Version française

Living Together – Le Canada, 10 ans après le 11 septembre

 

Colloque international organisé les 10 et 11 septembre 2011 par le Centre d’Études Canadiennes de Grenoble (CEC38) avec la participation du CEMRA (EA 3016) et de PACTE (UMR 5194)

Les attentats du 11 septembre n’ont pas seulement annoncé une nouvelle ère caractérisée par une redéfinition des axes géostratégiques à l’échelle mondiale. Ils ont également fait surgir un nouveau questionnement identitaire au sein de communautés infra-nationales, nationales ou même supra-nationales.

Au Canada, ce questionnement relève de deux dimensions différentes. La première concerne la relation ambiguë avec les États-Unis, à la fois alliés de longue date mais également repoussoir dans la construction d’une identité qui s’est souvent faite de manière oppositionnelle (unilatéralisme vs. multilatéralisme, melting-pot vs. multiculturalisme, assurance maladie privée vs. système de santé universel, etc.).

Suite aux terribles épreuves qui ont frappé les États-Unis, l’élan de sympathie des Canadiens s’est matérialisé par l’engagement immédiat de leur pays dans la guerre contre le terrorisme menée en Afghanistan. Mais cela n’a pas empêché leur puissant voisin de reconsidérer la relation spéciale qui les unissait depuis des décennies. Alarmés par de fausses rumeurs indiquant que les terroristes avaient planifié leur action depuis le Canada, les États-Unis ont choisi de renforcer la frontière canado-américaine, réduisant ainsi considérablement sa perméabilité mais affectant également dans le même temps les échanges commerciaux. Inquiétés par les réactions disproportionnées de Washington dans la guerre menée contre un prétendu axe du mal, les Canadiens ont de leur côté refusé de participer à l’invasion de l’Irak, d’où le sentiment qu’ont pu avoir certains observateurs d’un divorce entre les deux nations, ou entre les deux peuples.

Dix ans après le 11 septembre, comment le Canada et les États-Unis vivent-ils ensemble ? D’un point de vue diplomatique et sur le plan économique, les attaques ont-elles modifié leurs rapports de force de façon durable, ou n’ont-elles eu qu’un impact temporaire, apportant au final moins de changements que ceux induits par le passage d’une administration républicaine à une administration démocrate au sud ou le remplacement d’un gouvernement libéral par un gouvernement conservateur au nord ?

En matière de politique intérieure, quel a été le positionnement des grands partis politiques canadiens vis-à-vis du 11 septembre ? Ont-ils instrumentalisé l’événement à des fins électorales ou politiciennes ? Les Canadiens ont-ils apporté les mêmes réponses aux attentats aux niveaux fédéral, provincial et municipal ? Les événements ont-ils apporté un nouvel éclairage sur l’importance géo-stratégique de l’Arctique ?

Une autre dimension à prendre en compte est l’impact des attentats sur la question du vivre ensemble à l’intérieur d’une communauté nationale caractérisée par la diversité des groupes ethniques en présence. Au Canada, cette question du vivre ensemble se trouve étroitement liée à celle du multiculturalisme. En effet, la politique du multiculturalisme, adoptée dans les années 1970 en tant que politique de gestion de la diversité, est progressivement devenue l’un des piliers de l’identité nationale canadienne, bien qu’elle fasse l’objet d’attaques récurrentes depuis les années 1990.

Or, s’il a été prouvé qu’aucun des terroristes du 11 septembre n’avait de lien avec le Canada, le Service canadien du renseignement de sécurité a en revanche reconnu qu’un grand nombre d’organisations terroristes opérait bel et bien au Canada, ceci en raison de la proximité des États-Unis mais également du caractère pluriel de la société canadienne. De là, un lien a rapidement été fait entre une politique permettant à tous les groupes de préserver leurs caractéristiques culturelles et la possibilité perçue comme plus grande au Canada que se développent des réseaux terroristes ou un fondamentalisme religieux freinés dans des pays prônant l’assimilation plutôt que le multiculturalisme. Si l’on ajoute à cela l’amalgame pouvant être fait entre terrorisme et religion ou origine ethnique, la tendance générale au repli identitaire, ou encore les différentes controverses liées à des demandes spécifiques de groupes particuliers (on pense par exemple à l’introduction de la loi islamique en droit civil canadien), on comprend pourquoi cette question du vivre ensemble est au cœur des préoccupations actuelles au Canada.

Dix ans après le 11 septembre, comment les différentes communautés en présence vivent-elles ensemble au Canada ? Les relations intercommunautaires, en particulier avec la communauté arabe et/ou musulmane, ont-elles été transformées ? Comment cette communauté perçoit-elle son intégration dans la société canadienne ? Les attentats sont-ils le principal facteur de remise en cause du multiculturalisme ou cette remise en cause est-elle liée à des mécanismes plus profonds qui expliqueraient également les attaques contre cette politique en Europe ?

Plus largement, les attentats du 11 septembre ont-ils eu un impact sur les grands débats de société ? Quelle influence ont-ils eu dans le débat sur les accommodements raisonnables au Québec ? Ont-ils été déterminants dans l’organisation des JO de Vancouver, notamment pour la mise en place des mesures de sécurité et d’accueil ?

Ce colloque international propose de porter un regard critique sur les dix années qui se sont écoulées depuis les attentats et de s’interroger, avec le recul, sur le réel impact qu’ont eu ces événements sur la relation américano-canadienne ainsi que sur les relations entre les différentes communautés en présence. Il s’adressera d’une part aux politistes, juristes et économistes (les changements apportés par le 11 septembre dans les domaines du droit, de la géostratégie ou des échanges), et d’autre part aux anthropologues (le 11 septembre comme traumatisme sociétal), aux linguistes (les nouvelles grammaires de la sécurité internationale) ainsi qu’aux littéraires (le traitement du 11 septembre dans les œuvres de fiction).

Merci de transmettre vos propositions (en français ou en anglais) d’ici le 11 avril 2011 à Alain Faure (alain.faure@iep-grenoble.fr) Eric Tabuteau (eric.tabuteau@u-grenoble3.fr) & Sandrine Tolazzi (sandrine.tolazzi@u-grenoble3.fr)

Droits d’inscription : 50 euros – http://canadatogether.hypotheses.org/11-septembre

A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *