie aux surimpressions floues de mes passés, on sillonne le hall du Château. (…). A ces premiers reflux d’une enfance tissée entre les fabulations du père et la hantise maladive du pinot noir et des procès qui lézarde la tête fragile de la mère , succèdent tous les mondes, les personnages et les épisodes qui tissent une vie, qui brodent leurs motifs dans l’étoffe d’un homme mal taillé, d’un homme qui s’effiloche » (extrait de Variétés Delphi, p.159).

« Entre le front policier et la marée folle des manifestants, il y a la jeune fille aux yeux verts. Le nez dans son écharpe, elle se tient bien droite, immobile dans les nuées de gaz qui s’effilochent autour d’elle, immuable sous sa pancarte rouge et les grenades assourdissantes qui éclatent très bas au-dessus de sa tête » (texte pour le recueil Printemps spécial, p.13).

On vous attend nombreux pour cette rencontre introduite et animée par Yolaine Vuillon, chercheure associée au laboratoire Pacte de l’IEP de Grenoble et membre du Centre d’Etudes Canadiennes.

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


1 réflexion sur « 26 mars 3013: l’écrivain Nicolas CHALIFOUR à Grenoble »

  1. Ping : Université de Grenoble: un mois de mars très canadien | Pacte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.