Introduction

Les fragiles assonances du vivre ensemble canadien

Alain Faure – Chercheur CNRS à PACTE, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble – France

in Etudes Canadiennes / Canadian Revue n° 68

What holds Canada together ? C’est à partir de cette redoutable question existentielle[1] que les membres du Centre d’Etudes Canadiennes de Grenoble ont construit les attendus du congrès annuel de l’AFEC de 2009. Organisé les 11 & 12 juin à la Maison des Langues et des Cultures sur le campus universitaire de la cité des Dauphins, le colloque visait à éclairer cette énigme aux confins de la sociologie, de l’histoire, de la géographie, de la littérature, des sciences politiques et des sciences économiques, et avec l’ambition de mettre en dialogue les entrées multiculturaliste, mémorielle, linguistique, fédéraliste, patrimoniale et géopolitique. Pour relever le défi, notre petite équipe a mobilisé les deux facettes d’une même métaphore musicale : les « accords » et les « dissonances » de la vie en société au Canada. Le présent numéro des Etudes Canadiennes/Canadian Studies se propose de présenter les contributions qui ont plutôt insisté sur la première facette[2], même si nous savons bien que la césure est artificielle et que chaque harmonique procède, pour les oreilles affûtées, d’une subtile combinaison de sonorités où l’apaisement, la tolérance et la concorde côtoient les tensions, les dissonances et les discordances.

Les onze communications de ce numéro offrent à cet égard un bel aperçu des façons de « jouer » le concerto de l’unité canadienne. Elles permettent de décrypter les fils du dialogue entre les communautés, les repères identitaires et les liens -aussi- avec la vieille Europe… Il s’agit presque, au final, d’une réflexion sur l’état de la démocratie canadienne, au sens où les travaux portent toujours sur les formes d’implication des citoyens dans les « affaires communes » et dans la production du bien commun. Invité comme « grand témoin » en conclusion du colloque, le géographe Martin Vanier avait pointé, dans les 35 interventions en séance plénière, les mots clés qui marquaient ce rapport au monde si singulier. Il avait retenu six termes pour qualifier la texture musicale des deux journées de débats : la pacification, la spiritualité, les solitudes, l’intergouvernementalité, les gisements et la territorialité. Sans doute chaque lecteur sera-t-il amené, en lisant les contributions de ce numéro, à proposer d’autres grilles de lecture et à imaginer ses propres passerelles, mêmes improbables ou ténues, pour relier les trajectoires communautaires et imaginer un grand destin commun. De façon arbitraire, nous avons procédé à trois regroupements pour vous présenter ce chantier intellectuel[3].

Tout d’abord les réflexions sur le temps long et l’épaisseur historique des constructions identitaires : avec Christan Pihet qui s’interroge sur les formes inédites du « réveil » des Métis du Manitoba, avec Sylvie Vrancks qui mobilise les romans de Maracle pour retracer le processus de réconciliation de la jeunesse Salish en Colombie britannique, avec Gaelle Violo qui détaille l’appropriation inédite de l’héritage francophone dans le Saskatchewan.

Ensuite les analyses centrées sur les mouvements d’idées et sur les représentations : avec Alain Lavallée qui décrit les consensus construits pour organiser la « société du 400ème », avec Christophe Traisnel qui dresse un bilan sur le combat linguistique de la Fédération des Communautés francophones et Acadiennes du Canada, avec Donald Ipperciel qui retrace l’influence du philosophe Isaiah Berlin sur la pensée libérale du leader politique Michael Ignatieff.

Enfin les travaux détaillant l’impact des programmes publics sur les processus d’intégration nationale et de différenciation territoriale : avec Natalie Boisvert qui montre la « pédagogie sociale » de la gestion de la diversité religieuse dans les écoles québécoises et albertaines, avec José Woehrling qui discute le modèle de laïcité au Québec à la lumière des travaux de la Commission Bouchard-Taylor, avec Damien Rousselière et Marie Bouchard qui décrivent le programme des « cités créatives » appliqué au champ de l’économie sociale à Montréal, avec Grégoire Gayard qui compare la politique étrangère et la répartition des compétences dans les gouvernements Québécois et Wallon.

Au fil des pages, en tendant l’oreille, on perçoit une petite musique identitaire et sociopolitique entêtante, un peu comme si la société canadienne ne « tenait ensemble » qu’au rythme de toutes ces fragiles assonances…


[1] Qui a déjà fait l’objet d’un ouvrage collectif suite à une série de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble : Faure, Alain, Griffiths, Robert, 2008, La société canadienne en débats. What Holds Canada Together ? Paris, L’Harmattan, Coll. Logiques contemporaines, 220 p.

[2] Un autre projet éditorial est en préparation qui se focalise sur les désaccords du « vivre ensemble » canadien.

[3] Un grand merci à Annick Monnerie et Patrice Brasseur qui ont orchestré ce numéro avec maestria et célérité !

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *